Les marchés financiers, nuage à l'horizon


Édition du 22 Février 2014

Les marchés financiers, nuage à l'horizon


Édition du 22 Février 2014

Par Les Affaires

Photo: iStock

La négociation d'actions, d'obligations et de dérivés pour leur propre compte ainsi que l'émission de titres sont devenues des activités très rentables pour les banques au cours des dernières années, mais représentent un risque croissant, a récemment averti l'agence de notation Moody's.

«La forte dépendance de la Banque Royale, de la Banque de Montréal et de la Banque Nationale aux gains provenant des activités sur les marchés financiers expose ces trois banques à une forte volatilité de leurs bénéfices, et potentiellement à de lourdes pertes imprévisibles qui pourraient rapidement détériorer leur solvabilité», a écrit David Beattie, vice-président de l'agence de notation financière, dans un rapport sur les banques du pays.

D'une manière générale, la volatilité du bénéfice net en provenance des activités liées aux marchés financiers est, pour ces trois banques, bien plus élevée que celle de leur division de banque de détail et de services aux entreprises, souligne le rapport.

Les activités de banque de détail et de services aux entreprises forment un «absorbeur de choc» en cas de perte imprévisible sur les marchés. Néanmoins, alors qu'un «vent contraire» souffle sur ces deux activités, les banques deviennent encore plus dépendantes de leurs activités sur les marchés financiers, écrit M. Beattie.

RBC, la plus à risque

Parmi les trois banques, la RBC est la plus exposée à de lourdes et imprévisibles pertes, dit l'analyste. Seuls 20 % des revenus de la RBC sont liés aux marchés financiers, mais sa forte portée mondiale la rend la plus vulnérable aux soubresauts des Bourses. L'analyste estime que 71 % de ses revenus d'activités liées aux marchés financiers proviennent de l'étranger.

Dans le cas de la BMO, son intention de devenir la première banque d'investissement en Amérique du Nord dans le secteur des moyennes capitalisations est un point négatif, selon M. Beattie. Cette stratégie «augmente le potentiel de prise de risque».

Enfin, la Banque Nationale, la plus petite des trois banques, est la plus dépendante des gains des activités sur les marchés en plus d'avoir le plus petit absorbeur de choc. Au total, 35 % des revenus de la Nationale proviennent des marchés financiers, selon Moody's.

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.