Bourse: Wall Street, plombée par le secteur technologique

Publié le 25/09/2017 à 10:08, mis à jour le 25/09/2017 à 16:47

Bourse: Wall Street, plombée par le secteur technologique

Publié le 25/09/2017 à 10:08, mis à jour le 25/09/2017 à 16:47

Par lesaffaires.com

(Getty)

Wall Street a terminé en net repli lundi sous la pression de l'accès de faiblesse du secteur technologique et du regain de tensions avec la Corée du Nord.


«On a assisté à une belle rotation entre les secteurs», a estimé Adam Sarhan, 50 Parks Investment.


«Les valeurs de la technologie ont comme la semaine dernière continué de se replier tandis que d'autres actifs sous-évalués, comme les petites capitalisations, ont bien progressé», a-t-il avancé.


À Toronton, en cédant 4,04% aujourd'hui, Bombardier (BBD.B) a effacé ses gains de 2017. Il faut dire qu'à quelques heures d'une décision du département américain du Commerce concernant la CSeries, le premier ministre Philippe Couillard se dit inquiet pour les employés de Bombardier et les travailleurs de l'industrie aéronautique.


Voici l'état de la situation


S&P/TSX +0,40% à 15516 points
S&P 500 -0,22%
 à 2496 points
Dow Jones -0,24% à 22296 points
Nasdaq -0,88% 6370 points
Dollar canadien -0,35% à 0,8078$US
Once d'or +1,26% à 1313$US
Baril de pétrole WTI +2,88% à 52,12$US


L'indice regroupant les valeurs de la technologique au sein du S&P 500 a lâché 1,42%.


Apple a notamment perdu 0,88%. «C'est peut-être lié à un peu de déception sur les premières ventes de l'iPhone 8», commercialisé depuis vendredi, «même si l'enjeu est surtout sur l'iPhone 10», qui sera disponible début novembre, a relevé Art Hogan de Wunderlich Securities.


Facebook, qui a renoncé vendredi après une levée de boucliers de certains actionnaires à créer une nouvelle catégorie d'actions qui auraient permis à son patron-fondateur, Mark Zuckerberg, de pérenniser son contrôle sur le groupe, a reculé de 4,50%.


L'indice Russell 2000, qui regroupe des entreprises à la petite capitalisation, a de son côté atteint un sommet en cours de séance.


Les valeurs du secteur de l'énergie regroupées dans le S&P 500, portées par la hausse du baril de brut à son plus haut niveau en cinq mois à New York, ont également bien progressé (+1,47%).


Les investisseurs ont par ailleurs été échaudés par le regain de tensions géopolitiques entre Washington et Pyongyang, le chef de la diplomatie nord-coréenne, Ri Yong Ho, accusant lundi le président américain, Donald Trump, d'avoir «déclaré la guerre» à son pays, une affirmation qualifiée d'absurde par la Maison Blanche.


Titres en actions



BCE: mieux vaut tempérer ses attentes. Le principal fournisseur de services de télécommunications au pays en partie victime du succès dans le sans-fil.



Cascades: la spéculation du carton se dégonfle, l’action perd 9%. La possibilité d’une nouvelle hausse des prix du carton-plat se dissipe. Le titre boursier de Cascades aussi...


BRP (DOO, 44,59$): vers des ventes de 6 G$ et peut-être une première acquisition d'un fabricant de motocyclettes. Gerrick Johnson, de BMO Marchés des capitaux, est aussi revenu emballé de l’événement annuel Club BRP, axé sur les nouveaux produits. Le lancement d’un nouveau véhicule hors route pour les sentiers étroits, celui d’un Spyder d’entrée de gamme à moins de 10000$US, ainsi que des améliorations fonctionnelles au motomarine Sea-Doo ont volé la vedette.



Groupe WSP (WSP, 51,39$): 20 000 employés de plus en 2021 est possible, mais le titre attend plus de croissance interne. Au moment où le groupe de génie-conseil reçoit les analystes à sa journée des investisseurs le 27 septembre, la Financière Banque Nationale se projette vers l’avant et essaie d’imaginer la trajectoire de l’entreprise une fois que son plan actuel sera complété, en 2018. Il lui reste encore 5000 employés à ajouter par le biais d’acquisitions pour atteindre sa cible de 45000 promise pour 2018, mais Maxim Sytchev, estime que WSP peut ensuite hausser la marque à 60000-65000, en 2021.


Canadian Tire (CTC, 150,73$): 12 millions de membres et 11 enseignes, des forces pour contrer Amazon. Patricia Baker, de Banque Scotia, est très satisfaite de la stratégie à moyen terme que Canadian Tire a articulée à la présentation annuelle, «retour en classe», organisée par son employeur. Le détaillant multi-enseignes compte s’appuyer sur les données d’achat des 12 millions de membres à ses programmes de fidélité pour stimuler les ventes croisées et accroître sa part du «portefeuille» des consommateurs, à l’ère d’Amazon.


ProMetic(Tor., PLI) a annoncé avoir reçu le feu vert de la Food & Drug Administration(FDA) afin de débuter son étude clinique pivot de phase 2/3 pour son médicament PIB-4050 destiné aux patients souffrant de fibrose pulmonaire idiopathique, une maladie chronique qui mène ultimement à la mort par une diminution progressive de la fonction pulmonaire. Cette maladie touche particulièrement les fumeurs. Elle touche 130000 personnes aux États-Unis. Mais, sans le savoir, le PDG s'est lancé un ultimatum.


Paul C. Quinn, de RBC Marchés des capitaux, fait bondir sa cible pour le titre de Norbord(Tor., OSB) de 50$ à 58$, tout en maintenant sa recommandation titre préféré(top pick) parmi ceux qu'il suit. L'analyste attribue cette cible bonifiée à la solide demande jumelée à des prix pratiquement records des panneaux de bois OSB. Le taux d'utilisation des usines de l'industrie, de 94,7% en 2017 et de 95,3% prévu en 2018 laisse entrevoir un contexte de prix élevés au cours des prochaines années, dit l'analyste. L'action de Norbord a déjà gagné 44% cette année.


Boralex(Tor., BLX) va-t-elle bientôt relever son dividende? Le producteur d’énergie affiche un des taux de dividende les plus faibles parmi les sociétés comparables de son industrie, dit Rupert M. Merer, de la Financière Banque Nationale. Avec un ratio de paiement de 53% d’ici 2018, Boralex a la capacité d’accroître son dividende tout en préservant suffisamment de liquidités excédentaires. L’analyste souligne aussi dans une note le potentiel de croissance de Boralex en France, pays qui pourrait devenir un chef de file de l’énergie éolienne d’ici 2030. La France est présentement quatrième sur le plan de la puissance installée, derrière l’Allemagne, l’Espagne et la Grande-Bretagne. L’analyste laisse sa recommandation pour le titre à surperformance et sa cible à 24$.


Gerrick L. Johnshon, de BMO Marché des capitaux, fait à son tour le point sur les perspectives du fabricant de véhicules récréatifs BRP(Tor., DOO) après avoir assisté à l’événement destiné aux concessionnaires et aux analystes. La brève présentation faite aux analystes réitère l’objectif de l’entreprise de Valcourt d’atteindre 6G$ de revenus d’ici l’exercice 2021. L’analyste a relevé ses prévisions financières pour les exercices 2019 et 2020 et fait passer sa cible de 46$ à 50$. Sa recommandation reste à surperformance.


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.