Bourse: nouveau plongeon à Wall Street

Publié le 08/02/2018 à 09:56, mis à jour le 08/02/2018 à 16:39

Bourse: nouveau plongeon à Wall Street

Publié le 08/02/2018 à 09:56, mis à jour le 08/02/2018 à 16:39

La Bourse de New York, après plusieurs séances tumultueuses, a de nouveau été saisie jeudi par une grande fébrilité faisant perdre plus de 1.000 points à son indice vedette, soit plus de 4%.


État de la situation (clôture)


TSX: -1,73% à 15065 points
S&P 500: -3,75% à 2581 points
Dow Jones: -4,16% à 23858 points
Nasdaq: -3,90% à 6776 points
Baril de pétrole: -1,54% à 60,84 $US
Once d'or: +0,56% à 1322 $US
Dollar canadien: -0,23% à 0,7937 $US


Contexte


Depuis son record le 26 janvier, le Dow a abandonné 10,35%.


Le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises cotées aux États-Unis, a de son côté  aussi dégringolé de 10,16% depuis son dernier record fin janvier.


«Les vendeurs ont clairement pris les manettes, toute l'ébullition qu'on a vu en janvier est désormais effacée», a remarqué Adam Sarhan de 50 Park Investment. «Le marché cherche une direction. Et tant que rien ne change, la tendance est à la baisse.»


La déroute de Wall Street a été déclenchée la semaine dernière par une montée rapide du taux d'emprunt à dix ans des Etats-Unis. Après plusieurs mois d'euphorie boursière et sur fond d'amélioration de l'économie, les investisseurs se sont soudainement inquiétés d'une possible accélération de l'inflation et d'une remontée plus rapide que prévu des taux d'intérêt de la banque centrale américaine.



« Le marché des actions va continuer à évoluer comme cela sans que l'on sache quand cela va s'arrêter »


En cours de séance jeudi, ce taux d'emprunt a grimpé jusqu'à 2,882%, soit tout près de son niveau atteint lundi quand le Dow Jones a enregistré sa pire chute depuis 2011.


Aussi après avoir démarré près de l'équilibre, les indices ont peu à peu perdu de la vigueur avant d'accélérer leur débandade en fin de séance.


«Le marché des actions va continuer à évoluer comme cela (en dents de scie) sans que l'on sache quand cela va s'arrêter», a commenté Art Hogan, de Wunderlich Securities.


Dans les salles de marchés, l'ambiance «est plus à la frustration qu'autre chose», a-t-il ajouté. «Ce n'est pas vraiment de la panique (...) c'est une façon de tester jusqu'où on peut descendre.»


Les investisseurs gardaient aussi un oeil sur Washington, où le Congrès doit voter sur un accord scellé mercredi par la majorité républicaine et l'opposition démocrate du Sénat sur les montants des budgets 2018 et 2019.


«La perspective de voir les dépenses de l'Etat augmenter a alimenté le mouvement de vente sur le marché des bons du Trésor», ont souligné les analystes de Briefing.


Titres en action


Keith Howlett n’est pas refroidi pas la météo, mais par l’ascension du titre de Dollarama(DOL, 161,19$). Voilà pourquoi il abaisse pour une rare fois la recommandation qu’il accorde au détaillant montréalais, d’achat à conserver. L’analyste laisse toutefois sa cible à 165$.


Les analystes reviennent sur les résultats du troisième trimestre conformes aux attentes de l’équipementier de produits aérospatiaux Héroux-Devtek(HRX, 14,70$).
–Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, laisse sa recommandation à achat et sa cible à 19$. Il juge encore le titre sous-évalué aux niveaux actuels.
–Derek Spronck, de RBC Marchés des capitaux, réitère pour sa part sa recommandation surperformance pour le titre et sa cible de 19$. Il croit que les investisseurs devraient se positionner pour profiter de l'élan de croissance à venir, notamment avec l'acquisition de la société espagnole CESA.


Endri Leno, de la Financière Banque Nationale, maintient sa recommandation surperformance et sa cible de 8,75$ pour le titre de Theratechnologies(TH, 7,14$), même si les résultats du quatrième trimestre ont été inférieurs aux prévisions. Les revenus de 12,6M$ ont été sous les 12,8M$ visés par les analystes, tandis que la perte d’exploitation de 1,9M$ est plus élevée que celle de 500000$ attendue. Le quatrième trimestre en est un de transition, selon l’analyste.


Telus(T, 45,29$) a dévoilé un bénéfice inférieur aux prévisions à son quatrième trimestre jeudi, en raison de la hausse de ses coûts d’exploitation. Le bénéfice net ajusté s’est élevé à 328M$ par rapport à 316M$ un an plus tôt. Mais le bénéfice ajusté par action, de 0,55$, est sous la cible de 0,57$ l’action des analystes sondés par Reuters. Les revenus se sont établis à 3,48G$, mieux que les 3,44G$ visés par les analystes.


Darko Mihelic, de RBC Marchés des capitaux, maintient sa recommandation surperformance pour l'assureur Manuvie(MFC, 25,07$), même s'il a dévoilé un bénéfice ajusté de 0,59$ par action, inférieur à ses attentes de 0,62$ l'action. Il se dit surpris de la hausse du dividende. D'autres détails suivront après la téléconférence avec les analystes en cours au moment d'écrire ces lignes.


 Plusieurs entreprises ont aussi dévoilé des comptes meilleurs que prévu, dont le réseau social Twitter qui bondissait de 24,11% à 33,40 dollars après avoir dégagé pour la première fois de son histoire des bénéfices au quatrième trimestre.


Les investisseurs gardaient aussi un oeil sur Washington, où le Congrès doit voter sur un accord scellé mercredi par la majorité républicaine et l'opposition démocrate du Sénat et portant sur les montants des budgets 2018 et 2019.


Le groupe de médias 21st Century Fox, qui a fait part mercredi de résultats en hausse sous l'effet essentiellement de la réforme fiscale, baissait de 0,28% à 35,96 dollars.


Le géant israélien des médicaments génériques Teva, coté à New York, chutait de 7,15% à 19,36 dollars après avoir annoncé une perte nette de 16,3 milliards de dollars pour l'année 2017.


La société spécialisée dans la livraison de repas à domicile Grubhub s'envolait de 28,71% à 89,98 dollars dans le sillage d'un partenariat avec la société Yum Brands (+0,12% à 80,23 dollars), maison mère des chaînes KFC et Taco Bell.


Le fabricant de jouets Hasbro perdait 3,41% à 98,73 dollars. Le groupe a dépassé les attentes en termes de bénéfices mais son chiffre d'affaires a déçu.


Le constructeur de véhicules électriques Tesla, qui a essuyé la plus grosse perte trimestrielle de son histoire au quatrième trimestre mais a aussi assuré pouvoir tenir les objectifs de production du Model 3, sur lequel il mise beaucoup, reculait de 1,92% à 338,37 dollars.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La Bourse de Sao Paulo dépasse les 100 000 points, une première

Mis à jour le 18/03/2019 | AFP

Les réformes ultralibérales promises par le nouveau gouvernement encouragent la place boursière.

Lyft entame sa tournée de promotion de son entrée en Bourse

18/03/2019 | AFP

Cette tournée doit lui permettre de se présenter sous son meilleur jour et vendre 30,77 millions d’actions.

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?