Bourse: Wall Street et Toronto en petite hausse pour démarrer 2019

Publié le 02/01/2019 à 11:10, mis à jour le 02/01/2019 à 17:15

Bourse: Wall Street et Toronto en petite hausse pour démarrer 2019

Publié le 02/01/2019 à 11:10, mis à jour le 02/01/2019 à 17:15

Des courtiers sur le plancher de la Bourse de New York.

(Photo: Getty)

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a fini sa première séance de 2019 en hausse grâce à un bond des cours du pétrole, les indices s'étant repris à la clôture après un plongeon à l'ouverture dans le sillage de nouvelles inquiétudes sur le ralentissement économique en Chine.


À Toronto, à la clôture, l'indice S&P/TSX a gagné 24 points, ou 0,17%, à 14 347 points.


À New York, l'indice élargi S&P 500 a grimpé de 3 points, ou de 0,13%, à 2 510 points.


Le Dow Jones s'est apprécié de 18 points, ou de 0,08%, à 23 346 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a connu une hausse de 30 points, ou de 0,46%, à 6 665 points.


Grâce au pétrole


Alors que les marchés avaient ouvert en forte baisse mercredi à l'occasion de la première séance de l'année 2019, «ils se sont relevés à la faveur d'une hausse des cours du pétrole», a signalé Quincy Krosby de Prudential Financial.


À l'origine de la hausse de plus de 2% du pétrole coté à New York, des données compilées par l'agence Bloomberg montrant que l'Arabie saoudite avait réduit en décembre ses exportations d'environ 500 000 barils par jour, avec notamment des volumes moins élevés en direction des États-Unis et de la Chine. Signe que le royaume est disposé à faire des efforts pour réduire l'offre d'or noir sur le marché mondial.


Les valeurs du secteur de l'énergie regroupées au sein d'un sous-indice du S&P 500 ont largement profité de cette information et pris 2,07%.


La nouvelle est venue redonner du baume au coeur des investisseurs sur le marché des actions et de l'énergie, assommés un peu plus tôt par des statistiques chinoises montrant une dégradation de l'activité manufacturière fin 2018.


Tesla plonge


Ces chiffres ont «crédibilisé un peu plus l'idée que l'économie chinoise ralentit», a observé Mme Krosby.


Outre Wall Street, cet indicateur chinois avait «envoyé les places boursières mondiales au tapis», de l'Asie à l'Europe, a observé Peter Cardillo de Spartan Capital. La Chine a été durant des années le moteur de l'activité mondiale. 


Les marchés ont également surveillé mercredi les avancées sur le front politique, alors que la fermeture partielle des administrations américaines, le «shutdown», affecte le pays depuis le 22 décembre sur fond de désaccords sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine.


Le président des États-Unis Donald Trump s'est de nouveau montré inflexible sur ce mur mercredi, assurant que le blocage budgétaire pourrait durer. 


Il a également affirmé que le plongeon des indices boursiers en fin d'année dernière était dû à un «dysfonctionnement» et que Wall Street se porterait beaucoup mieux dès qu'un accord commercial serait signé avec la Chine. 


Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans des États-Unis reculait à 2,631% en fin d'après-midi, contre 2,684% lundi à la clôture, et celui à 30 ans à 2,961%, contre 3,015%.


Parmi les valeurs du jour, Tesla, qui s'attache depuis plusieurs mois à accélérer la production de ses véhicules, a plongé de 6,81% après avoir fait part d'un nombre de livraisons de voitures inférieur aux attentes du marché.


Le secteur de la santé a été sous pression alors que le président américain a de nouveau plaidé pour une baisse du prix des médicaments, dont certains ont nettement augmenté à l'occasion de la nouvelle année: le sous-indice représentant les entreprises de la santé au sein de l'indice S&P 500 a perdu 1,35%.


En pleine polémique suite à des accusations de censure de son service en Arabie saoudite, Netflix a fini stable. Le titre a toutefois été mis sous pression en cours de séance par la publication d'une note de la société SunTrust abaissant les perspectives sur son titre en Bourse. Netflix a par ailleurs annoncé mercredi la nomination d'un ancien du groupe Activision Blizzard au poste de directeur financier.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Il y a 45 minutes | Catherine Charron

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique, la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.