Les Bourses stimulées par l'abandon du référendum grec

Publié le 03/11/2011 à 16:28, mis à jour le 03/11/2011 à 18:39

Les Bourses stimulées par l'abandon du référendum grec

Publié le 03/11/2011 à 16:28, mis à jour le 03/11/2011 à 18:39

Par AFP

La Bourse de Toronto a clôturé jeudi sur un important gain de plus de 200 points, après que le premier ministre grec, George Papandréou, eut indiqué avoir abandonné l'idée de tenir un référendum sur son nouveau plan de sauvetage financier.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a bondi de 226,59 points pour terminer les échanges à 12 468,35 points. Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,54 cent US à 99,2 cents US.

La Bourse de New York a fini en nette hausse jeudi, soulagée elle aussi de voir le gouvernement grec prêt à abandonner son projet de référendum et la Banque centrale européenne agir face à la crise: le Dow Jones a gagné 1,76% et le Nasdaq 2,20%.

Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 208,43 points à 12.044,47 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 57,99 points à 2.697,97 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est adjugé 1,88% (23,25 points), à 1.261,15 points.

La situation en Grèce "semble se diriger rapidement vers une solution. Il semble que la Grèce se trouve face à une offre à prendre ou à laisser, et j'ai l'impression qu'elle va la prendre", a expliqué Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors.

Après un début de séance agité, sur fond de folle journée de crise politique à Athènes, les indices new-yorkais ont décollé lorsque le Premier ministre grec Georges Papandréou s'est dit prêt à retirer son projet de référendum, assurant que la question de la participation du pays à la zone euro ne se posait pas.=

La situation restait confuse jeudi soir, l'opposition réclamant la démission du chef du gouvernement, qui doit se soumettre vendredi à un vote de confiance du Parlement, et la tenue d'élections anticipées.

"On est face à des choses qu'on ne peut quantifier. C'est uniquement de la réactivité à des nouvelles politiques, c'est la pire des choses pour le marché", a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets.

"Ce qui était important, c'est la baisse des taux en Europe", a-t-il estimé.

La BCE a pris les marchés par surprise en annonçant qu'elle réduisait son principal taux directeur à 1,25% pour ouvrir le robinet du crédit dans la région. Les économistes s'attendaient à un statu quo de la part de l'institution de Francfort, qui avait procédé à deux hausses de taux cette année, en avril et juillet.

Le marché obligataire a baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 2,066% contre 2,006% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,119% contre 3,038% la veille.

Avec La Presse Canadienne

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.