Les marchés : soutenus par des bénéfices

Publié le 01/05/2009 à 00:00

Les marchés : soutenus par des bénéfices

Publié le 01/05/2009 à 00:00

Ainsi, le TSX n’accuse qu’un léger recul de 1% sur la semaine après une journée de hausse vendredi qui a vu l’indice revenir à 9496pour un gain de 171 points (1,84%) pour la journée.

Les secteurs de l’énergie et des matières premières sont les plus performants dans un contexte où les attentes de reprise mondiale prévalent.

Aux États-Unis, les gains de la semaine se chiffrent à 1%.

Le Dow Jones termine une journée en zig-zag par une légère hausse de 0,54% (44 points) vendredi et revient à 8212 points.

Le Nasdaq prenait 0,11% à 1719 points.

Le S&P500 prenait de 0,53% à 877 points.

Cette résilience sur la semaine s’explique selon Charles Huot, directeur général Actions institutionnelles à la BMO, par «des résultats qui ont surpassé les attentes des analystes, lesquels avaient anticipé des reculs largement plus sévères».

Les investisseurs ont ainsi tenu ferme malgré une semaine éprouvante marquée par une série de mauvaises nouvelles, dont, entre autres, la contraction de 6,4% du PIB américain au premier trimestre, la faillite de Chrysler, les rumeurs sur les résultats des tests de stress des banques américaines et la grippe A (H1N1).

À ce stade, Charles Huot pense que les marchés ne sont «ni trop dispendieux, ni pas chers», mais seraient vulnérables à un repli provoqué par un chômage encore aigu et des perspectives de faillites élevées.

Ailleurs dans le monde, les investisseurs sont très peu actifs ce vendredi, alors que les bourses sont fermées à Paris, Francfort, Hong Kong et Shanghai pour la fête du travail.

En Europe, seule la bourse de Londres était ouverte et perdait 0,018% à 4243 points.

En Asie, l’indice Nikkei de Tokyo a gagné 1,69% à 8977 points.

L’optimisme général des investisseurs a eu un impact bénéfique sur les marchés des matières premières. Le pétrole s’est maintenu au dessus de 50 dollars et termine la semaine avec une poussée de deux dollars vendredi qui mène le prix du baril à 52,79 dollars américains.

C’est aussi cet optimisme qui apporte du vent dans les voiles du dollar canadien qui gagne plus de deux cents pour terminer à 84,30 cents américains. Cette hausse laisse, cependant , les experts sceptiques. Krishen Rangasamy, économiste à la CIBC, pense que le huard «court au devant des fondamentaux», l’exposant à une nouvelle correction.

L’optimiste qui a donné du tonus aux marchés boursiers et aux matières premières a joué en défaveur de l’or, qui accuse un nouveau repli, et ce, en dépit d’un relatif affaiblissement du dollar américain par rapport aux autres devises mondiales. Le prix de l’once d’or est revenu à 888,20 dollars américains.

À la une

La Fed laisse ses taux inchangés

Mis à jour il y a 39 minutes | AFP

La Réserve fédérale américaine a laissé mercredi ses taux d'intérêt inchangés.

La Fed devrait faire une pause sur les baisses de taux

10:14 | AFP

À plus de 99 %, les acteurs sur les marchés s’attendent à ce que la Fed adopte un statu quo.

La majorité des Canadiennes ne veut pas de la 5G de Huawei

Selon les résultats d’une enquête en ligne d’Angus Reid, publiés mercredi, 69 % des répondants s’opposent au fabricant.