Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mercredi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mercredi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses européennes accéléraient mercredi, stimulées par le rebond des marchés asiatiques, dans l’attente d’informations sur l’évolution des négociations entre la Russie et l’Ukraine qui ont repris mercredi et de la décision monétaire de la banque centrale américaine (Fed).

À Wall Street, les contrats à terme sur les principaux indices laissaient entrevoir une hausse avant l’ouverture.

La tendance haussière a été initiée en Asie, où les dirigeants financiers de la Chine se sont engagés mercredi à maintenir la stabilité des marchés de capitaux et à élaborer des politiques efficaces contre les risques immobiliers, selon les médias d’État. De quoi faire bondir la Bourse de Hong Kong (+9,08% à la clôture) et celle de Shanghai de 3,5%. Tokyo a gagné 1,64%. 

 

Les indices boursiers à 7h37

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones augmentaient de 351,00 points (+1,05%) à 33 883,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 récoltaient 51,50 points (+1,21%) à 4 313,50 points. Les contrats à terme du Nasdaq augmentaient de 241,25 points (+1,79%) à 13 693,00 points.

En Europe, les résultats étaient à la hausse. À Londres, le FTSE 100 haussait de 93,68 points (+1,31%) à 7 269,38 points. À Paris, le CAC 40 augmentait de 219,20 points (+3,45%) à 6 574,20 points. À Francfort, le DAX gagnait 438,69 points (+3,15%) à 14 355,96 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a récolté 415,53 points (+1,64%) à 25 762,01 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a augmenté de 1 672,42 points (+9,08%) à 20 087,50 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain reculait de 0,60 $ US (-0,62%) à 95,84 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord descendait de 0,72 $ US (-0,72%) à 99,19 $ US.

 

Le contexte

Les poids lourds de la technologie se sont vu pousser des ailes (+20% pour Alibaba (9988.HK), Tencent (0700.HK) et NetEase (9999.HK)), faisant s’envoler l’indice technologique du Hang Seng de 20% à Hong Kong qui transmettait sa forme olympique à tout le secteur coté à l’étranger.

«L’appétit pour le risque est de retour un peu partout, et la panique sur les marchés s’estompe clairement à mesure que les investisseurs digèrent les derniers développements macroéconomiques positifs apportés par la Chine et les pourparlers diplomatiques entre la Russie et l’Ukraine», observe Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

Si le climat s’est amélioré sur le marché des actions, la volatilité reste toutefois de mise alors que les investisseurs attendent la conférence de presse du président de la banque centrale américaine Jerome Powell après la clôture des places européennes.

Les investisseurs anticipent un relèvement des taux directeurs de 25 points de base, le déclenchement d’une série de 5 ou 6 hausses attendues cette année qui devrait, selon leur projection, faire grimper les taux autour de 1,50%.

Ils espèrent que les conclusions de la Fed apporteront un peu de clarté sur les perspectives à moyen terme,», car les incertitudes persistantes liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourraient remettre en cause certaines des projections initiales de Jerome Powell», souligne M. Veyret.

Le géant espagnol du vêtement Inditex (ITX.MC), propriétaire de la marque Zara, a engrangé un bénéfice en forte hausse l’an dernier, mais néanmoins inférieur aux attentes, en raison d’une baisse d’activité liée au variant Omicron lors du dernier trimestre. L’action perdait 1,83% à 21,43 euros à Madrid.

Ombre au tableau de bord de BMWLe constructeur automobile allemand BMW (BMW.DE) a prévenu mercredi que la guerre en Ukraine allait peser sur la rentabilité et les ventes en 2022 en raison des interruptions de production provoquées par un manque d’approvisionnement depuis le pays, notamment en câbles. Le titre gagnait toutefois 3,21% à 77,62 euros à Francfort.

Le repli du pétrole qui avait rassuré les marchés des actions en début de semaine se poursuivait sous les 100 dollars américains, après que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a dit mercredi craindre un «choc» sur l’offre pétrolière mondiale, à la suite des sanctions contre la Russie prises après son invasion de l’Ukraine, tout en abaissant ses prévisions de la demande pour 2022.

L’euro gagnait 0,36% face au billet vert, s’échangeait à 1,0996 $ US.

Profitant du regain d’appétit pour le risque, le bitcoin montait de 2,58% à 40 466 $ US.