Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture vendredi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture vendredi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses remontaient la pente vendredi à la faveur d’une accalmie sur le marché obligataire au terme d’une semaine très éprouvante pour tous les actifs financiers devant la cadence accélérée du resserrement monétaire des banques centrales.

Les indices européens récupéraient un peu de terrain perdu sur la semaine, mais ils se dirigeaient vers un recul hebdomadaire assez similaire à celui de la semaine précédente, autour de 4%.

Au lendemain d’une lourde chute, Wall Street s’apprêtait également à rebondir, les contrats à terme sur les principaux indices affichant une hausse.

Les marchés, qui s’étaient montrés enthousiastes mercredi après la détermination affichée par la Réserve fédérale (Fed) à lutter contre l’inflation en relevant énergiquement ses taux directeurs, ont replongé jeudi de peur que ce durcissement monétaire, entamé et encore à venir, ne finisse par provoquer une récession dans la première économie mondiale.

 

Les indices boursiers à 08h28

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones gagnaient 222,00 points (+0,74%) à 30 150,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 affichaient une hausse de 36,00 points (+0,98%) à 3 704,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq haussaient de 134,25 points (+1,21%) à 11 259,00 points.

À Londres, le FTSE 100 haussait de 75,64 points (+1,07%) à 7 120,62 points. À Paris, le CAC 40 récoltait 75,91 points (+1,29%) à 5 962,15 points. À Francfort, le DAX haussait de 173,76 points (+1,33%) à 13 212,25 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a perdu 468,20 points (-1,77%) à 25 963,00 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a monté de 229,57 points (+1,10%) à 21 075,00 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain cédait 0,63 $ US (-0,54%) à 116,96 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord diminuait de 0,37 $ US (-0,31%) à 119,44 $ US.

 

Le contexte

«La Fed ne vise plus une politique monétaire neutre, comme il y a quelques mois, mais une politique franchement restrictive afin de modérer la demande intérieure, le crédit et finalement les prix», écrit Bruno Cavalier de Oddo BHF.

Après la Réserve fédérale mercredi, la Banque d’Angleterre a elle aussi relevé son taux directeur, jeudi, de même que la Banque nationale suisse, cette dernière ayant pris totalement de cours les marchés qui s’attendaient à ce que son taux reste inchangé.

La Banque centrale européenne a elle aussi prévu de relever les taux directeurs lors de sa prochaine réunion le 21 juillet, avant une autre hausse en septembre.

À contre-courant, la Banque du Japon a encore laissé inchangée vendredi sa politique monétaire ultra-accommodante, qui affaiblit considérablement le yen.

Cette semaine, aucune classe d’actifs n’a été épargnée par la correction des places financières.

Après avoir été très fortement secoué cette semaine, le compartiment de la dette souveraine montrait des signes de détente après une rotation des actions vers les obligations qui faisait repartir les rendements américains à la baisse: le taux à dix ans descendait à 3,22% après avoir approché les 3,50%.

«Les turbulences de marchés que nous connaissons actuellement militent en faveur des actifs refuges», estime John Plassard, spécialiste en investissement chez Mirabaud.

Les valeurs technologiques, particulièrement dépendantes des taux d’intérêt pour financer sa croissance, et très malmenées ces derniers temps, profitaient de cette accalmie sur le marché obligataire.

À Francfort, avec Delivery Hero (+7,66), Zalando (+4,42%), Hellofresh (+2,72). Et à Paris pour Worldline (+1,47%) ou Capgemini (— +1,81%).

L’avionneur européen Airbus et Air India, désormais entre les mains de Tata Group, seraient proches de finaliser une énorme commande, selon l’agence financière Bloomberg qui a pris connaissance d’une lettre de la compagnie aérienne demandant à ses pilotes de se préparer à s’entraîner sur des A350. L’action Airbus s’envolait de 4,19% à la Bourse de Paris.

Les prix du pétrole hésitaient depuis tôt dans la matinée tandis que ceux du gaz poursuivaient leur envol, galvanisés par les baisses d’approvisionnement du géant russe Gazprom vers l’Europe.

Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, a bondi de plus de 61% sur la semaine, atteignant un pic à 148 995 euros le mégawattheure (MWh) en séance jeudi.

Après une poursuite de sa hausse en première partie de séance, le TTF évoluait à 122,50 euros le mégawattheure (MWh) vers 7h45, heure du Québec.

Sur le marché des changes, le dollar remontait par rapport au yen après les annonces de la Banque du Japon, dont la politique monétaire contribue à la chute de la devise nipponne depuis plusieurs mois. Un dollar s’échangeait pour 134,74 yens vers 7h45, contre 132,21 yens jeudi à 17h.

Le billet vert s’appréciait aussi face à la monnaie européenne (+0,41%) à 1,0505 dollar américain pour un euro.