Comment ont-ils fait ça: Alain Turcotte, FBL

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Comment ont-ils fait ça: Alain Turcotte, FBL

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Par Dominique Froment

Alain Turcotte, Associé en fiscalité, FBL [Photo: Martin Flamand]

Alain Turcotte, Associé en fiscalité, FBL

Rang dans les 300 : 75

Croissance du nombre d'employés : 54 %

Le cabinet de comptables FBL, de Drummondville, est notre champion toutes catégories de la création d'emplois cette année, avec une croissance de 54 %. Pas de mystère, explique Alain Turcotte, associé en fiscalité : son cabinet est à la chasse à ses semblables.

L'an dernier seulement, FBL, dont la clientèle est essentiellement constituée de PME, a acquis Girard Lavoie Mooney, un cabinet de 35 employés de Québec, et Cléroux et Gaboury, qui emploie 15 personnes à Farnham. Et s'il n'en tient qu'à Alain Turcotte, le cabinet de 200 employés se retrouvera encore l'an prochain parmi les plus dynamiques de notre classement en matière de création d'emplois. «Nous sommes résolument en mode acquisition, affirme le fiscaliste. Le secteur est en consolidation, et nous voulons en profiter pour acquérir une envergure provinciale.»

Pourquoi cette tendance à la consolidation ? D'abord, et peut-être surtout, parce que les baby-boomers qui dirigent les petits cabinets de comptables n'ont pas tous préparé leur relève, ce qui crée des occasions d'achat. En outre, les normes professionnelles de plus en plus nombreuses compliquent l'existence des petits cabinets indépendants.

Chez FBL, la relève est très active, les associés plus âgés laissant les plus jeunes prendre des initiatives. «Ça laisse le temps aux plus vieux d'aller chercher de nouveaux clients», dit Alain Turcotte.

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.