Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

(AP Photo/Eugene Hoshiko)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés mardi matin, en attendant la publication de nouvelles données concernant l’inflation aux États-Unis. 


Les indices boursiers à 7h30

Les indices glissaient de 0,2% à 0,3% à Londres, Francfort et Paris en début de séance en Europe.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles reculait de 0,2% et l’indice élargi S&P 500 de 0,3%.

En Asie, le Nikkei 225 a bondi de 2,9% à Tokyo, après avoir brièvement surpassé la barre de 38 000 points pour la première fois en 34 ans. Sydney a cédé 0,2% et Séoul a grimpé de 1,1%. 

Les marchés sont fermés en Chine, à Hong Kong et à Taïwan en raison du Nouvel An lunaire.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole prenait 29 cents US à 77,19$US le baril.

 

Le contexte

«L’inflation américaine est l’actualité incontournable du jour. Après de très solides chiffres de l’emploi et des données préliminaires confirmant que la croissance est soutenue, la banque centrale américaine (Fed) a besoin d’un chiffre en baisse de l’inflation pour valider son scénario de désinflation», décrit Christopher Dembik, conseiller en investissement chez Pictet.

L’indicateur CPI, sera scruté par les marchés à la lumière des prochaines décisions de politique monétaire.

Après avoir déjà repoussé le calendrier de la première baisse de taux directeur, initialement anticipée dès mars, les investisseurs estiment que la réunion de mai de la Fed sera la bonne, mais les dirigeants de l’institution se montrent plus prudents.

Lundi, le S&P 500 et le Nasdaq ont fait une pause dans leur série de hausses, tandis que le Dow Jones a établi un nouveau record.

Les contrats à terme des trois principaux indices new-yorkais oscillaient entre -0,13% et -0,62%.

En Asie, la Bourse de Tokyo a grimpé de 2,89% après un week-end de trois jours et a enregistré sa meilleure séance depuis novembre 2022. Depuis le début de l’année, l’indice tokyoïte phare, le Nikkei, a bondi de plus de 13% et évolue au plus haut depuis 34 ans.

Parmi les raisons de cette hausse, la baisse persistante du yen, favorable aux valeurs exportatrices japonaises et qui rend aussi les actions nippones plus attrayantes pour les investisseurs étrangers.

Le marché japonais profite aussi d’incitations fiscales plus généreuses dans l’archipel pour les petits porteurs et de la méforme des marchés chinois, qui fait que nombre d’investisseurs se mettent en quête d’alternatives comme Tokyo.

 

Michelin met la gomme

L’action de l’équipementier automobile Michelin grimpait de plus de 7,69% à Paris après l’annonce de résultats supérieurs aux attentes et d’un programme de rachat d’actions.

Michelin a enregistré un bénéfice opérationnel record de 3,6 milliards d’euros en 2023 grâce à son positionnement dans le haut de gamme et à la baisse du coût des matières premières, après un pic en 2022.

«Autre bonne surprise, qui reflète la forte génération d’argent et la solidité de son bilan», selon les analystes de Deutsche Bank, «Michelin a lancé un programme de rachat d’actions», qui pourrait représenter jusqu’à 1 milliard d’euros sur la période 2024-2026.

 

TUI apprécié

Le numéro un mondial du tourisme TUI progressait de 0,95% à Londres, après son point financier trimestriel. Il a profité au premier trimestre de son exercice décalé de la reprise toujours vigoureuse de ses réservations grâce à la bonne santé du secteur touristique, avant son possible retour à la Bourse de Francfort.

 

Le bitcoin autour des 50 000 dollars américains

Le bitcoin tournait autour des 50 000 dollars américains ($US) mardi, seuil dépassé lundi pour la première fois depuis novembre 2021.

Parmi les facteurs en faveur de la vedette des monnaies numériques: en avril prochain, un phénomène technique qui se produit seulement tous les quatre ans environ, le «halving», pourrait contribuer à diminuer la quantité de bitcoins en circulation et donc à accroître leur valeur.

Le pétrole montait légèrement, de 0,70% à 82,57 dollars US pour le baril de Brent et de 0,74% à 77,49 dollars US pour le baril de WTI américain.

Sur le marché des changes, l’euro restait à l’équilibre (+0,06%) face au billet vert, un euro valant 1,0778 dollar US.

Du côté des emprunts d’État, les taux d’intérêt restaient stables des deux côtés de l’Atlantique. Celui des États-Unis à échéance dix ans s’établissait à 4,16%.