Les investisseurs craignent une bulle des nouvelles entreprises web

Publié le 29/11/2011 à 14:29

Les investisseurs craignent une bulle des nouvelles entreprises web

Publié le 29/11/2011 à 14:29

Par AFP

La glissade de plusieurs valeurs internet récemment entrées à la Bourse de New York fait ressurgir la peur d'une bulle spéculative, alors que se profile l'introduction sur le marché du géant Facebook.

Le site "social" de bons de réduction Groupon, le réseau social professionnel LinkedIn ou encore le site internet de critiques et recommandations Angie's List: ces sociétés, toutes entrées en Bourse en 2011, cotent désormais tout près voire en dessous (dans le cas de Groupon) de leur cours d'introduction en Bourse.

Pour l'analyste Lou Kerner, spécialiste du secteur internet et des entreprises non cotées chez Liquidnet, "Groupon illustre vraiment la difficulté de fixer le prix d'une entreprise fondée sur un modèle d'affaires balbutiant".

"C'est une gifle pour les banques (qui ont piloté l'opération), et pour la compagnie, qui a tenu à aller à l'autel de la Bourse alors qu'aucune raison ne l'y obligeait", ajoute M. Kerner, un phénomène qui, selon lui, rappelle la première vague internet de 1994-99.

"Les valorisations (de la première vague internet) ont longtemps grimpé, jusqu'à atteindre les proportions d'une bulle", rappelle M. Kerner, et aujourd'hui les investisseurs sont nerveux, se demandant à quelle stade de cette vague on se trouve actuellement.

"Nous allons avoir une nouvelle bulle, la question c'est de savoir si nous sommes dans la bulle, ou si nous en sommes aux débuts" du développement du nouveau secteur des médias sociaux, ajoute-t-il. "Les investisseurs essaient de comprendre si on en est à 2000 (ndlr: la date de l'éclatement de la première bulle internet), ou à 1998".

Mais pour lui, il n'y a pas de quoi s'affoler pour Facebook, bien "plus mûr" que Groupon. Facebook est "dans une classe à part", comme Google et Amazon l'étaient déjà pour leur entrée en Bourse, estime M. Kerner, qui juge plausible la valorisation à 100 milliards de dollars avancée par les médias.

D'autres spécialistes des entrées en Bourse notent aussi que des facteurs techniques expliquent la reculade de valeurs toutes jeunes.

"Par définition, les entrées en Bourse sont plus risquées que des valeurs qui ont un plus long historique d'échanges donc, quand le marché est instable comme c'est le cas récemment, les investisseurs vendent souvent leurs positions les plus risquées en premier", note Lise Buyer, fondatrice de la société VClass Group, qui conseille les sociétés se préparant à entrer en Bourse.

Un mouvement qui pourrait être accentué par le toilettage des portefeuilles à l'approche de la fin de l'exercice, selon elle.

Elle note aussi le rôle de la spéculation: "il est très possible qu'il y ait eu beaucoup de spéculateurs ayant investi dans l'action (Groupon), ce qui est souvent le cas avec les entrées en Bourse de marques grand public".

"Pour Groupon et Angie's List, je crois que de nombreux investisseurs considéraient que c'était une opération rapide pour une +intro+ sexy et pas des investissements de long terme", analyse aussi Nick Einhorn chez Renaissance Capital, cabinet spécialisé dans les entrées en Bourse.

Et puis il note l'effet boule de neige: "si une nouvelle valeur, comme Groupon, tombe sous son cours d'entrée en Bourse, les investisseurs considèrent que c'est un signal négatif et cherchent à s'en débarrasser".

Le cas de LinkedIn serait un peu différent et s'expliquerait par la mise sur le marché de titres supplémentaires à la mi-novembre: "je crois que le titre souffre de l'aversion au risque comme les deux autres mais il y a aussi un élément d'offre et de demande", estime M. Einhorn.

Mardi vers 13H00, les actions Groupon s'échangeaient à 16 dollars (+4,99%), pour un cours d'entrée en Bourse de 20 dollars. Celles d'Angie's List chutaient de 6,65% à 12,14 dollars, en dessous des 13 dollars fixés pour l'entrée en Bourse, et celles de LinkedIn perdaient 4,30% à 57,42 dollars, certes au-dessus du cours d'introduction (45 dollars) mais très en retrait par rapport au sommet atteint le 15 juillet (109,97 dollars).

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour le 26/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.