Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

(Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux se montraient prudents mardi, avant une prise de parole du président de la banque centrale américaine, dont les homologues ont déjà fait passer un message d’inflexibilité lundi.

 

 

Les indices boursiers à 08h00

Les contrats à terme du Dow Jones cédaient 168,00 points (-0,50%) à 33 502,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 cédaient 20,50 points (-0,52%) à 3 893,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq perdaient 81,00 points (-0,72%) à 11 104,50 points.

À Londres, le FTSE 100 cédait 20,80 points (-0,27%) à 7 704,14 points. À Paris, le CAC 40 descendait de 47,35 points (-0,69%) à 6 860,01 points. À Francfort, le DAX diminuait de 69,46 points (-0,47%) à 14 723,37 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a haussé de 201,71 points (+0,78%) à 26 175,56 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a perdu 56,88 points (-0,27%) à 21 331,46 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain augmentait de 0,29 $US (+0,39%) à 74,92 $US. Le baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,22 $US (+0,28%) à 79,87 $US.

Le contexte

Wall Street s’oriente également vers une ouverture en baisse, après une séance en demi-teinte la veille. Les contrats à terme des trois principaux indices perdaient autour de 0,5%. 

En Asie, les indices ont terminé de façon contrastée, suivant la même tendance que Wall Street lundi. Hong Kong a cédé 0,27% et Shanghai a progressé de 0,38%, toujours soutenue par la réouverture économique de la Chine.

La Bourse de Tokyo, fermée lundi, a fini en hausse de 0,78%, réagissant aux statistiques positives de vendredi.

Plus globalement, «l’indice MSCI Asie Pacifique a gagné plus de 20% par rapport à son plus bas d’octobre», note Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank, poussé par «la réouverture post-Covid de la Chine, la faiblesse du dollar et les mesures de soutien du gouvernement et de la banque centrale de Chine». 

L’humeur des marchés est étroitement liée aux perspectives monétaires de la banque centrale américaine (Fed), qui tente de ramener l’inflation à un niveau acceptable, et aux anticipations des investisseurs concernant l’évolution des taux d’intérêt.

«L’euphorie entourant les données sur l’emploi de vendredi s’est estompée lundi, lorsque des responsables de la Fed sont venus dire que les taux de la Fed allaient dépasser le niveau de 5% et y rester pendant un certain temps», explique Ipek Ozkardeskaya.

Ces commentaires ont jeté un froid sur les marchés et fait monter modérément les taux obligataires.

«Le roi de la déception des marchés, le président de la Fed Jerome Powell, s’exprimera aujourd’hui lors d’un événement à Stockholm et 

il ne va probablement pas sabrer le champagne juste parce que les salaires ont augmenté moins que prévu le mois dernier, surtout quand on pense que l’économie américaine a créé un nombre quasi record de 4,5 millions d’emplois l’année dernière et que le taux de chômage est tombé à 3,5%», prévient l’analyste de Swissquote Bank.

En plus de cette prise de parole, les chiffres de l’indice des prix à la consommation aux États-Unis attendus jeudi poussent à la prudence. Le groupe automobile BMW (+0,77% à Francfort) a fait état mardi d’un doublement (+107,7%) de ses ventes de véhicules électriques en 2022, à 215 755 unités, malgré une chute globale des achats de véhicules pour l’ensemble de ses marques (-4,8%).

Son compatriote Mercedes (+0,15%) a livré 117 800 véhicules électriques en 2022, soit une hausse de 124% sur un an, a-t-il déclaré dans un communiqué mardi. Le nombre total de ses ventes a toutefois baissé de 1%, à 2 043 900 unités.

La tentative de lancement de la première fusée dans l’espace depuis le sol britannique s’est soldée par un échec dans la nuit de lundi à mardi, une «anomalie» ayant empêché sa mise en orbite, selon Virgin Orbit, l’entreprise organisatrice de cette mission.

Dans les échanges électroniques précédents, l’ouverture de Wall Street, l’action Virgin Orbit chutait de 22%.

Le marché des changes connaissait peu de mouvements mardi. La devise américaine restait à un niveau très bas, plus vu depuis sept mois par rapport à l’euro. 

Vers, la monnaie unique européenne cédait 0,04%, à 1,072 6 $US pour un euro. La livre perdait 0,35% à 1,214 1 $US pour une livre.

Les prix du pétrole reculaient après de nettes hausses enregistrées la veille.

Le gaz naturel européen reculait lui de 5,32% à 70,4 euros le mégawattheure.