Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: Wall Street salue la santé de l’économie américaine

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: Wall Street salue la santé de l’économie américaine

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en hausse, vendredi, retenant du nombre élevé de créations d’emplois aux États-Unis, en mars, la santé insolente de l’économie américaine plutôt que les conséquences possibles sur la politique monétaire.

Le principal indice boursier canadien a gagné plus de 200 points dans un rallye généralisé vendredi, tandis que les marchés américains ont également progressé.


    Pour (re)consulter les nouvelles du marché

 

Les indices boursiers à la fermeture  

À Toronto, le S&P/TSX a clôturé en hausse de +212,59 points (+0,96%) à 22 264,38 points.

À New York, le S&P 500 a haussé de +57,13 points (+1,11%) à 5 204,34 points.

Le Nasdaq a haussé de +199,44 points (+1,24%) à 16 248,52 points.

Le DOW a clôturé en hausse de +307,06 points (+0,80%) à 38 904,04 points.

Le huard a clôturé en baisse de -0,0026 $US (-0,354 0%) à 0,7360 $US.

Le pétrole a haussé de +0,11 $US (+0,13%) à 86,70 $US.

L’or a monté de +39,60 $US (+1,72%) à 2 348,10 $US.

Le bitcoin a clôturé en baisse de -272,53 $US (-0,40%) à 67 697,24 $US.

 

Contexte

L’économie américaine a créé 303 000 emplois au mois de mars, selon le ministère du Travail, soit nettement plus que les 200 000 attendus par les économistes. C’est le chiffre le plus élevé depuis mai 2023.

Ce chiffre a bousculé le marché obligataire. Le rendement des emprunts d’État américains à 10 ans a frôlé 4,40%, contre 4,30% la veille.

«Le marché du travail reste vigoureux et l’économie américaine continue à créer des emplois à un rythme soutenu», a commenté, dans une note, Rubeela Farooqi, analyste de High Frequency Economics.

«La croissance élevée de l’emploi et la baisse du taux de chômage (de 3,9% à 3,8%) pourraient inciter la Fed (banque centrale américaine) à revoir ses hypothèses de baisses de taux en 2024», a-t-elle ajouté.

La perspective de voir la Fed rester ferme plus longtemps est théoriquement défavorable aux actions, mais Wall Street n’en est pas moins partie résolument dans le vert.

«Une partie de ce mouvement était un rattrapage après le décrochage de la veille», a fait valoir Steve Sosnick, analyste d’Interactive Brokers. Mais il y voit aussi le signe que le marché «se dit finalement qu’il vaut peut-être mieux se préoccuper de l’économie que de savoir combien nous aurons de baisses de taux» cette année.

Par ailleurs, d’autres analystes ont relevé que le salaire moyen n’avait progressé que de 0,3% sur un mois, conformément à ce qu’annonçaient les économistes, mais aussi que le taux de participation au marché du travail avait augmenté.

«La Fed n’a pas besoin de voir le marché du travail fléchir pour commencer à baisser ses taux», a estimé, dans une note, Nancy Vanden Houten, analyste d’Oxford Economics.

«Elle va davantage être guidée par la progression des salaires et de l’inflation, dont nous pensons qu’elles vont ralentir dans les mois à venir», a-t-elle poursuivi.

Ce vent d’optimisme a porté les capitalisations géantes du secteur technologique, en particulier Meta, Amazon et Nvidia.

Dopée par l’envolée des cours du pétrole, au plus haut depuis cinq mois, ExxonMobil (XOM, +1,38%) a établi vendredi un nouveau record.

ConocoPhillips (COP, +1,34%) et Occidental Petroleum (OXY, +2,40%) ont aussi paradé. 

En orbite depuis la scission, mardi, avec sa filiale dédiée à l’énergie, GE Vernova, l’ancien géant du capitalisme américain General Electric a encore pris 6,05% vendredi. Il a gagné près de 15% depuis mardi.

Le spécialiste des équipements de prévention de maladies cardiovasculaires Shockwave Medical (SWAV) a gagné 1,98% après l’annonce de son prochain rachat par Johnson & Johnson (JNJ, -0,01%), pour environ 13,1 milliards de dollars américains.

À l’inverse, le vétéran des semi-conducteurs Intel (INTC) a encore perdu 2,57%, après avoir révélé, mercredi, une perte colossale dans son activité de fonderie, qui fabrique des puces conçues par d’autres. La valeur est au plus bas depuis près de six mois.

CNBC a rapporté que le studio Skydance Media ne comptait pas faire d’offre sur l’ensemble du capital de Paramount Global (PARA,-3,23%), mais uniquement prendre une participation importante, alors qu’un rapprochement entre les deux entités est évoqué depuis mercredi.

Cible des spéculateurs, le groupe de médias Trump Media and Technology Group (TMTG) a encore pris un éclat (DJT, -12,05%).

Le titre a perdu près de la moitié (-48%) de sa valeur depuis son pic de la semaine dernière, diminuant de plusieurs milliards de dollars la manne que pourrait récupérer Donald Trump s’il vendait ses actions.

Tesla (TSLA) est parti en marche arrière (TSLA, -3,63%), après que l’agence Reuters a rapporté que le constructeur automobile avait renoncé à produire un nouveau modèle à un prix plus abordable. Une assertion contestée par le patron du groupe, Elon Musk, sur le réseau social X.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Id’nspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.