Bourse: l'emploi américain a emmené le Dow et le S&P à des records

Publié le 08/12/2017 à 10:24, mis à jour le 08/12/2017 à 17:16

Bourse: l'emploi américain a emmené le Dow et le S&P à des records

Publié le 08/12/2017 à 10:24, mis à jour le 08/12/2017 à 17:16

(Photo: Getty)

La Bourse de New York, galvanisée par un rapport encourageant sur l'emploi américain, a emmené le Dow Jones et le S&P 500  à de nouveaux sommets vendredi et fait grimper le Nasdaq.


Le principal indice boursier du Canada a atteint vendredi un sommet de deux semaines, les actions financières et industrielles ayant dominé grâce à de solides données sur l'emploi aux États-Unis, tandis que les actions énergétiques et minières ont aussi grimpé.


Kinder Morgan Canada a augmenté de 5% à 17,48 $ après que l'organisme de réglementation de l'énergie du pays a décidé qu'il pourrait contourner certains permis municipaux pour l'expansion de son pipeline Trans Mountain.


Rogers Communications a chuté de 1,3% pour s'établir à 64,87 $, après que la société de câblodistribution et de télécommunications a annoncé que son président quitterait ses fonctions à la fin de l'année. Il sera remplacé par Edward Rogers, le fils du fondateur de l'entreprise familiale.


Le groupe de l'énergie a grimpé de 0,6%, alors que les prix du pétrole ont légèrement augmenté, tandis que le groupe des services financiers a progressé de 0,5%.


 


CP Rail a progressé de 2% et CN Rail de 0,2%, tandis que le groupe des matériaux, qui comprend les sociétés minières de métaux précieux et de base et les entreprises d'engrais, a ajouté 0,6% pour cent.


Parmi les gagnants les plus influents de l'indice se trouvaient le mineur diversifié Teck Resources Ltd., qui a augmenté de 1% à 29,59 $, et Lundin Mining rosse 4,3%.


Le secteur des soins de santé a progressé de 5%, Valeant Pharmaceuticals ayant progressé de 11,8%. Canopy Growth et Aurora Cannabis ont augmenté d'environ 6,4%.


État de la situation à la clôture


L'indice composé S & P / TSX de la Bourse de Toronto a terminé en hausse de 80,39 points, soit 0,5%, à 16 096,07. Neuf des 10 principaux groupes de l'indice ont terminé en hausse.


Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 117,68 points à 24.329,16 points, le Nasdaq, à dominante technologique, de 27,24 points à 6.840,08 points et l'indice élargi S&P 500 de 14,52 points à 2.651,50 points.


Sur la semaine, le Dow Jones a gagné 0,40%, le Nasdaq a cédé 0,11% et le S&P 500 0,35%.


Le Brent s'est apprécié de 1,20 dollar ou 1,9% à 63,40 dollars le baril. Le brut américain West Texas Intermediate (WTI) s'est apprécié de 57,36 $ le baril, en hausse de 67 cents ou de 1,2%.


Contexte


Vendredi "on a appris que tout allait bien sur le marché de l'emploi et qu'en plus il n'y avait pas d'inflation", a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.


Selon le ministère du Travail américain, 228.000 nouvelles embauches ont été recensées en novembre dans le pays et le taux de chômage est demeuré à 4,1%, son plus bas niveau en presque 17 ans.


Les augmentations de salaires sont restées de leur côté modérées, la rémunération horaire moyenne ayant augmenté de 2,5% sur un an, à peine au-dessus de l'inflation.


"Ces données laissent ouverte la question de savoir si un marché du travail tendu va finir par conduire ou non à une inflation plus forte", a souligné Jim O'Sullivan, économiste de HFE.


"Mais elles sont plus que solides pour que la banque centrale décide d'une nouvelle hausse des taux la semaine prochaine" lors de la réunion de son Comité de politique monétaire, a-t-il ajouté.


