Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture mardi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

«Les titres angoissants des médias occidentaux» ne semblent pas affecter les investisseurs chinois.

Les grandes Bourses asiatiques ont connu des fortunes diverses mardi, Tokyo et Hong Kong ayant lâché du lest après leurs forts gains de la veille, tandis que les places de Chine continentale ont au contraire poursuivi leur progression.

Du côté de Wall Street, les contrats à terme laissaient présager une ouverture en baisse, le Dow Jones reculant de 0,77 % à 25 978 points, le S&P 500 perdant 0,65 % à 3151 points et le Nasdaq cédant 0,29 %, à 10 567 points.

En Europe, à la mi-journée, le CAC 40 de la Bourse de Paris laissait aller 1,02 %, à 5029 points, le FTSE 100 à Londres baissait de 1,55 %, à 6188, et le DAX de Francfort se dépréciait de 1,23 %, à 12 577 points.

À Tokyo, l’indice vedette Nikkei s’est replié de 0,44 % à 22 614,69 points, après trois séances de hausse d’affilée dont un bond de 1,8 % lundi. L’indice élargi Topix a lui perdu 0,34 % à 1 571,71 points.

À Hong Kong l’indice Hang Seng, qui avait grimpé encore davantage la veille (+3,8 %), a aussi repris son souffle en cédant 1,38 % à 25 975,66 points.

Cependant, l’indice composite de Shanghai (+0,37 % à 3 345,34 points) et celui de Shenzhen (+1,71 % à 2 157,94 points) sont restés résolument optimistes mardi, après avoir flambé encore davantage que Hong Kong la veille.

Et ce en dépit de nouvelles toujours inquiétantes sur la recrudescence de la pandémie mondiale, des États-Unis à l’Australie, où Melbourne, la deuxième ville du pays, se reconfine pour au moins six semaines.

« L’armée de petits investisseurs en Chine semble être parfaitement capable de passer outre les titres angoissants des médias occidentaux sur les niveaux record du coronavirus dans le monde », a estimé Stephen Innes d’AxiCorp.

« À la place, ils écoutent le chœur enthousiaste des médias d’État du pays » sur la reprise de la deuxième puissance économique mondiale, a-t-il ajouté dans une note.

La Bourse de New York était aussi restée sourde lundi à la flambée persistante du coronavirus aux États-Unis, tirée notamment par ses grandes valeurs technologiques ayant permis à l’indice Nasdaq d’atteindre de nouveaux sommets.

 

Du côté du pétrole

Après 08H33 le prix du baril de brut américain WTI perdait 0,74 % à 40,33 dollars et celui du baril de Brent londonien reculait de 0,53 % à 42,87 dollars.