Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: Wall Street, en hausse, célèbre une inflation plus faible

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: Wall Street, en hausse, célèbre une inflation plus faible

(Photo: 123RF)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a célébré mardi avec un bond de ses indices le ralentissement de l’inflation aux États-Unis qui semble effacer la perspective d’une nouvelle hausse des taux d’intérêt.

La Bourse de Toronto a clôturé la séance de mardi sur un gain de 1,6%, alimentée par la vigueur de ses secteurs des métaux de base, de la finance et des services aux collectivités, pendant que les grands indices américains ont avancé eux aussi.


  Pour (re)consulter les nouvelles du marché

 

Les indices boursiers à la fermeture

À Toronto, le S&P/TSX a progressé de 314,58 points (+1,60%) à 20 023,73 points.

À New York, le S&P 500 a haussé de 84,15 points (+1,91%) à 4 495,70 points.

Le Nasdaq a gagné 326,64 points (+2,37%) à 14 094,38 points.

Le DOW a monté de 489,83 points (+1,43%) à 34 827,70 points.

Le huard a récolté +0,005 7 $US (+0,781 7%) à 0,730 5 $US.

Le pétrole a diminué de 0,06 $US (-0,08%) à 78,20 $US.

L’or a clôturé en hausse de 16,60 $US (+0,85%) à 1 966,80 $US.

Le bitcoin a baissé de 922,05 $US (-2,53%) à 35 583,96 $US.

 

 

Contexte

Favorisant l’envol des actions, les rendements obligataires ont reculé de façon spectaculaire après la parution d’une inflation inférieure aux projections.

Le taux sur les bons du Trésor à dix ans est tombé à 4,43%, contre 4,63% la veille au plus bas depuis septembre. Celui à deux ans s’enfonçait à 4,81% contre 5,03% lundi vers 21 h GMT.

L’indice des prix à la consommation aux États-Unis (CPI) a ralenti en octobre à 3,2% sur un an, contre 3,7% en septembre, et 3,3% prévu par les analystes. Sur un mois, les prix n’ont pas bougé.

«Le marché a adoré le chiffre de l’inflation. Ce n’était pourtant pas tellement mieux que les prévisions, mais c’est juste ce que le marché voulait entendre», a commenté Steve Sosnick d’Interactive Brokers.

«Aussi fort que soit le marché des actions, c’est celui des obligations qui a été la clé» de la forte hausse des indices boursiers, a ajouté l’analyste interrogé par l’AFP jugeant «le mouvement de la courbe des taux vraiment étonnant».

Il y a moins de trois semaines, les rendements obligataires américains à dix ans étaient montés jusqu’à 5%, un sommet en 16 ans.

Le marché «a effacé la probabilité d’une prochaine hausse des taux et il y a une chance désormais d’une diminution des taux dès juin et juillet» 2024, a encore indiqué Steve Sosnick, se basant sur les contrats à terme.

«L’inflation reste bien supérieure à l’objectif, mais elle évolue dans la bonne direction», a commenté pour sa part Rubeela Farooqi, économiste en chef.

«C’est plus qu’un atterrissage en douceur, c’est un très doux atterrissage en douceur», a ironisé Austan Goosbee, président de la Fed de Chicago. 

Le spectre de la possibilité d’une ultime hausse des taux s’évaporant aux yeux du marché, le dollar dégringolait de 1,72% face à la devise européenne passant le seuil de 1,08 dollar pour un euro.

Autre nouvelle favorable du côté de la politique budgétaire, le nouveau président de la Chambre des représentants Mike Johnson a indiqué mardi qu’une résolution temporaire évitant une fermeture des services fédéraux («shutdown») pourrait être votée à la Chambre dès mardi.

Au rang des valeurs, la totalité des onze secteurs du S&P a conclu haut dans le vert, en commençant par le secteur immobilier (+5,32%), celui qui a le plus souffert de la montée des taux d’intérêt depuis dix-huit mois.

Les banques ont profité de l’élan, Bank of America gagnant plus de 5% tandis que Citigroup et Wells Fargo ont engrangé plus de 3%.

L’enseigne de magasins de bricolage Home Depot a bondi de 5,46% alors que le groupe a annoncé des ventes et des bénéfices en recul, mais meilleurs que prévu.

«Nous avons constaté l’intérêt persistant des clients pour de petits projets et ressenti une pression pour certains gros budgets, dans certaines catégories», a indiqué Ted Decker, patron du groupe.

Les constructeurs de véhicules électriques ont eu le vent en poupe, notamment Tesla (TSLA) qui a grimpé de 6,12% à 237,41 dollars américains ($US), mais aussi ses plus petits concurrents comme Rivian (RIVN, +4,39%) ou Lucid (LCID, +5,04%).

L’action du fabricant de cartes graphiques et microprocesseurs Nvidia (NVDA), très prisé par le secteur de l’intelligence artificielle, s’est encore rapprochée des 500 $US, gagnant 2,13% à 496,56 $US.

 

 

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.