Bourse: Toronto se distingue, Snap au plus bas

Publié le 06/03/2017 à 09:44, mis à jour le 06/03/2017 à 17:31

Bourse: Toronto se distingue, Snap au plus bas

Publié le 06/03/2017 à 09:44, mis à jour le 06/03/2017 à 17:31

Les indices new-yorkais ont terminé en baisse lundi, faisant preuve de prudence au moment où les promesses du président Donald Trump, qui l'ont tant fait monter depuis l'élection américaine, tardent à se concrétiser. À la Bourse de Toronto, l'indice vedette s'est lui adjugé de petits gains.

Voici l'état de la situation à la clôture:

  • S&P/TSX +0,18% à 15 629 points
  • S&P 500 -0,33% à 2 375 points
  • Dow Jones -0,24% à 20 954 points
  • Nasdaq -0,37% à 5 849 points
  • Dollar canadien -0,21% à 0,7457 $US
  • Once d'or -0,05% à 1 225 $US
  • Baril de pétrole -0,26% à 53,19 $US

«Les investisseurs commencent à être frustrés qu'il y ait beaucoup d'informations venant du gouvernement mais qu'il n'y ait pas beaucoup d'action» en matière économique, a estimé Jack Ablin de BMO Private Bank.

Le nouveau président américain a certes comme prévu signé une nouvelle version de son décret migratoire lundi mais il n'a toujours pas détaillé les mesures économiques, notamment fiscales, qui ont fait grimper Wall Street depuis son élection le 8 novembre.

Le Dow Jones avait encore passé un cap symbolique la semaine précédente en franchissant pour la première fois les 21.000 points et le S&P 500, qui sert de jauge plus fidèle au marché d'actions américain, a pris plus de 11% depuis le scrutin.

«On avait peut-être besoin de s'arrêter et de marquer une pause», a commenté Chris Low de FTN Financial.

Seul indicateur notable lundi, les commandes industrielles ont augmenté légèrement plus que prévu en janvier aux États-Unis, tirées par le secteur volatil des transports, ce qui n'a pas été de nature à inverser la tendance négative de la Bourse.

D'autant plus que des «marchés européens en baisse ont donné le ton, avec des inquiétudes pesant sur l'élection française», a ajouté M. Low.

Temps fort de la semaine sur le plan des statistiques économiques, les chiffres mensuels sur le marché du travail américain seront publiés vendredi. Lire Les chiffres sur l'emploi sont cruciaux.

Avant cela, la Banque centrale européenne (BCE) se réunira jeudi mais les analystes estiment qu'elle ne bouleversera pas sa politique monétaire, très accommodante. En revanche, la plupart des investisseurs sont convaincus que la Réserve fédérale américaine (Fed) relèvera ses taux lors de sa réunion des 14 et 15 mars, notamment depuis que sa présidente Janet Yellen a laissé transparaitre des indices en ce sens dans un discours tenu vendredi.

Titres en action

Avant toute chose, si vous vous demandiez que faire avec les titres de TC Transcontinental, TVA et Apple? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainemen dans notre rendez-vous matinal des À surveiller. Notez à ce propos que le cours de TC Transcontinental (Tor., TCL.A) a touché un sommet annuel en intraséance, à 23,47 $.

Le spécialiste de Laval des équipements de mobilité personnelle Savaria(Tor, SIS) a dévoilé une année record et un quatrième trimestre nettement supérieur aux prévisions après la fermeture des marchés. 

Patricia A. Baker, de Banque Scotia, publie ses prévisions de résultats du troisième trimestre d’Alimentation Couche-Tard(Tor., ATD.B), attendus le 14 mars. L’analyste anticipe un bénéfice de 0,67$US par action, ce qui représenterait un bond de 28,3% par rapport au même trimestre un an plus tôt. La marge bénéficiaire à la pompe, un élément qui influence toujours les résultats, est estimée à 0,19$US le gallon. Les revenus devraient monter de 22,8%, grâce aux acquisitions de Esso Canada, Topaz d’Irlande et de Shell au Danemark, notamment. L’analyste réitère sa recommandation surperformance pour le titre et sa cible de 80$.

Kenric S. Tyghe, de Raymond James, revient sur les résultats du quatrième trimestre du propriétaire de St-Hubert, Cara Opérations(CARA, 26,38$). Il rétière sa recommandation neutre et sa cible de 30$ à la suite de résultats qui ont montré la faiblesse des ventes comparables(-2,8%), une problématique qui touche aussi Groupe MTY(MTY, 50,92$), en raison notamment de l’économie au ralentie dans l’Ouest canadien. L’analyste souligne que la chaîne St-Hubert a offert une belle performance au cours du trimestre.

Mark Neville, de Banque Scotia, réitère sa recommandation neutre, mais fait passer sa cible de 21,50$ à 23$ pour le titre de Transcontinental(TCL.A, 22,30$), après la publication de résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre. L’analyste souligne que la meilleure performance que prévu réside dans un déclin moindre qu'anticipé de ses revenus. Les initiatives de restructuration au sein de la division médias ont aussi porté leurs fruits, puisque celle-ci a dégagé un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement. L’analyste note que le dividende a été haussé de 8,1%, plus qu’il ne s’y attendait(+5%).

Au sud de la frontière

Le cours de l'action Snap est déjà retombé sous son niveau d'entrée en Bourse. Première dégringolade pour le titre lié à la messagerie Snapchat, qui a clôturé sous les 24 $US. Samedi, un article de la Bible de l’investisseur, le magazine Barron’s, avait insisté à son tour sur la valorisation ridicule de la société, à «93 fois le chiffre d’affaires de 2016». L'estocade, selon les observateurs, alors que les recommandations « à vendre » se multiplient... Et qu'aucun conseil d'achat n'a encore été émis, les analystes susceptibles de le faire appartenant aux banques qui ont mené l'IPO.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...