Taux d'intérêt: Stephen Poloz explique la réflexion de la BdC

Publié le 17/07/2013 à 15:49, mis à jour le 18/07/2013 à 06:23

Taux d'intérêt: Stephen Poloz explique la réflexion de la BdC

Publié le 17/07/2013 à 15:49, mis à jour le 18/07/2013 à 06:23

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

Les taux d’intérêt monteront tôt ou tard, lorsque la situation économique reviendra à la « normalité ». Ça ne veut pas dire que la Banque du Canada (BdC) prévoit resserrer sa politique monétaire très bientôt, a nuancé Stephen Poloz, le gouverneur de l’institution fédérale, en conférence de presse.

M. Poloz a profité du premier dévoilement de la politique monétaire sous sa gouverne pour donner un peu plus de détails sur ses intentions au sujet des taux dans le futur. « Nous n’avons jamais perçu nos mises en garde comme le signal que nous resserrons les taux d’intérêt incessamment », a répondu M. Poloz.

« Plutôt, nous voulions prévenir les gens et leur dire que ce n’est pas un temps normal. Les ménages doivent se préparer à ce que les taux soient plus élevés lorsqu’ils renouvelleront leur contrat hypothécaire, ajoute-t-il. Cela se fera graduellement. Le monde ne reviendra pas à la normale après la prochaine réunion du G20. »

Un contexte économique normal — avec une croissance économique et une inflation plus vigoureuses — commandera des taux d’intérêt plus élevés, a expliqué l’ancien dirigeant d’Exportation et développement Canada. La Bdc surveillera trois indicateurs avant de resserrer le loyer de l’argent : l’inflation, l’endettement des ménages et le potentiel économique inutilisé. L’institution fédérale espère voir la situation économique revenir à la normale.

M. Poloz admet cependant « qu’il ne sait vraiment pas » quand cela pourra se faire. Dans son communiqué, la BdC estime que l’inflation demeurera « basse » avant d’atteindre 2% d’ici la mi-2015, un contexte plus normal.

Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, constate que le ton des communications de l’institution a changé avec l’entrée en fonction de M. Poloz. « Si l’orientation de la politique monétaire n’a pas réellement changé, les dirigeants ont modifié leur façon de dire les choses : des indications plus claires déterminant le futur sentier du t aux directeur ont été instaurées », commente l’économiste dans une note.

La Banque du Canada n’a pas resserré son taux directeur depuis la fin 2010. Depuis, la Banque prévient que d’autres augmentations du loyer de l’argent sont à prévoir.

Avant l’adoption de nouvelles règles hypothécaires par Ottawa en juillet 2012, Mark Carney, le prédécesseur de M. Poloz, répétait sur toutes les tribunes le danger que représentait la croissance de l’endettement des ménages pour l’économie canadienne.

PLUS: Banque du Canada : la grève de la construction au Québec freine la croissance

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Évaluer la correction objectivement

BLOGUE INVITÉ. Dans les périodes difficiles, il n’y a rien de mieux selon moi que de faire le point.

Bourse: Wall Street poursuit sa décroissance

Mis à jour à 11:54 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street s'oriente vers sa pire semaine depuis 2008.

Titres en action: Banque Laurentienne, Banque Nationale, FCA...

06:08 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.