Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: Wall Street prudente avant le rapport sur l’emploi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: Wall Street prudente avant le rapport sur l’emploi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a fini en légère baisse jeudi, prudente avant la publication, vendredi, d’un rapport mensuel sur l’emploi aux États-Unis, mais le marché est parvenu à limiter ses pertes grâce à la consolidation des taux obligataires.

La vigueur des actions des secteurs des services aux collectivités et des télécommunications a permis à la Bourse de Toronto de clôturer en hausse.


  Pour (re)consulter les nouvelles du marché

 

Les indices boursiers à la fermeture

À Toronto, le S&P/TSX a monté de 103,00 points (+0,54%) à 19 137,81 points.

À New York, le S&P 500 a perdu 5,56 points (-0,13%) à 4258,19 points.

Le Nasdaq a reculé de 16,18 points (-0,12%) à 13 219,83 points.

Le DOW a baissé de 9,98 points (-0,03%) à 33 119,57 points.

Le huard a monté de 0,0024$US (+0,32%) à 0,7304$US.

Le pétrole a chuté de 1,66$US (-1,97%) à 82,56$US.

L’or a perdu 0,50$US (-0,03%) à 1834,30$US.

Le bitcoin a baissé de 239,35$US (-0,863%) à 27 496,28$US.

 

Contexte

«Le marché a refait ses pertes grâce au repli des taux obligataires, et du dollar», a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital.

Le rendement des emprunts d’État américains à 10 ans s’affichait à 4,71%, contre 4,73% la veille en clôture.

Le billet vert, lui, s’est un peu effrité pour la deuxième journée de suite face à la plupart des grandes devises mondiales.

Le mauvais départ de la séance était, pour partie, dû à un indicateur, selon lequel les États-Unis ont enregistré 207 000 nouvelles inscriptions au chômage, soit moins que les 210 000 attendues par les économistes.

«Malgré la politique offensive de la Fed (banque centrale américaine) pour refroidir le marché du travail, les entreprises ne licencient pas», en a conclu Rubeela Farooqi.

Dans l’ensemble, les opérateurs ont joué la précaution, jeudi, dans l’attente de la publication du rapport sur l’emploi américain pour septembre, vendredi.

Après le chiffre du cabinet ADP, qui a fait état, mercredi, de 89 000 créations d’emplois dans le secteur privé, soit beaucoup moins que les 150 000 anticipés, les investisseurs se préparent à un fléchissement. «S’il montrait des signes de fragilisation du marché du travail, ce serait positif et pourrait soutenir les actions», annonce Peter Cardillo.

À la cote, le titre Rivian a plongé (RIVN, -22,88% à 18,27$US), au lendemain de l’annonce, après Bourse, d’une émission d’obligations convertibles en actions pour un total de 1,5 milliard de dollars.

«Rivian continue à engloutir du cash à un rythme alarmant et est encore très loin de la rentabilité», a écrit Garrett Nelson, analyste de CFRA, dans une note.

ExxonMobil (XOM, -2,25% à 108,99$US) a payé le nouveau recul des prix du brut, jeudi, bien qu’ayant annoncé, la veille, que son bénéfice serait en hausse, au troisième trimestre, par rapport aux trois mois précédents.

Alibaba a reculé (BABA, -0,49% à 83,67$US), après la publication d’une information du Financial Times selon laquelle les autorités belges enquêtent sur de possibles faits d’espionnage liés à l’entité logistique du groupe chinois.

Coca-Cola (KO, -4,83% à 52,38$US), McDonald’s (MCD, -1,40% à 252,23$US) et PepsiCo (PEP, -5,22% à 160,10$US) ont souffert, alors que les investisseurs s’inquiètent de l’effet des nouveaux traitements contre l’obésité, notamment les médicaments stars Ozempic et Wegovy du laboratoire Novo Nordisk, qui diminuent l’appétit pour les aliments sucrés ou gras.

Le groupe de produits d’entretien Clorox (CLX, -5,23% à 124,93$US) a perdu pied après avoir prévenu que son chiffre d’affaires trimestriel serait en baisse de 23% à 28%, principalement du fait d’une cyberattaque qui a perturbé son appareil de production depuis le mois d’août.

Les investisseurs ont accueilli fraîchement la nouvelle prévision publiée jeudi par Dell (DELL, -1,50% à 66,19$US), le fabricant d’ordinateurs tablant sur 3 à 4% de croissance annuelle à long terme.

BlackBerry a plongé (BB, -11,24% à 3,79$US) après avoir fait état, mercredi, d’une possible scission de son activité de recueil de données via des objetfs connectés.