Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

«Notre univers de titres québécois compte 10 choix prudents»

Dominique Beauchamp|Édition d'août 2019

«Notre univers de titres québécois compte 10 choix prudents»

Pierre Lussier oeuvre dans le placement depuis 1986, dont 13 ans à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il a joint le gestionnaire de titres québécois Sipar en 2007 à titre de vice- président exécutif et en est devenu le président en 2011. Après le regroupement de Sipar et de Gestion de placements Eterna en 2013, il est devenu président de sa division d’actions québécoises.

Dominique Beauchamp – Les risques de récession augmentent. Comment vous y adaptez-vous ?

Pierre Lussier – Nous achetons des entreprises de qualité dans une perspective de trois à cinq ans sans trop nous soucier de la conjoncture. Une récession n’est pas notre scénario. Nous ne changeons pas le portefeuille pour un mouvement de repli de deux ou trois mois. Si on prévoyait un marché baissier, nous le remanierions.

D.B. – De quelle façon ?

P.L. – Actuellement, nous privilégions les entreprises qui offrent des caractéristiques prudentes en raison de la nature de leur industrie et de la grande qualité de leur équipe de direction. Il ne faut pas se leurrer, dans une récession, tout redevient corrélé et aucun titre n’est à l’abri d’une baisse, mais certains pourraient moins mal performer que le marché en général. Au creux d’un marché baissier, admettant que nous pouvons le prévoir, nous ferions le contraire. Nous rachèterions plus d’actions de sociétés bien gérées mais plus cycliques, telles que Quincaillerie Richelieu (RCH, 25,99 $), Intertape Polymer (ITP, 18,54 $) ou Plastiques IPL (IPLP, 9,33 $) par exemple. Nous sous-pondérons ces titres actuellement.

D.B. – Quelles entreprises québécoises jugez-vous plus résilientes ?

P.L. – Alimentation Couche-Tard (ATD.A, 82,95 $), Metro (MRU, 54,18 $), Saputo (SAP, 41,62 $) Dollarama (DOL, 50,40 $), Services aux immeubles GDI (GDI, 28,82 $), Innergex (INE, 14,86 $) et Industries Lassonde (LAS.A, 182,95 $) bénéficient tous de dirigeants hors pair dans des industries assez stables. Les nouveaux dirigeants de Cogeco Câble (CCA, 105,66 $), BCE (BCE, 61,98 $) et Québecor (QBR.B, 30,10 $) font un excellent travail et leurs titres s’en tireraient bien dans une récession, mais dans leur cas, les nouveaux patrons n’ont pas encore fait leurs preuves à long terme.

D.B. – Vous évitez les pronostics économiques, mais pourquoi écartez-vous une récession ?

P.L. – L’économie américaine dominée à 86 % par les services nous semble solide. Nous entrevoyons un taux de croissance réel de 2 % en 2020. Je ne vois pas de surchauffe non plus, même si le cycle économique a dix ans et que le taux de chômage est à un plancher de 3,6 %. Selon le modèle de la Réserve fédérale (Fed) américaine, le rendement des bénéfices (les bénéfices divisés par les cours) est encore très favorable aux actions. Quant au conflit commercial, il durera un temps, mais on ne peut pas empêcher la mondialisation naturelle du commerce.

D.B. – Vous voyez le risque ailleurs ?

P.L. – Le plus grand risque après une décennie de croissance est que la hausse des coûts de main-d’oeuvre, amplifiée par la pénurie de travailleurs, se transpose éventuellement dans les prix de vente et l’inflation. Cela mettrait la Fed devant un dilemme. Une nouvelle remontée des taux mettrait alors fin au cycle, comme tous les autres auparavant.

En quelques chiffres

16 %
C’est la proportion des titres québécois dans la valeur de l’indice S&P/TSX

3,5 %
C’est la proportion des ressources dans l’indice Morningstar Québec Banque Nationale, par rapport à 27 % dans le S&P/TSX