Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mercredi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mercredi

(Photo: Getty Images)

Les marchés boursiers européens évoluaient en ordre dispersé mardi matin au démarrage d’une séance sans rendez-vous majeurs et dont la plupart des investisseurs asiatiques restaient absents, sur fond d’interrogations croissantes concernant la trajectoire future de l’inflation.

 

Les indices

À Wall Street, vers 7 heures, les contrats à terme du S&P 500 augmentaient de 14 points à 4 172 points, ceux du Dow Jones avançaient de 77 points à 34 097 points et ceux du Nasdaq prenaient 70 points à 13 607 points.

En Europe, les marchés étaient en hausse à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 remontait de 81 points à 7 004 points. À Paris, le CAC 40 augmentait de 41 points à 6 299 points et à Francfort, le DAX s’appréciait de 192 points à 15 053 points.

En Asie, les Bourses de Tokyo et Shanghai sont encore fermées pour cause jour férié. Hong Kong a reculé de 0,49%, après une déclaration de Janet Yellen.

 

Le contexte

«Il est clair que les investisseurs sont très optimistes à l’heure actuelle», assure Neil Wilson, analyste chez Markets.com, citant une étude du groupe Bank of America qui note que l’optimisme de Wall Street est à son plus haut niveau depuis la crise financière.

Convaincus que la reprise économique sera forte, et qu’elle a déjà commencé, les investisseurs ont poussé les marchés vers de très hauts niveaux, ce qui explique des mouvements de consolidation certaines séances.

Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote s’attend à ce que «la relance soit le principal enjeu pour le reste de la semaine, car outre les inquiétudes liées à l’inflation, l’attente d’un nouveau mois solide en termes de données sur l’emploi aux États-Unis devrait éloigner les investisseurs des valeurs technologiques volatiles».

Crainte par les investisseurs, l’inflation est bien là au Brésil, où la Banque centrale devrait relever une nouvelle fois son taux directeur, à 3,5% (+0,75 point), selon les analystes.

Après des variations la veille, le taux d’emprunt américain à dix ans se stabilisait à 1,6% mercredi. 

Sur le plan sanitaire, aux États-Unis, Joe Biden a fixé pour nouvel objectif au moins une injection de vaccin pour 70% des adultes d’ici le 4 juillet.

L’Inde a franchi de son côté le cap des 20 millions de cas recensés et a débloqué 6,7 milliards de dollars contrer la deuxième vague. 

Sur le plan des indicateurs, l’activité dans le secteur privé a bien progressé en avril en France, une première depuis l’été 2020 qui s’est même ressentie dans les services, particulièrement touchés par la crise sanitaire, selon le cabinet IHS Markit mercredi.

Aux États-Unis les créations d’emplois dans le secteur privé en avril sont aussi notamment attendues. 

Les investisseurs suivront aussi la présentation par la Commission européenne en milieu de journée de sa stratégie industrielle pour l’Europe.

L’institution a par ailleurs suspendu ses efforts pour faire ratifier par les États membres et le Parlement l’accord sur les investissements conclu fin 2020 avec la Chine, jugeant l’environnement politique inadéquat.

 

Du côté du pétrole

Vers 7h15, le baril de WTI américain augmentait de 1,1% à 66,41 $US et le baril de Brent de la mer du Nord gagnait 1,16% à 69,68 $US.