Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 14/06/2019 à 07:04

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 14/06/2019 à 07:04

(Photo: Getty)

La Bourse de New York semble vouloir débuter la séance dans le rouge vendredi matin, avant d'en savoir plus sur les thématiques qui dominent les marchés, en particulier les relations commerciales toujours tendues entre la Chine et les États-Unis.

Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,18% à 26 074 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,77% à 7491 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,29% à 2890 points.

Contexte

Les investisseurs restaient «dans l'attente de propositions et d'avancées fermes afin de pouvoir naviguer à vue dans cette configuration qui se fait de plus en plus incertaine», ont souligné dans une note les analystes de Saxo Banque.

Selon eux, «le schéma actuel n'est pas de nature à pousser les opérateurs vers une prise de risque exagérée».

Cependant, poursuivent-ils, «les choses pourraient s'accélérer rapidement et les marchés restent également attentifs à toutes informations pouvant rendre compte de l'intensité des tensions qui règnent entre les États-Unis et l'Iran».

Les États-Unis ont accusé l'Iran d'être «responsable» des attaques de jeudi contre deux pétroliers en mer d'Oman, un incident qui fait craindre un nouvel embrasement dans le Golfe.

À l'images des séances précédentes, les thématiques commerciale et monétaire occupaient l'esprit des investisseurs.

Sur le plan de la guerre commerciale, Donald Trump a indiqué mercredi avoir «le sentiment» qu'il y aura un accord avec la Chine, mais les négociations semblaient dans l'impasse.

 Au niveau monétaire, les investisseurs anticipent toujours une baisse de taux d'intérêt de la Banque centrale américaine dès l'été. Ces dernières semaines, plusieurs indicateurs semblent décrire un ralentissement de l'économie américaine qui pourrait justifier une baisse de taux afin de soutenir l'activité.

Jeudi, le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow a estimé que la croissance économique des États-Unis pourrait être moins forte au deuxième trimestre qu'au premier.

À l’étranger

La Bourse de Hong Kong a de nouveau terminé dans le rouge vendredi, clôturant une semaine marquée par les manifestations dans l'île contre un projet de loi permettant les extraditions vers la Chine et la persistance des tensions commerciales. En Chine continentale, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 0,99%, tandis que l'indice de référence de la Bourse de Shenzen abandonnait 1,81%.

Les principaux organisateurs des manifestations de Hong Kong ont appelé jeudi à un nouveau rassemblement monstre dimanche contre un projet de loi controversé sur les extraditions vers la Chine, une perspective qui inquiète les milieux d'affaires et risque de miner l'attractivité de l'île.

L'indice hongkongais a subi trois jours de perte consécutifs. Les analystes ont également relevé un resserrement de la liquidité dans le système financier qui a vu le montant que les banques se facturent pour emprunter atteindre un plus haut depuis plus de 10 ans. Cela a poussé le dollar hongkongais à son plus haut depuis la fin de l'année dernière.

Si ce mouvement peut s'expliquer par les retraits saisonniers, notamment pour payer les dividendes, les inquiétudes concernant le projet de loi permettant les extraditions vers la Chine continentale ont pu jouer, les investisseurs retirant leur argent de la ville.

S'il est adopté, le projet de loi «minera très certainement l'État de droit et l'autonomie qui a été le pilier de la prospérité financière de Hong Kong», a averti Stephen Innes, analyste de Vanguard.

Les marchés sont déjà suspendus depuis des semaines aux soubresauts des tensions commerciales entre Pékin et Washington, dont les négociations patinent. Les yeux sont désormais tournés vers le sommet du G20 fin juin au Japon où Donald Trump compte évoquer le sujet avec son homologue chinois Xi Jinping.

Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a toutefois indiqué mardi que les Etats-Unis et la Chine n'annonceraient pas de traité commercial lors de ce sommet.

À l’agenda

Côté indicateurs, le marché prendra connaissance aux États-Unis des ventes au détail et de la production industrielle pour le mois de mai ainsi que des stocks des entreprises pour avril.

Par ailleurs, les ministres des Finances européens se sont mis d'accord vendredi matin sur les grandes lignes d'un budget pour la zone euro, a annoncé le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire après une nuit de discussion à Luxembourg.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

19/07/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Le risque d’une déception des investisseurs à la fin du mois est élevé.»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

18/07/2019 | LesAffaires.com et AFP

Aux États-Unis, certaines publications de résultat ont par ailleurs déçu, hier.

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.