Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 08/02/2019 à 06:58

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 08/02/2019 à 06:58

[Photo : 123rf]

La Bourse de New York pointe vers une ouverture en baisse vendredi matin, au lendemain d'un fort recul, les investisseurs scrutant toujours les négociations commerciales sino-américaines et les nombreux résultats d'entreprises.


Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,53% à 25 001 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,79 % %, à 6851 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,54% à 2689 points.


Wall Street a fini en fort repli jeudi.


Contexte


«Le retour à la réalité est assez brutal pour les indices», a souligné dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.


«Les indices devraient ouvrir sans réelle tendance matin après la forte rechute d'hier dans le sillage des interrogations qui entourent l'avenir des relations commerciales entre Pékin et Washington», ont relevé dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.


«Après avoir éprouvé des difficultés à atteindre de nouveaux plus hauts en plusieurs semaines au cours des deux dernières séances, les marchés boursiers ont fortement reculé hier, les investisseurs commençant à prendre leurs profits», a expliqué de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.


Plusieurs facteurs ont été à l'origine de cet accès de faiblesse des deux côtés de l'Atlantique, à commencer par des doutes sur l'avancée des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis.


Le président des États-Unis Donald Trump a affirmé jeudi qu'il n'avait pas prévu de rencontrer son homologue chinois Xi Jinping avant l'échéance du 1er mars, date à laquelle les tarifs douaniers américains augmenteront en l'absence d'accord commercial avec Pékin.


À l’étranger


L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chuté de 2,01% vendredi, plombé par un regain de doutes sur les négociations commerciales entre Pékin et Washington, par des inquiétudes sur la croissance en Europe et des résultats d'entreprises très mitigés.


La progression du yen pèse aussi.


Les actions ont surtout souffert des incertitudes sur l'issue du conflit commercial sino-américain, a commenté dans une note Yoshihiro Ito d'Okasan Securities.


Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a assuré jeudi qu'il n'avait pas prévu de rencontrer son homologue chinois Xi Jinping avant l'échéance du 1er mars, date à laquelle les taxes douanières américaines augmenteront en l'absence d'accord commercial avec Pékin.


Cette déclaration a douché les espoirs d'investisseurs.


La Commission européenne a, quant à elle, fortement abaissé jeudi ses prévisions de croissance 2019 en zone euro, ce qui a renforcé les craintes d'un ralentissement géographiquement plus étendu.


À l’agenda


Côté indicateurs, l'agenda est plutôt tranquille aujourd'hui.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:06 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

22/05/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Les indices alternent le bon et le moins bon ces derniers jours.»

À la une

10 choses à savoir jeudi

Apple aurait acheté Tesla à 240$US l'action, un bras robotisé juste pour vous. Et pourquoi pas de l'avocat en bâton?

Propriétaires d'entreprises: sauvez de l'impôt et retenez vos employés grâce aux frais médicaux

22/05/2019 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Un régime «coût-plus» complète une assurance collective standard pour attirer des candidats de valeur.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:06 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»