Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 18/09/2020 à 07:55

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 18/09/2020 à 07:55

(Image: archives)

La Bourse de New York pointe vers une ouverture en ordre dispersé vendredi matin, clôturant la semaine dans le doute alors que les incertitudes sont encore grandes sur l'état de l'économie mondiale.

Les indices newyorkais sont équivoques avant l’ouverture. Selon les contrats à terme, le S&P 500 monte légèrement de 0,09% %, à 3354 points, et le Nasdaq prend 0,59%, à 11 140,75 points, tandis que le Dow Jones descend de 0,18 %, à 27 770 points.

Les marchés européens étaient en territoire négatif. le CAC 40 à Paris recule de 0,21 %, à 5034,60 points. A l'échelle européenne, les indices hésitaient: le Dax allemand prenait 0,38% et le FTSE 100 à Londres cédait 0,07%.

Le contexte

Comme la veille, les investisseurs étaient sur la réserve, entravés par les incertitudes économiques internationales en pleine pandémie de Covid-19.

«Les discussions autour de potentielles mesures de confinement ciblées, les couvre-feux et les mesures de quarantaine deviennent une nouvelle norme, rendant les investisseurs inquiets au sujet de la reprise économique en Europe», observe Michael Hewson, analyste marchés en chef pour CMC Markets UK.

De son côté, Waldemar Brun-Theremin, gérant pour Turgot Asset Management, observe que «la crise économique larvée qu'on traverse avec le Covid-19 va être avec nous pendant un certain temps».

«On l'a digéré, maintenant on attend de voir comment les États-Unis vont repartir», ajoute-t-il.

C'est l'un des grands points d'interrogation de la reprise mondiale, au moment où le pays dirigé par Donald Trump alterne entre bons indicateurs et statistiques alarmantes.

L'un des rendez-vous majeurs du jour vendredi sera la publication en cours de séance de l'indice de confiance des consommateurs par l'Université du Michigan, selon les analystes de Saxo Banque.

«Nous craignons que la crise dans les mois à venir ne s'accentue via le facteur des faillites d’entreprises et ne conduise à une dégradation de la consommation qui pourrait conduire à un niveau d'épargne élevé», affirment-ils.

Tout ce contexte tendu a fait reculer les indices américains jeudi et faisait évoluer les contrats à terme en ordre dispersé vendredi sur les trois principaux indices de Wall Street.

À l'étranger

Les grandes Bourses asiatiques ont progressé vendredi, malgré le nouveau repli de Wall Street la veille, et alors que la place de Tokyo se préparait à un long week-end de quatre jours.

L'indice vedette de Tokyo, le Nikkei, a pris 0,18% à 23.360,30 points, tandis que l'indice élargi Topix a gagné 0,49% à 1.646,42 points.

Les investisseurs au Japon ont adopté une attitude attentiste alors que la Bourse de Tokyo observera la semaine prochaine deux jours fériés au Japon lundi et mardi, a commenté Okasan Online Securities dans une note.

Le marché nippon a malgré tout progressé, porté par des espoirs fondés sur le nouveau gouvernement de Yoshihide Suga, nommé mercredi nouveau Premier ministre, selon Okasan Securities.

Après deux séances ternes passées notamment à attendre puis à digérer le message contrasté envoyé mercredi la Réserve fédérale américaine (Fed), les marchés chinois ont repris vendredi du poil de la bête.

L'indice Hang Seng de Hong Kong a gagné 0,47% à 24.555,41 points, l'indice composite de Shanghai a pris 2,07% à 3.338,09 et celui de Shenzhen s'est apprécié de 1,51% à 2.219,91 points.

Le pétrole sur une lancée

Les prix du pétrole continuaient leur progression vendredi, après trois séances consécutives de hausse et au lendemain de la réunion mensuelle des ministres de l'Opep+ qui a permis de rassurer le marché.

Vers 09H35 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 43,47 dollars à Londres, en hausse de 0,39% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI pour octobre gagnait 0,32% à 41,10 dollars.

Depuis lundi, les deux cours de référence ont gagné aux alentours de 10%, retrouvant des niveaux comparables au début du mois de septembre.

Les prix du pétrole brut «ont grimpé hier (jeudi) et continuent d'augmenter ce matin après que le ministre saoudien de l’Énergie Abdel Aziz ben Salmane a insisté sur l'importance d'une conformité à 100%» des membres de l'Opep+ au regard de leurs quotas de production, a expliqué Al Stanton, analyste de RBC.

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

30/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

La propagation du virus tire les indices à la baisse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

29/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

« Les marchés européens restent encore un peu sonnés après le grand vertige de la veille ».

À la une

Minéraux critiques et stratégiques: attention aux angles morts

30/10/2020 | François Normand

ANALYSE — L'implantation d'un grand constructeur de voitures électriques au Québec serait un «game changer».

Bourse: Wall Street termine son pire mois depuis mars

Mis à jour le 30/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine dans le rouge vendredi pour son avant-dernière séance avant l’élection.

Titres en action: Shaw, Impériale, Colgate-Palmolive, Chevron...

Mis à jour le 30/10/2020 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.