Bourse: Wall Street et Toronto ont marqué une pause

Publié le 27/01/2017 à 10:20, mis à jour le 27/01/2017 à 17:39

Bourse: Wall Street et Toronto ont marqué une pause

Publié le 27/01/2017 à 10:20, mis à jour le 27/01/2017 à 17:39

Par lesaffaires.com

L'indice vedette de la Bourse torontoise a terminé la semaine en petite baisse, tiré vers le bas par les actions du secteur de l'énergie et le cours du pétrole. De son côté, la Bourse de New York a ponctué la séance sans tendance après un chiffre jugé décevant de la croissance américaine et la poursuite des résultats d'entreprises.

Voici l'état de la situation à la clôture:

  • L'indice torontois S&P/TSX a rendu 39,71 points pour clôturer à 15 575,81 points.
  • Le secteur de l'énergie a affiché la plus importante perte du jour, soit 1,03 pour cent.
  • Le cours du pétrole brut a glissé de 61 cents US à 53,17 $ US
  • À Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a cédé 7,13 points à 20 093,78 points
  • L'indice élargi S&P 500 a échappé 1,99 point à 2294,69 points
  • L'indice composé du Nasdaq a avancé de 5,60 points à 5660,78 points.
  • Le dollar canadien s'est déprécié de 0,23 cent US à 76,12 cents US
  • Le cours du lingot d'or a perdu 1,40 $ US à 1188,40 $ US l'once

 

Titres en action

Parmi les titres canadiens en action, le cours de Celestica Inc. (Tor., CLS) a bondi de 11% à 18,60 $ après avoir publié un bénéfice ajusté supérieur aux attentes des analystes. Le groupe a par ailleurs annoncé qu’il abandonnerait la fabrication de panneaux solaires, étant donné la surcharge de ce marché. La recommandation de Macquarie sur le titre est passée à «surperformer», contre neutre auparavant. L’objectif de cours a lui aussi été relevé à 20,50 $, contre 18 avant et comparé à une moyenne de 17,76.

Paul Treiber, de RBC Marché des capitaux, présente ses prévisions de résultats du 1er trimestre de Groupe CGI (Tor., GIB.A). M. Treiber anticipe un bénéfice de 0,91$ par action, ce qui est identique au profit visé par l’ensemble des analystes. Il s’attend à ce que la société fasse part d’un bon carnet de commandes. L’analyste réitère sa recommandation surperformance pour le titre et sa cible de 75$.

Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, fait le point sur sa rencontre avec le PDG de la société drumondvilloise Napec (Tor., NPC). Dans l’ensemble, il se dit impressionné par les perpsectives de croissance du fournisseur de construction et d’entretien de services publics au Québec, en Ontario et aux États-Unis. M. Poirier réitère sa recommandation d’achat pour le titre et sa cible de 1,70$, soulignant qu’il juge le titre raisonnablement évalué.

Sara O’Brien, de RBC Marchés des capitaux, relève légèrement sa cible pour le tittre de SNC-Lavalin (Tor., SNC), la faisant passer de 62$ à 63$. L’analyste, qui revient d’une tournée dans certaines installations de la société montréalaise, prévoit que la rentabilité de la division ingénierie et construction s’améliorera en 2017. Il y a selon elle plusieurs catalystes potentiels pouvant soulever le titre de SNC dans les prochains mois, dont des acquisitions. Elle réitère sa recommandation surperformance.

Maher Yaghi, de Desjardins Marché des capitaux, fait passer sa cible pour le titre de Rogers Communications (Tor., RCI.B) de 57,50$ à 59$ au lendemain de résultats du quatrième trimestre conformes aux attentes, mais qui ont montré une vigoureuse croissance des abonnements. Après plusieurs trimestres décevants, Rogers offre enfin de bonnes nouvelles, souligne l’analyste. Il maintient toutefois sa recommandation de conserver le titre, car il commandation une valorisation supérieure à ses rivales. Aravinda Galappatthige, de Canaccord Genuity, fait pour sa part passer sa cible de 58$ à 60$.

Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, publie ses prévisions de résultats du troisième trimestre pour le géant laitier montréalais Saputo (Tor., SAP). L’analyste s’attend à un bénéfice de 0,51$ par action, ce qui est comparable au profit visé par l’ensemble des analystes. Il réitère sa recommandation neutre pour le titre et sa cible de 49$.

Wall Street & Cie

«Le marché reprend un peu son souffle après les récentes hausses mais il continue à évoluer proche des plus hauts», a relevé Peter Cardillo économiste en chef de First Financial Company, jugeant la séance «mitigée».

La Bourse de New York a battu des records cette semaine, le Dow Jones franchissant mercredi pour la première fois le cap symbolique des 20.000 points. Vendredi, le principal indicateur économique du jour a un peu déçu.

La croissance économique a nettement décéléré au 4e trimestre, s'affichant à 1,9% en rythme annualisé, selon une première estimation. La plupart des analystes faisaient toutefois preuve d'un certain optimiste, attribuant cette contre-performance à une baisse des exportations qui avaient été aidées ponctuellement par des ventes de soja au trimestre précédent.

«La bonne nouvelle, c'est qu'à la fois les investissements des entreprises et d'immobilier ont montré des signes de vigueur», s'est félicité Nariman Behravesh de IHS Markit dans une note. Sur l'année 2016, le produit intérieur brut (PIB) de la première économie mondiale n'a progressé que de 1,6% en 2016.

Par ailleurs, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont reculé de façon inattendue en décembre, selon le département du Commerce, et le moral des consommateurs a augmenté en janvier, d'après la 2e estimation de l'Université du Michigan.

Les investisseurs gardent toujours un oeil sur la politique américaine notamment après des tensions avec le Mexique les jours précédents. "

«Le marché est attentiste et essaie de séparer le bruit et la fumée de ce qui va vraiment être mis en place en matière économique», a estimé Karl Haeling de Landesbank Baden-Württemberg.

Les investisseurs ont également dû assimiler une nouvelle salve de résultats d'entreprises:

  • Au sein du Dow Jones, le géant des puces informatiques Intel, en plein recentrage pour tenter de réduire sa dépendance au marché en crise du PC, a mieux terminé 2016 que prévu et a pris 1,12% à 37,98 dollars.
  • Malgré un chiffre d'affaire d'affaires décevant pour 2016, le conglomérat industriel Honeywell a réaffirmé ses prévisions pour l'année en cours et a avancé 0,38% à 118,42 dollars.
  • Microsoft continue de mettre la pression sur Amazon dans les services d'informatique dématérialisés en ligne ("cloud"), une activité qui a encore soutenu ses performances financières au dernier trimestre. Son titre a avancé de 2,35% à 65,78 dollars.
  •  La major pétrolière Chevron, passée dans le rouge en 2016, a reculé de 2,37% à 113,79 dollars.

Hors de l'indice phare de Wall Street, le groupe de produits d'hygiène et ménagers Colgate-Palmolive a chuté de 5,22% à 64,68 dollars. Il a fait part d'un bénéfice en hausse mais d'un chiffre d'affaires en deçà des attentes sur le trimestre comme sur l'année.

La maison mère de Google, Alphabet, a reculé de 1,06% à 823,31 dollars. Le géant de l'internet a terminé 2016 sur une fausse note avec des marges bénéficiaires décevantes malgré une forte croissance.

La compagnie aérienne American Airlines a enregistré une hausse de ses revenus trimestriels mais s'est montrée prudente pour 2017. Son titre a chuté de 5,32% à 46,95 dollars.

Le service américain de paiements en ligne PayPal a perdu 2,96% à 40,27 dollars après des résultats conformes aux attentes.

Le marché obligataire montait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,482%, contre 2,509% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,060%, contre 3,089% précédemment.

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».