Flaherty se fait rassurant face à l'avenir économique du pays

Publié le 13/10/2008 à 00:00

Flaherty se fait rassurant face à l'avenir économique du pays

Publié le 13/10/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
"Nous sommes sur le bon chemin et d'ailleurs, le Fonds monétaire international prévoit que nous aurons une croissance économique de 1,2 pour cent", a souligné le ministre conservateur.

M. Flaherty a qualifié l'atmosphère de "lourde" à l'intérieur de la Maison Blanche à l'occasion d'une rencontre samedi avec le président américain George W. Bush et les membres des plus grandes puissances économiques mondiales pour discuter des solutions envisageables afin de régler la plus importante crise économique depuis la Grande Dépression de 1929.

sa sortie de la rencontre, M. Bush a souligné la volonté de coopérer des membres du G7 afin de ramener "la stabilité et la croissance économique à long terme". Le Secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, et la Secrétaire d'État, Condoleeza Rice, ont aussi participé aux discussions.

"Nous ferons ce qui est en notre pouvoir pour résoudre la crise économique de façon à ce que l'économie mondiale soit plus forte", a déclaré le président américain accompagné du ministre Flaherty et des autres ministres des Finances du G-7.

Vendredi, les représentants des pays du G7 ont plaidé pour l'utilisation de tous les moyens disponibles afin de mettre un terme à la pire crise économique à survenir en plus d'un demi siècle. Jim Flaherty et ses homologues ont milité en faveur d'un plan comportant cinq points visant à renverser la vapeur dans cette crise du crédit bancaire.

"Cette stratégie permettra de rendre les emprunts et les prêts hypothécaires plus accessibles pour les entreprises et les gens ordinaires", a laissé entendre M. Flaherty.

Cela signifie toutefois qu'Ottawa aura injecté au total, par l'entremise du gouvernement fédéral et de la Banque du Canada, environ 45 milliards $ additionnels dans le système financier pour tenter de résoudre la crise du crédit qui a paralysé les marchés bousiers à travers la planète.

Aux États-Unis, les membres du Congrès ont appris la semaine dernière que les Américains avaient perdu 2 000 milliards $ en fonds de pension de retraite durant les 15 derniers mois de la crise et que la dépréciation de 18 pour cent du Dow Jones la semaine dernière était un record absolu.

La vente massive des actions vendredi a aussi influencé à la baisse les marchés canadiens, asiatiques et européens, alors que d'autres avaient carrément décidé de fermer pour tenter d'échapper au phénomène.

À la une

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Il y a 4 minutes | La Presse Canadienne

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Il y a 10 minutes | La Presse Canadienne

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

La Banque du Canada maintient son taux directeur Ă  0,25%

11:22 | AFP

« L’économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste ».