Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

(Photo: 123RF)

Le rebond européen du début de séance s’essoufflait mardi, les investisseurs dans le monde rechignant à s’exposer face aux incertitudes sanitaires et avant les réunions des banques centrales.

Wall Street se préparait à ouvrir sans entrain. En Asie, le ton a été plus négatif encore. La Banque asiatique de développement a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour les pays asiatiques en développement, en raison du variant Omicron de la COVID-19. 

 

Les indices boursiers à 8h18

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones montaient de 34,00 points (+0,10%) à 35 679,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 diminuaient de 5,50 points (-0,12%) à 4 663,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq perdaient 66,50 points (-0,41%) à 16 015,50 points.

En Europe, les résultats sont mitigés. À Londres, le FTSE 100 haussait de 28,98 points (+0,40%) à 7 260,42 points. À Paris, le CAC 40 gagnait 4,48 points (+0,06%) à 6 947,39 points. À Francfort, le DAX cédait 8,06 points (-0,05%) à 15 613,66 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a retraité de 207,85 points (-0,73%) à 28 432,64 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a perdu 318,63 points (-1,33%) à 23 635,95 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain descendait de 0,20 $ US (-0,28%) à 71,09 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord lâchait 0,22 $ US (-0,30%) à 74,17 $ US.

 

Le contexte

«Omicron a clairement ajouté un nuage d’incertitude sur les perspectives de l’économie dans les mois à venir, au moment même où de nombreux pays se préparent à un resserrement de leur politique monétaire», résume Craig Erlam, analyste d’Oanda.

L’approfondissement des connaissances sur le variant Omicron continue d’influer sur les indices. Si les premières données faisant état d’une dangerosité moindre ont rassuré les marchés la semaine passée, la contagiosité accrue inquiète les investisseurs. 

De plus, il semble parvenir à contourner les défenses des vaccins: celui du laboratoire américain Pfizer est globalement moins efficace, mais protège à 70% contre les cas sévères, selon une étude présentée mardi et réalisée en Afrique du Sud, qui a détecté le nouveau variant en novembre.

Par ailleurs, Pfizer a confirmé mardi que sa pilule contre la COVID réduisait de près de 90% les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l’apparition des symptômes, selon les essais cliniques. 

En plus de la crise sanitaire, les investisseurs surveillent les banques centrales et les annonces qu’elles doivent faire tour à tour dans le courant de la semaine. 

Ils attendent notamment leurs réponses face à l’inflation, qui a atteint des niveaux jamais vus depuis des décennies aux États-Unis et en Europe, amenant les institutions monétaires à réviser leurs politiques de soutien.

La reprise économique bien engagée a permis à la Réserve fédérale américaine de commencer à diminuer le rythme de ses rachats d’actifs. Les analystes s’attendent mercredi à ce que la banque centrale annonce un ralentissement plus prononcé.

Ils guetteront aussi toute indication sur le calendrier de la hausse des taux directeurs, que les opérateurs de marchés attendent dès le premier semestre 2022. 

Le distributeur alimentaire en ligne Ocado gagnait 9,37% à 1 740 pence, après avoir annoncé qu’il se dirigeait vers «le meilleur Noël» de son histoire. Il affiche pour son quatrième trimestre des ventes au détail en hausse de 31,6% par rapport à 2019 — mais en baisse de 3,9% par rapport à l’an dernier.

Comme la veille, les minières ont démarré fort en début de séance européenne. Le secteur avait toutefois fini en baisse lundi, la tendance s’inversant avec les nouvelles peu rassurantes d’Omicron et les risques sur la reprise économique mondiale.

Mardi, la tendance persistait à la mi-journée: à Paris, ArcelorMittal montait de 5,98% à 27,19 euros. À Londres, BHP prenait 2,45% à 2 178 pence, Anglo-American 1,64% à 2 915,50 pence. 

L’euro s’échangeait pour 1,131 6 dollar américain (+0,29%).

Le bitcoin prenait 1,77% à 47 650 euros.