Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

Les marchés mondiaux étaient en hausse vendredi matin, au lendemain d’une séance difficile sur Wall Street. (Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales reculent mardi, alors que les investisseurs attendent des prises de parole de banquiers centraux et sont refroidis par un nouveau signe de la faiblesse de l’économie chinoise.


Les indices boursiers à 7h30

Londres, Francfort et Paris cédaient entre 0,1% et 0,2% en début de séance en Europe.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles et l’indice élargi S&P 500 reculaient de 0,3%.

En Asie, le Nikkei 225 a perdu 1,3% à Tokyo. La bourse de Shanghai a reculé de moins de 0,1% et le Hang Seng a plongé de 1,7% à Hong Kong. Sydney a cédé 0,3% et Séoul a culbuté de 2,3%.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole laissait couler 1,23$US à 79,59$US le baril.

 

Le contexte

Aucun indicateur de premier plan n’est attendu mardi, les investisseurs se préparant surtout à écouter des responsables des banques centrales tout au long de la semaine, pour qu’ils précisent le message de leur dernière réunion de politique monétaire. Le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell doit notamment s’exprimer jeudi. 

«Le sentiment du marché actions reste incertain cette semaine après que certains responsables de la Fed sont venus tempérer les récentes» positions enthousiastes des investisseursà la suite de la réunion de l’institution monétaire la semaine dernière, a expliqué Pierre Veyret, analyste d’ActivTrade.

Mardi, la banque centrale australienne a relevé son taux directeur à son plus haut niveau depuis près de 12 ans, afin de maîtriser une inflation obstinément élevée.

«Le pic de l’inflation est passé en Australie, mais elle reste trop élevée et s’est révélée plus persistante que prévu il y a quelques mois», a déclaré la gouverneure Michele Bullock dans un communiqué.

Les données du jour ont souligné la faiblesse de l’économie chinoise, avec une accélération de la chute des exportations.

En zone euro, les prix à la production ont chuté de 12,4% sur un an, un recul conforme aux attentes.

 

Primark se démarque

Associated British Foods (ABF), maison mère de la chaine de vêtements à bas prix Primark, s’envolait de près de 7,46% à Londres après avoir annoncé un bénéfice net annuel en hausse de près de 50%, à 1 milliard de livres, malgré la crise du coût de la vie.

H&M (HM-B) gagnait dans son sillage 1,22% à Stockholm. Next (NXT) prenait 1,33% et JD Sports Fashion (JD) 1,55% à Londres.

 

Programme de rachats d’actions chez Amadeus

L’espagnol Amadeus (AMS), numéro un mondial des réservations de voyages, a annoncé mardi un vaste programme de rachat d’actions après avoir engrangé des résultats en forte hausse au troisième trimestre, grâce au dynamisme du trafic aérien et du secteur touristique. L’action bondissait de 4,91%.

 

UBS en perte avec Credit Suisse

La banque suisse UBS (UBSG) prenait 3,15% à Zurich après la publication de ses résultats.

UBS a fait «de clairs progrès» depuis que la fusion avec Credit Suisse a été finalisée, a réagi Andreas Venditti, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier, en notant que les résultats sous-jacents sont «bien meilleurs qu’attendu».

UBS est «en avance sur son plan de réduction des coûts» et les afflux d’argent dans la gestion de fortune se sont améliorés «de manière significative en septembre», ajoute-t-il.

 

Le WTI sous les 80 dollars américains

Les prix du pétrole se rétractaient mardi, tirés vers le bas par un indicateur sur les exportations chinoises qui n’incite pas les investisseurs à l’optimisme sur la croissance du pays, plus gros importateur de brut au monde.

Le baril de Brent valait 83,72$US (-1,71%) vers 7h20 et celui du WTI américain 79,53$US (-1,60%), passant sous le seuil des 80$US pour la première fois depuis fin août.

L’euro reculait de 0,34%, à 1,0681$US.

Le bitcoin cédait 0,99%, à 34 680$US.