Bourse québécoise: le grand retour de SNC-Lavalin

Publié le 01/07/2014 à 09:39

Bourse québécoise: le grand retour de SNC-Lavalin

Publié le 01/07/2014 à 09:39

Par Yannick Clérouin

La Bourse québécoise a peut-être connu un rendement inférieur à la Bourse canadienne dans son ensemble au cours des six premiers mois de 2014, elle affiche tout de même un rendement plus que respectable et plusieurs performances individuelles dignes de mention.

Le fonds négocié en Bourse (FNB) qui calque les titres québécois, le XTF Morningstar National Bank Québec, a avancé de 6,96% depuis le début de l’année. Cela se compare à un rendement de 10,5% pour le FNB iShares Canadian LargeCap 60 Index, qui représente les principales capitalisations du parquet torontois. Le FNB des petites capitalisations canadiennes de iShares a brillé davantage, avec un gain de 15,75% à ce jour en 2014.

La progression inférieure de la Bourse du Québec Inc. dans les six premiers mois de l’année est d’une certaine façon normale, après la surperformance de 2013. Les titres de la province avaient grimpé de 32%, contre 9,57% pour la Bourse de Toronto.

Une des raisons qui expliquent le retard de la Bourse québécoise cette année est le fait qu’elle ne contient pas de titres pétroliers, à l’inverse de la Bourse canadienne. Or, ce secteur a fortement rebondi depuis le début de l’année.

Bombardier: la déception

Le premier semestre a été notamment marqué par le grand retour de SNC-Lavalin. Le titre de la société d’ingénierie montréalaise a gagné 17,4% en 2014, notamment dans la foulée de la vente au conglomérat du milliardaire américain Warren Buffett le gestionnaire de réseau électrique haute tension AltaLink, pour 3,2G$, puis de l’acquisition de Kentz Corp., une entreprise spécialisée dans le pétrole et gaz, pour 1,97$US.

Le titre de SNC a ravis à Alimentation Couche-Tard la première place du FNB XTF Morningstar National Bank Québec. Le titre pèse pour 5,73% de l’indice.

Quant à elle, la chaîne de dépanneurs lavalloise a glissé au 10e rang du FNB. La société dirigée par Alain Bouchard a tout de même affiché une progression respectable de près de 10% depuis le début de 2014. Le titre a grimpé de 40% sur un an.

Les investisseurs ont salué la discipline de la direction après que celle-ci eut levé le nez sur une acquisition coûteuse aux États-Unis (le réseau de dépanneurs de Hess), mais attendent une transaction qui donnera un nouvel élan à la croissance.

Le deuxième plus important titre du FNB québécois, Saputo, a connu une solide progression de 32%, dans la foulée notamment de sa bataille pour mettre la main sur la société australienne Warrnambool.

Autre titre digne de mention, la pharmaceutique spécialisée Valeant, qui a progressé de 8,3% depuis le début de 2014. La société dont le siège social est à Laval a tout de même perdu 21% depuis son sommet historique de 170,45$ touché en février.

Valeant a causé la surprise en lançant une offre d’achat non sollicitée de 45G$US pour le fabricant du Botox Allergan en avril. Les investisseurs ont toutefois montré des doutes quant aux chances que l’entreprise dirigée par Michael Pearson réussisse cette audacieuse transaction.

Autre transaction d’envergure tout aussi surprenante: le petit Groupe de jeux Amaya, en banlieue de Montréal, a annoncé son intention de verser 4,9G$US pour acheter Rational Group, propriétaire de PokerStars et ainsi devenir un géant mondial des jeux en ligne.

Le titre d’Amaya, qui vivotait autour de 7$ après des résultats trimestriels décevants, a touché un sommet historique de 23,77$ peu avant la fin du trimestre. Le pari d’acheter Rational a été bien reçu pour les investisseurs: le titre a explosé de 190% cette année.

Chez les perdants, on retrouve en tête de liste Bombardier. La multinationale montréalaise a vu son titre fléchir de plus de 18% depuis le début de 2014.

Le plus important client de la gamme d’avions CSeries de Bombardier, Republic Airways Holding, a mentionné en mai qu’il envisageait annuler sa commande d’appareils.

La société a aussi semé l’inquiétude chez les investisseurs après qu’un incident avec un moteur, survenu le 29 mai, eut endommagé un des appareils d'essais de la CSeries.

À la une

Qui a tué le capital de risque au Canada?

Il y a 35 minutes | Pierre Graff

Le désinvestissement de nos grands fonds institutionnels est-il responsable des problèmes de financement au pays?

Administrateur de condo génial recherché

Mis à jour il y a 27 minutes | Gabriel Marcu

EXPERT INVITÉ. Tenez-vous prêt à mettre au défi copropriétaires, résidents, entrepreneurs et professionnels.

L'entreprise xAI d'Elon Musk obtient 6G$US de nouveaux financements

Il y a 19 minutes | AFP

Ce dernier tour de table porte la valorisation de l'entreprise xAI à 24 milliards de dollars américains.