Des bornes sur la route... et à la maison


Édition du 20 Mai 2017

Des bornes sur la route... et à la maison


Édition du 20 Mai 2017

Par Claudine Hébert

En 2014, Bell ­Canada a fait installer 42 bornes de recharge un peu partout dans la province, à l’intention de ses employés propriétaires de véhicules électriques.

Vendredi 18 h, dans le stationnement de la rôtisserie Saint-Hubert, à Saint-Sauveur. L'utilisation de la borne rapide ne dérougit pas. Même scénario au resto La Belle Québécoise, à Daveluyville, ainsi qu'à la halte du Point-du-Jour, à Lavaltrie. Et ce sera la même chose samedi et dimanche pendant la soirée. En fait, c'est comme ça tous les week-ends dans les endroits où il y a des bornes de recharge rapide.

Pourquoi ? «Parce que le Québec accuse un retard d'au moins 30 % quant au nombre de bornes rapides nécessaires pour desservir les 14 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation dans la province», déplore Simon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ). Et c'est sans compter les visiteurs. Il y a actuellement au Québec 76 bornes de 400 volts qui permettent de recharger plus de 80 % de la batterie en moins de 30 minutes (45 minutes pendant l'hiver). Cela représente à peine 6 % des 1 250 bornes publiques accessibles sur le territoire québécois.

Ces temps d'attente suscitent de la frustration et nuisent à l'essor des véhicules électriques sur les routes, croit M. Rioux. L'AVEQ estime qu'au moins un conducteur sur cinq de véhicule électrique ou hybride se retrouve dans une situation d'attente pour qu'une borne rapide publique se libère. Une situation qui survient principalement sur les principaux axes reliant les villes aux zones de villégiature, les soirs de week-ends et au cours de la période des Fêtes. Le ministère des Transports, dit M. Rioux, devrait considérer ces bornes (qui valent de 60 000 $ à 75 000 $, installation comprise) comme des infrastructures essentielles pour assurer une sécurité énergétique au réseau électromobile de la province. Des pourparlers sont d'ailleurs en cours pour porter leur nombre à 100 d'ici la fin de l'année 2017.

Des bornes presque partout

En attendant, les propriétaires de véhicules électriques disposent d'applications sur leur téléphone mobile qui leur indiquent la disponibilité en temps réel et le tarif des bornes de recharge publiques. Où sont situées ces bornes au Québec ? La plupart se trouvent dans les stationnements de restaurants, les haltes routières, les stationnements d'entreprises privées et de plusieurs commerces de détail, notamment Canadian Tire. Les stationnements de centres commerciaux appartenant à Ivanhoé Cambridge, à Cominar et à Cadillac Fairview en sont également pourvues. Même le terrain de camping KOA, à Saint-Mathieu-de-Rioux, dans le Bas-Saint-Laurent, a sa propre borne de recharge accessible au public.

Le coût des bornes résidentielles de 240 volts varie actuellement de 700 $ à 1 200 $, montant auquel il faut ajouter les frais d’installation, d’environ 500 $.

«Il y a maintenant des bornes de recharge dans toutes les régions du Québec. Il est même possible de faire le tour de la Gaspésie en les utilisant. On peut aussi franchir la distance séparant Québec de Saguenay avec les bornes qui sont installées à L'Étape», souligne Simon-Pierre Rioux. Deux zones au Québec posent toutefois encore quelques casse-têtes. D'abord, la réserve La Vérendrye, qui sépare l'Abitibi du reste de la province. À part la Tesla ou la Bolt de Chevrolet, aucun véhicule électrique n'offre suffisamment d'autonomie pour parcourir la distance entre Val-d'Or et Mont-Laurier. Et oubliez l'escapade pour aller goûter la généreuse assiette de crabe des neiges chez Julie, à Havre-Saint-Pierre. Le réseau des bornes de la route 138 prend fin à Sept-Îles. Quoiqu'il y ait une borne de recharge à Manic-5 et une autre à Fermont...

Des bornes maison

Outre les bornes publiques, les propriétaires de véhicules électriques peuvent se procurer une borne de recharge de 240 volts pour la maison et le chalet. Un marché qui est en plein essor au Québec.

«En moins de cinq mois, nous avons vendu plus de 800 bornes résidentielles», indique Louis Tremblay, président d'AddÉnergie, l'entreprise qui fabrique les bornes de recharge FLO. Les bornes résidentielles représentent déjà près de 25 % de l'ensemble des bornes vendues par AddÉnergie depuis la création de l'entreprise en 2009. La PME a d'ailleurs remporté le prix Marius-Fortin, récompensant le dynamisme en affaires, lors du Gala Les Mérites STIQ 2017.

Le coût des bornes résidentielles de 240 volts varie actuellement de 700 $ à 1 200 $, montant auquel il faut ajouter les frais d'installation, d'environ 500 $. Le gouvernement offre une aide financière pouvant s'élever jusqu'à 600 $ (jusqu'à 350 $ pour l'achat de la borne et jusqu'à 250 $ pour l'installation). Les bornes résidentielles ont l'avantage de réduire de moitié le temps de recharge de la batterie effectuée à l'aide d'une prise ordinaire de 110 volts. Soit de six à huit heures pour un véhicule électrique, et trois ou quatre heures pour un véhicule hybride rechargeable. Leur demande électrique correspond à celle d'un chauffe-eau de 40 gallons. Un projet pilote est en cours pour permettre aux consommateurs de véhicules électriques usagés de bénéficier éventuellement, eux aussi, de l'aide financière pour l'installation d'une borne résidentielle.

L'entreprise AddÉnergie, qui emploie 80 personnes (chiffre qui atteindra probablement une centaine d'ici la fin de l'année), produit plus de 60 % des bornes commerciales et résidentielles au pays. En plus de détenir son propre réseau de bornes interconnectées FLO, elle fournit les bornes de l'autre réseau québécois, Le Circuit électrique, géré par Hydro-Québec. AddÉnergie travaille également à la conception d'un troisième réseau de bornes, cette fois-ci ducôté des Maritimes.

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.