Plus tôt dans la semaine, les courtiers avaient salué les avancées vers l'adoption d'une grande réforme fiscale, ainsi que le fait que le gouvernement américain n'allait pas être en cessation de paiement grâce à une loi de financement permettant d'éviter, au moins temporairement, une fermeture des administrations fédérales.


"Rien n'a fondamentalement changé dans l'univers des investisseurs, si ce n'est qu'ils ont été punis à chaque fois qu'ils ont vendu (leurs actions)", a souligné M. Volokhine en donnant en exemple le Nasdaq qui, après une petite baisse technique, "a de nouveau ces derniers jours emmené à la hausse le reste des indices".


Avec des investisseurs qui craignent de rater les prochains gains, le marché "se nourrit de sa propre dynamique", a-t-il estimé.


Le marché a aussi profité de la vigueur du secteur de l'énergie, galvanisé par la progression des cours du brut échangé à New York et à Londres: l'indice le représentant au sein du S&P est monté de 0,85%.


Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,375% contre 2,363% jeudi soir et celui des bons à 30 ans à 2,767%, contre 2,761% la veille.


Titres en action


Un bon achat à ce prix? La lettre financière The Investment Reporter titre ainsi son analyse de Quincaillerie Richelieu(RCH, 33,70$). La publication souligne que l’entreprise dirigée par Richard Lord a dégagé des bénéfices record cette année et qu’elle devrait faire de même l’an prochain. La lettre, qui fait un suivi régulier du titre, note que l’action a bondi de 16% depuis sa précédente analyse en juillet. Le titre, qui se négocie à 26,4 fois le bénéfice prévu l’an prochain, lui apparaît cher au cours actuel.


Darko Mihelic, de RBC Marchés des capitaux, fait passer sa cible pour le titre de la Canadian Western Bank(CWB, 37,12$) de 36$ à 40$, tout en réitérant sa recommandation surperformance, au lendemain de la publication de résultats supérieurs à ses attentes à son quatrième trimestre. L’analyste voit plusieurs éléments positifs, dont une amélioration des marges nettes d’intérêt, une croissance accélérée des prêts et des pertes sur prêts stables.


La chaîne montréalaise de thé David’s Tea(DTEA,4,10$US) a dévoilé jeudi après la clôture des marchés une perte de 0,17$US par action à son troisième trimestre, pire que celle de 0,10$ l’action dévoilée au même trimestre l’an dernier. Les analystes tablaient en moyenne sur une perte de 0,15$US par action. Au cours de la téléconférence avec les analystes, le PDG de la chaîne, Joel Silver, s’est dit déçu des résultats, tant au chapitre des ventes que de la rentabilité. Il associe le déclin de 6,8% des ventes des magasins comparables, une mesure clé de la performance des détaillants, à plusieurs facteurs, dont aux problèmes liés aux accessoires. La fermeture des magasins Teavana, de la chaîne Starbucks, a aussi donné lieu à d’intenses promotions de cette rivale. Le titre a perdu 40% de sa valeur en 2017. À (re)lire: David's Tea profitera-t-elle de la fermeture de Teavana?


Sur le front des valeurs, le laboratoire Alexion Pharmaceutical a bondi de 7,19% à 114,46 dollars. Selon un article du New York Times, le fonds d'investissement activiste Elliott Management a pris une participation dans la société et appelé sa direction à faire plus pour doper le prix de son action.


Gilead Sciences est monté de 2,06% à 74,22 dollars après avoir annoncé l'acquisition de la société spécialisée dans les thérapies cellulaires Cell Design Labs pour 567 millions de dollars.


 


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

21/04/2018 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

Fairfax veut racheter les magasins canadiens de Toys R US

Le conglomérat offre 300 millions $ US à la chaîne de magasins de jouets.

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

21/04/2018 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

Le lobby ukrainien à Ottawa nuit-il au commerce avec la Russie?

21/04/2018 | François Normand

ANALYSE - La politique étrangère du Canada est déjà sous influence, selon des spécialistes. Le commerce est-il à risque?

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

21/04/2018 | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.