Bourse: record pour le S&P/TSX et le Nasdaq

Publié le 12/07/2018 à 08:59, mis à jour le 12/07/2018 à 17:20

Bourse: record pour le S&P/TSX et le Nasdaq

Publié le 12/07/2018 à 08:59, mis à jour le 12/07/2018 à 17:20

Wall Street a terminé en nette hausse jeudi, portée par un relatif apaisement des craintes géopolitiques à la veille d'une salve de résultats financiers de banques, signant le véritable coup d'envoi de la saison des résultats.


Selon des résultats provisoires à la clôture, le Nasdaq, à forte composante technologique, a pris 1,39% à 7.823,92 points, à un nouveau record, et l'indice vedette Dow Jones a avancé de 0,91% à 24.925,90 points.


Microsoft, Facebook et Alphabet ont tous touché des marques historiques aujourd'hui. Certains y voient une façon de se réfugier dans les Blue Chips de la techno, en plein conflit commercial.


L'indice torontois S&P/TSX a aussi touché une nouvelle marque aujourd'hui. Si le Canadien National a contribué le plus à la hausse de l'indice, avec 10 points, les onze secteur ont avancé. Les technos canadiennes ont suivi l'élan américain: Shopify a bondi de 3,8%, Constellation Software de 4,6% et BlackBerry, de 1,9%.


Le S&P 500 a retrouvé son niveau de février, tandis que le Dow Jones est redevenu positif depuis le début de l'année.


Contexte


«Les marchés compensent une partie de leurs pertes aujourd'hui, après la vente majeure de la veille», a observé David Madden, un analyste de CMC Markets.


Les indices avaient connu mercredi une séance difficile, après de nouvelles menaces de l'administration Trump qui envisage de taxer des produits chinois importés supplémentaires.


«Les chasseurs de bonnes affaires sont intervenus sur les marchés ce matin mais, étant donné le niveau de tensions élevées, l'humeur plus optimiste pourrait être éphémère», a-t-il complété.


Les acteurs de marché suivaient attentivement le sommet de l'Otan. Le président américain, Donald Trump, a salué les "immenses progrès" dans les engagements des membres de l'Alliance sur leurs dépenses militaires.


«Une ouverture européenne permettrait de préparer les négociations sur l'automobile à partir de fin juillet dans de meilleures conditions», a souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.


Par ailleurs, la Commission européenne a abaissé jeudi ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2018, en raison des tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'Union européenne.


Dans ce contexte, les acteurs de marché devaient prendre connaissance du compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne.


«Ce document permettra de donner une orientation sur les réflexions de l'institution, en particulier sur sa détermination à arrêter les achats d'actifs en fin d'année, sur la date à laquelle il est probable qu'elle décide de remonter ses taux directeurs et, enfin, le niveau d'inquiétude sur les effets du protectionnisme», a estimé M. Pichard.


Du côté des indicateurs, la production industrielle en zone euro a rebondi en mai par rapport à avril.


Le taux d'inflation s'est élevé à 2,1% en juin sur un an en Allemagne et à 2% en France sur la même période.


Aux États-Unis, l'indice des prix à la consommation en juin et les demandes hebdomadaires d'allocation chômage figurent au programme.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Nouvelle amende en vue pour Google à Bruxelles

15/03/2019 | AFP

Ce serait sa troisième amende par la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe.

Où sont passés tous les actifs?

BLOGUE INVITÉ. Les grandes fortunes du 21e siècle se sont créées avec de plus en plus d'actifs intangibles.

À la une

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

Budget fédéral: des indices sur les thèmes de la campagne électorale

Sans surprise, le déficit atteint 14,9G$ pour l'année financière qui se termine et grimpera à 19,8G$ en 2019-2020.

Budget fédéral: l'aide au journalisme se concrétise

BUDGET FÉDÉRAL. La principale mesure demeure le crédit d’impôt de 25 % sur les coûts de la main-d’œuvre.