Bourse: une pause après l'euphorie

Publié le 28/10/2011 à 12:40, mis à jour le 28/10/2011 à 12:54

Bourse: une pause après l'euphorie

Publié le 28/10/2011 à 12:40, mis à jour le 28/10/2011 à 12:54

Par AFP

[Photo : Bloomberg]

La Bourse de New York évoluait en légère baisse vendredi à la mi-journée, les investisseurs s'accordant un répit après l'euphorie de la veille: le Dow Jones cédait 0,13% et le Nasdaq 0,42%.

PLUS: La Bourse de New York vers son meilleur mois depuis 1974

Vers 12H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 15,28 points à 12.193,27 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 11,55 points à 2.727,08 points, dans un volume d'échange modéré.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 lâchait pour sa part 0,35% (4,46 points) à 1.280,13 points.

Le Dow Jones a avancé de 12% depuis le début du mois. S'il maintient cette tendance jusqu'à lundi, l'indice vedette regroupant les titres de 30 fleurons américains enregistrera sa meilleure hausse mensuelle en pourcentage depuis janvier 1987.

"Les investisseurs s'accordent une petite pause et prennent des bénéfices", a expliqué Peter Cardillo, chef économiste de Rockwell Global Capital.

"La faiblesse s'explique simplement par des prises de bénéfices après la très forte hausse des trois dernières semaines", a renchéri Patrick O'Hare, du site d'analyse financière Briefing.com.

Au terme d'une nuit d'intenses tractations à Bruxelles, les dirigeants européens se sont mis d'accord jeudi pour réduire fortement la dette de la Grèce et pour mobiliser 1.000 milliards d'euros, afin d'empêcher la contagion de la crise, notamment à l'Espagne et l'Italie.

Soulagée de voir les Européens enfin passer à l'action, Wall Street pointait les zones d'ombre de l'accord global conclu aux forceps, après un marathon de 10 heures dans la nuit de mercredi à jeudi.

Les investisseurs new-yorkais "se concentrent maintenant sur la mise en oeuvre et l'exécution dudit plan", a expliqué Andrea Kramer, de Schaeffer Investment Research.

"Un certain scepticisme est de retour chez les investisseurs qui se demandent comment va être mis en oeuvre le plan européen, mais je pense qu'il ne s'agit que d'une excuse" pour prendre des bénéfices, a fait valoir Peter Cardillo.

Du côté des valeurs, le secteur informatique était entraîné à la hausse par Hewlett-Packard (+3,45%, 27,92 dollars) qui a finalement décidé de conserver sa division ordinateurs personnels, deux mois après avoir envisagé de s'en débarrasser pour se concentrer sur les services et équipements professionnels.

IBM, qui a cédé ses ordinateurs au chinois Lenovo en 2005, grignotait 0,81% à 187,39 dollars.

Après avoir triplé son bénéfice net au troisième trimestre, à 1,7 milliard de dollars, le groupe pharmaceutique Merck prenait 1,60% à 34,86 dollars.

La chute du fabricant d'électro-ménager Whirlpool (-11,54% à 53,49 dollars) pesait en outre sur les marchés. Le groupe a annoncé la suppression de 5.000 emplois pour faire face à une chute de 42% du bénéfice d'exploitation trimestriel.

Les valeurs financières évoluaient en désordre: Bank of America prenait 1,66% à 7,34 dollars et Goldman Sachs 0,64% à 115,36 dollars, tandis que Morgan Stanley se repliait de 0,82% à 19,25 dollars et JPMorgan Chase de 0,97% à 36,66 dollars.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 2,299% contre 2,395% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,355% contre 3,446% la veille.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...