Les marchés: Toronto résiste à la baisse du pétrole

Publié le 19/12/2008 à 00:00

Les marchés: Toronto résiste à la baisse du pétrole

Publié le 19/12/2008 à 00:00

Par Denis Lalonde
«Toronto a profité des bons résultats financiers de Research in Motion dévoilés jeudi soir. Le secteur des technologies de l’information est celui qui a le mieux performé en terme de pourcentage aujourd’hui», explique Charles Huot, directeur-général actions institutionnelles chez BMO Marchés des capitaux.

Le S&P/TSX a clôturé la journée sur un gain de 126 points (1,5%) à 8 552.

À New York, le Dow Jones a perdu 25 points (0,3%) à 8 579. pendant que le S&P/500 grimpait de 2 petits points (0,25%) à 887.

De son côté, le Nasdaq a progressé de 11 points (0,77%) à 1 564.

Le dollar canadien s’est déprécié de 1,27 cent à 81,79 cents en devise américaine. 

Le prix du baril de pétrole brut est passé sous la barre des 34 dollars américains, en repli de 2,34 dollars (6,49%) à 33,87 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex). Le prix de l’once d’or se repliait de 23,20 dollars (2,7%) à 837,40 dollars américains.

«Ce fut une grosse semaine pour le secteur pétrolier. L’OPEP a coupé sa production de 2,2 millions de barils, ce qui n’a pas empêché le brut de poursuivre sa chute», raconte Charles Huot.

Sur la semaine, l’indice S&P/TSX a perdu 0,21% et le secteur énergétique a subi un recul de 3,09% pendant que le pétrole s’affaissait de plus de 20%. «C’est un signe que les investisseurs commencent à croire que les titres pétroliers se négocient à des niveaux intéressants. Aujourd’hui était la dernière journée du contrat à terme de janvier, nous verrons lundi si la tendance se maintiendra pour février», ajoute Charles Huot.

Ce dernier souligne également que l’incertitude bancaire continue de régner sur le marché canadien. De nombreuses entreprises ont choisi d’émettre des actions afin d’amasser des liquidités ces dernières semaines, la dernière en lice étant la Banque de Montréal, avec une émission de plus de 1 milliard de dollars assortie d’un rabais de 8% sur la valeur du titre. TransCanana Pipelines (rabais de 4%), Manuvie (rabais de 5%), Banque TD (rabais de 7%), Banque Royale (rabais de 6%) et Great West (rabais de 7%) ont également procédé récemment à des émissions de plus de 1 milliard de dollars.

M. Huot estime que les dividendes sont en danger en cette période de crise de liquidités. «Les conseil d’administrations sont confrontés à un dilemme. Réduire le dividende pour préserver les liquidités ou le garder au même niveau et en verser une partie en actions, ce qui constitue une mesure dilutive pour les actionnaires», dit-il, précisant que la Banque de Montréal devrait, aux niveaux actuels, verser 1,5 milliards de dividende au cours des 12 prochains mois.

À son avis, la Banque Nationale, qui a vu son titre baisser de 28% au cours des deux dernières semaines malgré une hausse de 12,65% aujourd’hui, pourrait être forcée d’émettre elle aussi des actions au cours des prochaines semaines.

En Europe, le Footsie anglais a clôturé la séance sur une baisse de 43 points (1,01%) à 4 286, alors que le CAC 40 français a reculé de 8 points (0,26%) à 3 225. En Allemagne, le Dax a perdu 59 points (1,26%) à 4 696.

En Asie, le Nikkei a terminé la journée sur un recul de 78 points (0,91%) à 8 588, tandis que le Hang Seng a plongé de 370 points (2,39%) à 15 127.

image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?