Bourse: l'or plombe Toronto à la mi-séance, Paypal bondit à ses débuts

Publié le 20/07/2015 à 10:26, mis à jour le 20/07/2015 à 16:57

Bourse: l'or plombe Toronto à la mi-séance, Paypal bondit à ses débuts

Publié le 20/07/2015 à 10:26, mis à jour le 20/07/2015 à 16:57

Le titre de Paypal fait une entrée remarquée au Nasdaq lundi. Photo: Shutterstock.

MISE À JOUR. La Bourse de Toronto a augmenté sa chute en après-midi, plombée par les titres aurifères. À Wall Street, les indices sont restés en territoire positif.

Voici l'état de la situation à la fermeture:

Le S&P/TSX de la Bourse de Toronto perd 217 points ou 1,48% à 14425;

À New York, le S&P 500 gagne 1 point ou 0,06% à 2127

Le Dow Jones ajoute 14 points ou 0,06% à 18100

Le Nasdaq avance de 9 points ou 0,17% à 5219, touchant un nouveau record.

L'or glisse de 2% à 1109$US. Il a touché son plus bas en cinq ans et demi.

Le secteur des matériaux, qui regroupe les producteurs d'or, affiche la pire perte à Toronto, soit plus de 7%. Le producteur australien OceanaGold Corp (Tor., OGC), perd par exemple 13,6%. Yamana Gold (Tor., YRI), un des deux acheteurs d'Osisko l'an dernier, chute de 11,6%, touchant son plus bas en 52 semaines. Le titre de la nouvelle Osisko (Tor., OR), perd de son côté 12,5% à 13,75$.

Le titre de Gildan(Tor., GIL) touche un sommet historique, grâce à un gain de 1,79%. La société montréalaise va dévoiler ses résultats du deuxième trimestre le 31 juillet. Chase Bethel, de Desjardins Marchés des capitaux, a récemment abaissé sa recommandation pour le titre, à conserver, en raison de son appréciation importante.

Le titre du spécialiste du paiement Paypal a fait ses débuts sur le Nasdaq lundi matin avec un bond de 5,44% à 40,57$. L'entreprise cofondée par Elen Musk (Tesla Motors, Space X) est ainsi valorisée à 52 milliards de dollars américains. eBay(Nasdaq, EBAY), qui envoie cette filiale en Bourse, de son côté gagne 2,4% à 28,57$US.

En l'absence de toute annonce macro-économique, « on reste sur une tendance à la hausse », a souligné Brent Schutte, chez BMO. « Les résultats d'entreprises sont corrects, cela soutient les prix, et on dirait qu'il y a de la stabilité au moins à court terme en zone euro », a-t-il ajouté.

Sam Stovall a souligné que les bénéfices du deuxième trimestre pourraient s'afficher en hausse en moyenne, ce qui est une bonne surprise puisqu'il tablait sur un repli de 4,5%.

Pour M. Schutte, il s'agit toutefois d'une « dérive à la hausse » qui pourrait ne pas aller beaucoup plus loin.

« Depuis plusieurs semaines, le marché minimise les hausses de taux d'intérêt et pense que leur rythme va être très mesuré, mais nous pensons que cette perception va être remise en cause et qu'à ce moment-là le marché aura du mal à monter encore », a-t-il expliqué.

La séance avait commencé sur des hésitations, après une semaine « énorme », comme l'a souligné Michael James, chez Wedbush Securities: le S&P 500 a connu sa plus grosse hausse hebdomadaire (+2,41%) depuis quatre mois, alors que le Nasdaq a pris 4,25% et a battu deux records de suite.

Désormais, selon M. James, « on va continuer à voir les gestionnaires de portefeuilles continuer à faire une rotation, à la recherche de noms marqués par la croissance qui marchent bien, et en vendant des noms qui ont été à la traîne », a-t-il précisé.

Le marché obligataire était en petite baisse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 2,375%, contre 2,345% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,103%, contre 3,081% auparavant


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Y a-t-il un avenir pour la production d'aluminium au Québec?

19/10/2019 | François Normand

ANALYSE. L’industrie vit une crise qui nécessite une révolution économique, mais surtout technologique.

La région de l'aluminium, mais pas seulement

Édition du 14 Septembre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS SAGUENAY–­LAC-SAINT-JEAN. Impossible de la manquer. En arrivant à la ville de Saguenay, ...

La Bourse est figée en attendant un signal

BLOGUE. Il faudra plus que la résolution des conflits pour redonner un réel nouvel élan à la Bourse, selon ce stratège.