Bourse: rebond de Wall Street après la Fed

Publié le 23/05/2018 à 09:15, mis à jour le 23/05/2018 à 16:43

Bourse: rebond de Wall Street après la Fed

Publié le 23/05/2018 à 09:15, mis à jour le 23/05/2018 à 16:43

Wall Street a terminé en hausse mercredi après avoir évolué une partie de la séance en recul, se ressaisissant après la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed).


À la clôture


TSX: 16 133,80 points, en baisse de 10,99 points; Volume: 297,86 millions


Dow Jones: 24 886,81 points, en hausse de 52,40 points


S&P 500: 2733,29 points, en hausse de 8,85 points


Nasdaq: 7425,96 points, en hausse de 47,50 points


Once d'or à New York: 1289,60 $ US, en baisse de 2,40 $ US (juin)


Pétrole: 71,84 US, en baisse de 0,36 $ US (juillet)


Dollar canadien: 77,66 cents US, en baisse de 0,55 cent


Contexte


La Fed envisage de relever «bientôt» ses taux d'intérêt laissés inchangés début mai, selon un compte-rendu de la dernière réunion de son Comité monétaire publié mercredi.


Sur l'inflation, les membres de la banque centrale ont noté qu'ils pouvaient s'accommoder d'une période d'inflation au-dessus des 2% à condition que cette période soit «temporaire» et que le taux d'inflation soit «modestement» au-dessus de la cible «symétrique» des 2%.


Il est par ailleurs «prématuré de conclure que l'inflation puisse rester autour des 2%, en particulier après plusieurs années au cours desquelles l'inflation s'est maintenue de manière persistante en-deçà des 2%», a également indiqué la Fed. 


«Malgré la récente hausse du PCE (l'indice des prix à la consommation), personne ne s'inquiète d'une hausse significative de l'inflation, et à l'inverse certains remarquent le fait qu'elle pourrait retomber sous 2%», a commenté Chris Low de FTN Financial.


Cette situation suggère une politique de hausses de taux moins agressive pour contenir la hausse des prix, les courtiers s'attendant à trois ou quatre hausses de taux cette année.


Par ailleurs, même en cas de hausse agressive des taux, «les marchés semblent s'habituer au fait que l'on verra sans doute quatre hausses en 2018», a indiqué Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.


La normalisation monétaire «commence à être vue de manière positive» comme le signe d'une économie en meilleure santé, a-t-elle ajouté.


Ce compte rendu a permis aux indices de se reprendre et de terminer en hausse après avoir évolué dans le rouge durant la majeure partie de la séance en raison de craintes sur le dossier commercial sino-américain.


Le marché obligataire se détendait: le taux de rendement des bons du Trésor américains à 10 ans reculait sous les 3% à 2,989% contre 3,060% la veille, et celui à 30 ans baissait à 3,151% contre 3,205%.


Titres en action


La semaine des banques canadiennes s'amorce avec des résultats épatants de la Banque CIBC. Lowe's et Target, eux, ont plus de misère. Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises. >>>À lire ici<<<






image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

23/03/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.