Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 15 avril 2024

«La recette pour accroître la nervosité des investisseurs.»

La Bourse de New York reste méfiante mardi matin, face aux risques qui s’accumulent de toutes parts, que ce soient les tensions sociales à Hong Kong, l’effondrement des marchés argentins, la crise politique italienne, ou la dégradation des perspectives économiques.

Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en mince baisse de 0,05%, à 25 855 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, recule de 0,06% à 7562,25 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,04% à 2879,25 points.

Contexte

«Les inquiétudes liées au commerce sino-américain, au ralentissement de la croissance, au risque de récession dans la plus grande économie d’Europe, au Brexit, à la possibilité d’élections anticipées en Italie, aux troubles à Hong Kong, à la crise en Argentine et aux tensions dans le Golfe pourraient être maîtrisées», énumère Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

Mais voilà que ce «cocktail de risques ajouté à un contexte de banques centrales presque à court de munitions constitue la recette pour accroître la nervosité des investisseurs», poursuit-il.

Des centaines de militants pro-démocratie manifestaient de nouveau à l’aéroport international de Hong Kong mardi, a constaté l’AFP. Bien que l’aérogare, le huitième aéroport international le plus fréquenté au monde, ait rouvert, des centaines de vols demeuraient annulés.

Lundi, l’autorité aéroportuaire avait pris la décision rarissime d’annuler tous ses vols.

La cheffe de l’exécutif hongkongais – qui est désignée par Pékin – Carrie Lam a exclu toute concession et mis en garde mardi, à nouveau, contre les conséquences des contestations pour la région semi-autonome, une des capitales mondiales de la finance.

Toujours en Asie, Singapour a de nouveau réduit mardi sa prévision de croissance pour l’année 2019 en raison de l’impact sur ses exportations de la guerre commerciale sino-américaine.

Le gouvernement singapourien a dit tabler sur une croissance de zéro à 1,0% cette année, alors qu’elle espérait jusqu’alors une croissance de l’ordre de 1,5% à 2,5%, une prévision qui avait déjà été revue à la baisse.

En Italie, toute décision sur le sort du gouvernement italien a été repoussée à mardi au Sénat. Les chefs des groupes parlementaires réunis lundi ne sont pas parvenus à s’entendre sur une date pour l’examen d’une motion de censure déposée par la Ligue de Matteo Salvini pour faire tomber le gouvernement de Giuseppe Conte.

L’Argentine, qui a connu un lundi noir sur les marchés financiers, préoccupait également les investisseurs. Au lendemain du revers du président libéral sortant Mauricio Macri aux élections primaires, le peso argentin et la Bourse de Buenos Aires ont violemment chuté.

À l’étranger

Les Bourses asiatiques ont fini en baisse notable mardi, victimes de plusieurs facteurs accentuant les inquiétudes sur l’économie mondiale, notamment la crise commerciale qui dure entre la Chine et les Etats-Unis et les manifestations à Hong Kong.

La séance de mardi était la première d’une semaine écourtée par un jour férié et au cours de laquelle beaucoup d’acteurs du marché japonais sont en vacances.

Selon Ikuo Mitsui d’Aizawa Securities, cité par l’agence Bloomberg, au Japon, outre le yen qui évolue à un niveau élevé face au dollar et les craintes relatives à la dispute commerciale sino-américaine, les marchés restent dans l’expectative de la réaction que pourrait avoir la Chine vis-à-vis des manifestations à Hong Kong.

Des données sur les prêts bancaires en Chine ont déçu, de même que des résultats d’entreprises et la tendance sur les places étrangères, selon Zhang Qi, analyste de Haitong Securities.

Le président américain Donald Trump a accentué les craintes d’enlisement de la querelle commerciale avec Pékin en laissant entendre que les pourparlers prévus en septembre pourraient être annulés.

À l’agenda

Côté statistiques, c’est plutôt calme, aujourd’hui. Les investisseurs vont surtout suivre le baromètre allemand ZEW de la confiance des milieux financiers.