Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: Wall Street termine en nette hausse

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: Wall Street termine en nette hausse

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés boursiers nord-américains ont conclu en hausse mercredi, après une journée de solides résultats trimestriels et un amoindrissement des craintes des investisseurs par rapport aux relations entre les États-Unis et la Chine.

 La Bourse de New York a été tirée par le Nasdaq.

 

Pour (re)consulter les nouvelles du marché  

 

Les indices boursiers à la fermeture

À Toronto, le S&P/TSX a augmenté de 40,61 points (+0,21%) à 19 545,94 points.

À New York, le S&P 500 a récolté 63,98 points (+1,56%) à 4 155,17 points.

Le Nasdaq a augmenté de 319,40 points (+2,59%) à 12 668,16 points.

Le DOW a gagné 416,33 points (+1,29%) à 32 812,50 points.

Le huard a monté de 0,0023$ US (+0,2959%) à 0,7788$ US.

Le pétrole a cédé 3,50$ US (-3,71%) à 90,92$ US.

L’or a terminé en baisse de 6,70$ US (-0,38%) à 1 764,40$ US.

Le bitcoin a progressé de 349,87$ US (+1,52%) à 23 336,18$ US.

 

Le contexte

Les actions ont «pris la pente ascendante grâce à des résultats et des données économiques meilleurs que prévu», ont indiqué les analystes de Schwab.

Même commentaire pour Jack Ablin de Cresset Capital qui estimait que de nombreux résultats de sociétés s’étaient révélés «meilleurs que ce que l’on attendait».

En outre, selon lui, les propos récents des banquiers centraux américains «montrent qu’ils tentent de charger leurs hausses des taux au début, dans un effort pour contrôler l’inflation».

«Mais cela se base sur l’idée que les taux au jour le jour vont probablement culminer en janvier-février et seront plus bas le reste de l’année», a affirmé l’analyste à l’AFP ce qui a donné confiance aux investisseurs. D’autant plus que James Bullard, le président de la Fed de Saint-Louis, a assuré mardi soir, que si la Fed allait devoir «aller plus haut» en matière de taux, l’économie américaine devrait pouvoir manœuvrer «un atterrissage en douceur», c’est-à-dire sans sévère récession.

 

Indicateur optimiste

Sur le front des indicateurs économiques, la croissance de l’activité dans les services aux États-Unis s’est accélérée en juillet pour la première fois en quatre mois, selon le baromètre de la fédération professionnelle ISM.

L’indice est monté à 56,7%, en hausse de 1,4 point de pourcentage par rapport au mois de juin. Cette amélioration était inattendue et a plu au marché.

Les investisseurs étaient aussi soulagés après le départ de Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi.

La visite avait suscité de véhémentes protestations de Pékin qui considère l’île comme une province et qui a fait pénétrer 27 avions militaires dans la zone de défense aérienne taiwanaise, selon Taïpeï.

Tous les secteurs du S&P ont terminé dans le vert, sauf l’énergie alors que les cours du pétrole ont dégringolé de plus de 3% après la réunion de l’OPEP+ et une hausse inattendue des stocks de brut américain.

Mais les secteurs des technologies de l’information (+2,69%), des dépenses discrétionnaires (+2,52%) — ce qui montrait un regain de confiance dans l’économie — et des services de communication (+2,48%) ont mené la danse.

La firme de paiements électroniques Paypal (PYPL, +9,25% à 97,92$ US) a été célébrée après avoir augmenté des prévisions de résultats pour l’année et surtout annoncé un programme de rachat d’actions de 15 milliards de dollars (G$). Le groupe va aussi licencier du personnel.

Le fabricant de vaccins contre le COVID-19 Moderna (MRNA), également sur le Nasdaq, a affiché des résultats meilleurs que prévu au 2e trimestre et a aussi annoncé des rachats d’actions pour 3G$. Son titre a terminé sur un bond de 15,97% à 186,49$ US.

Les grandes capitalisations du Nasdaq ont aussi été tout sourire comme Apple (AAPL, +3,82% à 166,13$ US), Meta (META, +5,37%, 168,80$ US) ou Amazon (AMZN, +4%, 139,52$ US).

La chaîne de drugstores et pharmacie CVS a été recherchée (CVS, 101,38$ US, +6,30%) après avoir relevé ses prévisions de bénéfices en 2022 montrant que la demande pour ses tests de COVID-19 sans ordonnance avait permis de contrecarrer la baisse de la demande pour les vaccins. 

Le fabricant de microprocesseurs AMD (AMD, 98,09$ US) en revanche a lâché 1,21% après avoir abaissé ses prévisions pour le prochain trimestre à cause d’une moindre demande de PC.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons à 10 ans baissaient légèrement à 2,70% au lieu de 2,74%. Ceux à deux ans restaient stables à 3,06%.