Bourse: le S&P 500 et le Dow Jones fracassent des records

Publié le 20/09/2018 à 10:20, mis à jour le 20/09/2018 à 16:40

Bourse: le S&P 500 et le Dow Jones fracassent des records

Publié le 20/09/2018 à 10:20, mis à jour le 20/09/2018 à 16:40

(Photo: 123rf.com)

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les indices Dow Jones et S&P 500 ont terminé à des records jeudi, soutenus par une forte progression des valeurs technologiques et une vague de confiance dans les performances de l’économie américaine. À Toronto, l’indice de référence de la Bourse clôturait à son plus haut niveau depuis le début septembre.


Indices


Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,95 % à 26 656,98 points.


L’indice élargi S&P 500, regroupant les 500 plus grosses entreprises cotées aux États-Unis, a avancé de 0,78 % à 2 930,75 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a progressé de 0,98 % à 8 028,23 points.


L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé de 0,4 % points pour terminer la séance à 16 214,75 points.


Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 77,49 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 77,24 cents US de la veille.


Contexte


Les valeurs technologiques ont, comme souvent, mené la danse à Wall Street. Le sous-indice qui les regroupe au sein du S&P 500 a avancé de 1,17 %.


« C’est toujours un secteur fantastique en termes de croissance ou de profits. Lorsque vous observez un fort recul comme lors de la séance précédente, le rebond est généralement très puissant », a commenté Nate Thooft de Manulife AM. 


Le secteur bancaire a également nettement avancé comme la veille, bénéficiant de la hausse observée depuis plusieurs séances sur les taux d’intérêts américains, améliorant les perspectives financières de ces sociétés.


Malgré un tassement en cours de séance, le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, référence sur le marché obligataire, s’affichait près de ses plus hauts depuis mai à 3,065 %, contre 3,063 % mercredi à la clôture, celui à 30 ans évoluait à 3,202 %, contre 3,210 % à la précédente fermeture, et celui à deux ans a atteint jeudi un nouveau plus haut depuis 2008 à 2,818 %.


« Les banques ont déçu une bonne partie de l’année en Bourse, les investisseurs se disent sans doute qu’il est temps d’envisager une rotation au moment où les taux montent », a affirmé M. Thooft.


Sur le front de l’économie américaine, « les indices ne reculent fondamentalement pas lorsque les principaux indicateurs économiques sont bons », a estimé Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.


La croissance de l’activité manufacturière de la région de Philadelphie a repris de l’élan en septembre et les demandes d’allocations chômage hebdomadaires ont continué à baisser à leur plus bas depuis près de 50 ans.


Dépassés dès l’ouverture de Wall Street, les records sur le S&P 500 et le Dow Jones ont visiblement égayé Donald Trump, le président américain se réjouissant sur Twitter :






image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

23/03/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.