Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: les marchés bondissent

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 15 avril 2024

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street et Toronto terminent la séance de vendredi en forte hausse.

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a clôturé sur une forte hausse vendredi, profitant d’un vent d’optimisme lié à l’espoir d’un règlement rapide du conflit commercial sino-américain à l’issue de plusieurs jours de négociations qui se poursuivront la semaine prochaine à Washington.

Indices

Le S&P/TSX a gagné 142 points, ou 0,91%, à 15 838 points.

Le Dow Jones a progressé de 443 points, ou de 1,74%, à 25 883 points.

Le Nasdaq a avancé de 45 points, ou de 0,61%, à 7 472 points.

Le S&P 500 s’est apprécié de 29 points, ou de 1,09%, à 2 775 points.

Contexte

Donald Trump s’est montré positif vendredi sur la perspective de mettre fin à la guerre commerciale qu’il mène contre Pékin et a évoqué la possibilité de prolonger la trêve avant de frapper des importations chinoises de nouveaux droits de douane.

Les négociations, dont un troisième round vient de s’achever vendredi à Pékin au niveau ministériel, se passent «extrêmement bien», a dit le président.

«Nous y croirons vraiment lorsque nous le verrons se réaliser, mais un accord semble plutôt proche», a réagi Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Les discussions entre représentants de chaque camp ont été l’un des principaux baromètres des marchés financiers cette semaine. Depuis l’ouverture de lundi, le Dow Jones a pris 3,09%, le Nasdaq 2,39%, et le S&P 500 2,50%.

Au terme de cinq jours de discussions entre les délégations de chaque camp, le représentant américain pour le Commerce Robert Lighthizer a toutefois évoqué vendredi devant Xi Jinping «certaines questions très très importantes et très difficiles».

«Il reste du travail à faire mais nous sommes optimistes», a-t-il lancé, avant de regagner Washington où de nouvelles négociations se tiendront la semaine prochaine.

Séance noire pour Mattel

Egalement source d’élan sur les marchés, la satisfaction liée au fait qu’un deuxième «shutdown» en quelques semaines, une fermeture partielle des administrations, ne paralysera finalement pas Washington vendredi soir.

Le président républicain a accepté de signer vendredi un compromis budgétaire obtenu de haute lutte au Congrès, mais a dans le même temps déclaré l’«urgence nationale» aux États-Unis pour construire un mur à la frontière mexicaine, sa grande promesse de campagne. 

Cette deuxième nouvelle, bien qu’elle ouvre la voie à de nombreuses batailles et incertitudes à Washington, «est un problème secondaire» par rapport au fait que les États-Unis éviteront le blocage du «shutdown», d’après Bill Lynch. 

Parmi les valeurs du jour, Mattel, le fabricant emblématique de la poupée Barbie, a connu sa pire séance depuis 20 ans en chutant de 18,27% à la suite de prévisions décevantes pour l’année.

Le géant des boissons et des snacks PepsiCo est monté de 2,95% après avoir annoncé s’attendre à un déclin de ses bénéfices et un ralentissement de ses ventes en 2019, ce qui devrait se traduire par des suppressions d’emplois.

Le fabricant de semi-conducteurs Nvidia s’est apprécié de 1,82% après avoir fait part d’un bénéfice supérieur au attentes au quatrième trimestre.

Le spécialiste des engins agricoles Deere a en revanche dévoilé des bénéfices inférieurs aux attentes de Wall Street et a cédé 2,11%. Le groupe a mis en avant la hausse des coûts des matières premières et les incertitudes entourant les tensions commerciales. 

Facebook a perdu 0,88%. Selon le Washington Post, le réseau social négocie actuellement avec la Commission fédérale du commerce (FTC) une amende pouvant se chiffrer en milliards de dollars pour non-respect de ses engagements en matière de protection des données personnelles de ses utilisateurs.

La holding du milliardaire Warren Buffett, Berkshire Hathaway, a progressé de 1,24%. La société a, dans un document boursier rendu public jeudi soir, indiqué avoir notamment abaissé ses participations dans Apple (-0,30%) et Oracle (-0,05%) au cours du quatrième trimestre. 

Sur le marché obligataire, le taux d’intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,664% contre 2,654% jeudi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans baissait à 2,994%, contre 2,998% la veille.