Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

(Photo: 123RF)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses européennes progressent nettement mardi, après la nouvelle d’un ralentissement de l’inflation en zone euro, et ailleurs les marchés sont plus mitigés face à une actualité économique dense.

 

Les indices boursiers à 07h45

Les contrats à terme du Dow Jones affichaient une hausse de +124,00 points (+0,38%) à 33 141,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 progressaient de +12,75 points (+0,30%) à 4 198,50 points. Les contrats à terme du Nasdaq récoltaient +24,75 points (+0,17%) à 14 441,25 points.

À Londres, le FTSE 100 récoltait +42,13 points (+0,57%) à 7 369,52 points. À Paris, le CAC 40 augmentait de +76,51 points (+1,12%) à 6 901,58 points. À Francfort, le DAX montait de +94,18 points (+0,64%) à 14 810,72 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a récolté +161,89 points (+0,53%) à 30 858,85 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a retraité de -293,88 points (-1,69%) à 17 112,48 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain augmentait de +0,67 $ US (+0,81%) à 82,98 $US. Le baril de Brent de la mer du Nord montait de +0,80 $ US (+0,91%) à 88,25 $US.

 

Le contexte

Le taux d’inflation annuel de la zone euro a chuté à 2,9% sur un an en octobre, un ralentissement très marqué après s’être établi à 4,3% en septembre. Le chiffre est meilleur qu’attendu par les analystes de Factset qui tablaient en moyenne sur un ralentissement à 3%.

L’inflation sous-jacente, corrigée des prix volatils de l’énergie et de l’alimentation, a aussi ralenti à 4,2%, après 4,5% en septembre.

Ces chiffres ont rassuré les investisseurs et provoqué une détente des taux d’intérêt souverains sur le marché obligataire. Le rendement de l’emprunt de l’État allemand à dix ans s’établissait à 2,78% contre 2,82% à la clôture de lundi.

Tomas Dvorak, un économiste d’Oxford Economics, prévoit que l’inflation «recule sous la cible» de 2% de la Banque centrale européenne (BCE) en 2024 et il estime que «la BCE va commencer à baisser ses taux» dès avril.

Cependant, la zone euro a vu son économie se contracter au troisième trimestre, le PIB a reculé de 0,1%, un repli plus important qu’anticipé par les marchés.

L’euro progressait face à la plupart des autres devises après ces chiffres, de 0,47% face au dollar américain ($US) à 1,0665 $US pour un euro.

Outre-Atlantique, Wall Street se dirige vers une ouverture en petite hausse, tandis que la banque centrale américaine (la Fed) entame sa réunion de politique monétaire, qui se terminera mercredi.

Par ailleurs, la Bourse de Tokyo a terminé dans le vert (+0,53%) et le yen chutait (-1,04% à 150,68 yens pour un dollar) après la décision de la Banque du Japon (BoJ) d’assouplir son contrôle de la courbe des rendements obligataires japonais à dix ans, disant voir désormais son plafond précédent de 1% comme une simple «référence».

En Chine, les Bourses de Shanghai (-0,09%) et Hong Kong (-1,69%) ont souffert d’une contraction en octobre de l’activité manufacturière en Chine, selon des données officielles.

 

BP déçoit

Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé mardi un résultat hors éléments exceptionnels, indicateur le plus suivi par les marchés, divisé par plus de deux à 3,3 milliards, un chiffre inférieur aux estimations des analystes sondés par Bloomberg.

Le groupe a par ailleurs annoncé un nouveau programme de rachat d’actions de 1,5 G$US.

Son action reculait nettement de 3,74% à Londres. Dans son sillage, Shell perdait aussi 0,28%.

 

Parmi les autres résultats d’entreprises

Le géant de la chimie BASF (+4,16% à Francfort) a satisfait les investisseurs grâce aux flux de trésorerie dégagés au troisième trimestre, et à une réduction de ses dépenses et investissements.

Le brasseur AB InBev grimpait de 4,05% à Bruxelles après avoir rapporté une hausse de 3% de son bénéfice net au dernier trimestre.

À Paris, le groupe de défense et de technologies Thales (-2,37%) souffrait d’un repli de ses prises de commandes et Bouygues prenait 4,40% après des résultats meilleurs qu’attendu par les analystes.

 

Le pétrole rebondit

Les prix du pétrole remontaient, poussés par le risque géopolitique au Moyen-Orient alors que l’armée israélienne progresse dans la bande de Gaza, ravivant les craintes des marchés que le conflit se propage aux pays voisins.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre prenait 0,63%, à 88 $US.

Son équivalent américain, le WTI pour livraison le même mois, montait de 0,60% à 82,83 $US.