Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

(Photo: 123RF)

REVUES DES MARCHÉS. Préoccupés par les tensions accrues entre les États-Unis et la Chine, les marchés mondiaux reculaient mardi dans l’attente d’une visite de plus en plus probable, bien que non confirmée, de la représentante des députés américains à Taïwan.

 

Les indices boursiers à 8 h

Les contrats à terme du Dow Jones cédaient 172,00 points (-0,52%) à 32 595,00 points.

Les contrats à terme du S&P 500 reculaient de 25,00 points (-0,61%) à 4 095,50 points.

Les contrats à terme du Nasdaq cédaient 101,75 points (-0,78%) à 12 860,75 points.

À Londres, le FTSE 100 descendait de 0,28 point (-0,00%) à 7 413,14 points.

À Paris, le CAC 40 perdait 36,32 points (-0,56%) à 6 400,54 points.

À Francfort, le DAX reculait de 81,52 points (-0,60%) à 13 398,11 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a diminué de 398,62 points (-1,42%) à 27 594,73 points.

De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a baissé de 476,63 points (-2,36%) à 19 689,21 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain affichait une hausse de 0,32 $ US (+0,34%) à 94,21 $ US.

Le baril de Brent de la mer du Nord avançait de 0,17 $ US (+0,17%) à 100,20 $ US.

 

Le contexte

Après une petite baisse la veille, déjà causée par la possibilité que la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi rencontre la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, la place new-yorkaise s’orientait vers une ouverture en recul.  

Vers 7h40 le contrat à terme du Dow Jones perdait 0,55%, celui de l’indice élargie S&P 500 0,58% et le Nasdaq 0,73%.  

L’évolution des marchés «dépend de l’endroit où Nancy Pelosi va atterrir», souligne Craig Erlam alors que la représentante des députés américains pourrait se rendre mardi soir et mercredi à Taïwan dans le cadre de sa tournée en Asie. 

Pékin a prévenu que les États-Unis porteront la «responsabilité» des conséquences de cette visite et «devront payer le prix» alors que Taïwan est, pour le gouvernement chinois, une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire. 

«Pris entre l’escalade des tensions dans le détroit de Taïwan et les inquiétudes croissantes quant à un ralentissement de l’économie, les investisseurs se réfugient» dans le marché obligataire, souligne Stephen Innes, analyste chez SPI.

Vers 3h30, les taux d’intérêts des dettes des États américain, français, allemand, britannique, italien ou espagnol sur dix ans perdaient entre 4,1 (États-Unis) et 8,3 (Allemagne) points de base.  

En plus de craindre une récession, les investisseurs anticipent une atténuation prochaine de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour préserver l’état de l’économie. 

Stephen Innes s’attend «à un retour de bâton» de la Fed à l’encontre de cette anticipation des investisseurs, «principalement du fait de la persistance de l’inflation». 

Le président de la banque centrale de Saint Louis, James Bullard, doit s’exprimer aujourd’hui, possiblement en faveur de la poursuite de la remontée des taux directeurs de la Fed. 

Côté macro-économique, au cours de la semaine, les investisseurs vont également guetter l’indice d’activité américain dans les services mercredi et surtout les chiffres de l’emploi vendredi.

 

Inquiétude sur la Chine

Alors que le regain de tensions entre la Chine et les États-Unis viennent s’ajouter aux craintes de récession dont les marchés sont imprégnés, plusieurs titres accusaient des pertes, exposés aux aléas géopolitiques ou plus directement au contexte macroéconomique mondiale.

Dans le luxe, le mastodonte français LVMH (LVMHF) reculait de 2,06% vers 7h30, suivi par Kering (KER.PA, -1,72%). L’italien Salvatore Ferragamo (SFRGY) perdait 4,19% et Tod’s 4,23%. 

Industrie et automobile pêle-mêle, le constructeur de voitures suédois Volvo (VOLV-B) perdait 1,28%, le deuxième sidérurgiste mondial ArcelorMittal (MT) 1,78%.

 

Ça roule pour Uber

Uber (UBER) a fait part mardi d’un chiffre d’affaires de 8,1 milliards de dollars, dépassant largement les prévisions du marché, malgré une perte nette de 2,6 milliards au deuxième trimestre. Dans les échanges entre séance, le titre prenait 10,57% vers 7h30.