Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: La Presse Canadienne)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient en déclin lundi matin, alors que la semaine s’annonçait difficile sur Wall Street.


Les indices boursiers à 08h00

Londres, Francfort et Paris cédaient entre 0,2% et 0,4% en début de séance en Europe. 

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles et l’indice élargi S&P 500 perdaient 0,6%.

En Asie, le Nikkei 225 a glissé de 0,9% à Tokyo. La bourse de Shanghaï a culbuté de 1,5% pour terminer la journée à son niveau d’il y a trois ans, avant la pandémie. Le Hang Seng a fondu de 0,7% à Hong Kong. Sydney et Séoul ont reculé de 0,8%.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole laissait couler 54 cents US à 87,54 $ US le baril.

 

Le contexte 

«Les obligations d’État américaines sont le point de référence essentiel par rapport auquel pratiquement tous les autres actifs mondiaux sont finalement évalués», souligne Stephen Innes, associé de SPI Asset Management, rappelant que ces actifs connaissent parfois «une volatilité élevée et une tendance incertaine».

Le nouveau record atteint par les taux américains a annulé le léger apaisement des craintes géopolitiques des investisseurs, qui surveillent l’évolution du conflit entre Israël et le Hamas.

Les prix du pétrole reculent légèrement après l’annonce d’une aide en «flux continu» vers la bande de Gaza et la libération de deux otages américaines par le Hamas.

Vers 06h55, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en décembre, perdait 0,52% à 91,68 dollars américains ($US). Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison à même échéance, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, reculait de 0,65% à 87,52 $US.

«Cependant, les tensions restent extrêmement élevées et le risque d’une grave escalade persiste, étant donné qu’Israël a intensifié ses frappes aériennes sur Gaza et que le Hezbollah pourrait entraîner le Liban dans la guerre, et propager les tensions dans toute la région», estime Ipek Ozkardeskaya.

L’armée israélienne a accusé dimanche le Hezbollah de chercher l’escalade militaire au risque d’entraîner le Liban dans une guerre.

Des dizaines de milliers de soldats ont été massés par l’armée israélienne aux abords de la frontière nord d’Israël avec le Liban, où les échanges de tirs meurtriers se sont multipliés entre l’armée et le Hezbollah, tandis que les habitants évacuent la zone frontalière de part et d’autre.

Dans l’actualité économique, les résultats d’entreprises vont continuer d’occuper l’esprit des investisseurs cette semaine, avant la réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

La BCE devrait laisser ses taux inchangés, jeudi, lors d’une réunion délocalisée à Athènes, une première après dix hausses d’affilée, l’inflation en net recul en zone euro ne lui laissant guère d’autre choix.

«Il est peu probable que Christine Lagarde (la présidente de la BCE, NDLR) annonce la fin du resserrement de la politique monétaire de la BCE. Elle restera probablement prudemment optimiste, estimant que la BCE approche du bout du tunnel» prévoit Ipek Ozkardeskaya.

 

Baisse des commandes de Philips

Philips a publié lundi des résultats dans le vert pour le troisième trimestre et relevé ses prévisions malgré un récent avis négatif de l’Agence américaine des médicaments (FDA) sur ses appareils respiratoires défectueux pour des personnes souffrant de problèmes de sommeil.

Les prises de commandes comparables sont en baisse de 9% par rapport à la même époque l’an dernier. Son action perdait 0,75% à Amsterdam.

 

Du côté des devises

Vers 06h55 , la monnaie nippone reculait légèrement de 0,07% à 149,97 yens pour un dollar américain, elle a touché un point bas à 150 yens pour un dollar plus tôt.

L’euro prenait quant à lui 0,09% face au dollar à 1,0604 $US llar pour un euro.

Le bitcoin gagnait 2,37% à 30 567 $US, au plus haut depuis juillet.