Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés lundi matin. Les titres bancaires prenaient du mieux après que la Federal Insurance Deposit Corporation des États-Unis ait annoncé le rachat de la banque Silicon Valley par la First-Citizens Bank & Trust de la Caroline du Nord. Le titre de First-Citizens ajoutait 12,4 % sur le Nasdaq lundi matin, avant le début des transactions.

Les indices boursiers à 08h30

 

Le DAX allemand prenait 0,9 % en début de séance en Europe, le CAC 40 français 0,8 % et le FTSE 100 britannique 0,5 %.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles et l’indice élargi S&P 500 progressaient de 0,3 %.

En Asie, le Nikkei 225 a pris 0,3 % à Tokyo. La bourse de Shanghaï a perdu 0,4 % et le Hang Seng a culbuté de 1,8 % à Hong Kong. Sydney a ajouté 0,1 % et Séoul a cédé 0,2 %.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole progressait de 80 cents US à 70,06 $ US le baril.

Le contexte 

Stephen Innes, analyste de SPI Asset Management, ne constate pas de remous notoires en ce début de séance lundi, un « calme inhabituel règne ce lundi matin au milieu des récentes turbulences du secteur bancaire transatlantique ».

Le rachat de « l’intégralité des dépôts et prêts » de Silicon Valley Bank (SVB), qui a fait faillite début mars, par la banque américaine First Citizens (FIZN) semblait être bien accueilli par les investisseurs.

« L’opération de résolution semble avoir été conduite avec célérité et laisse penser que le système bancaire est plus résilient que les craintes actuelles », commente Sebastian Paris Horvitz, directeur de la recherche de la Banque Postale AM.

Le secteur bancaire de l’indice élargi Stoxx Europe 600 avançait de 0,95% vers 7 h 40 GMT. Les actions de Deutsche Bank (DBK) (+3,91%), Commerzbank (CBK) (+3,22%), BNP Paribas (BNP) (+0,53%), Banco Sabadell (SAB) (+2,13%) ou encore Barclays (BCS) (+2,37%), se reprenaient après une ouverture en nette hausse.

La deuxième banque italienne, UniCredit (UCG), progressait de 2,30% à Milan. Soucieuse de démontrer qu’elle dispose de capitaux suffisants, elle compte rembourser une obligation à risque à la première occasion, a rapporté vendredi l’agence d’informations financières Radiocor.

À Riyad, la Saudi National Bank (1180.SR) grappillait 0,44%, après la démission du président du groupe, premier actionnaire de Credit Suisse (CSGN) avant son rachat au début du mois.

Des valeurs bancaires japonaises ont subi le regain d’anxiété de vendredi: Sumitomo Mitsui Financial Group (SMFG) a baissé de 1,02% et Mitsubishi UFJ Financial Group (8306.T) de 0,53%.

« Pour l’instant, il semble que les investisseurs s’accordent sur le fait que » les aides pour garantir l’accès aux liquidités des banques « devraient permettre d’éviter une crise bancaire aiguë », selon Stephen Innes.

Signe que les investisseurs reprennent goût au risque, les obligations étaient délaissées au profit des actions. Le taux d’intérêt de l’emprunt de l’État allemand à 10 ans, qui varie en sens inverse du prix de l’obligation ressortait à 2,17% vers 7 h 35 GMT, contre 2,12% à la clôture de vendredi.

Cependant les conséquences économiques des difficultés rencontrées par les banques face à la remontée brutale des taux d’intérêt restent à évaluer.

« Un resserrement significatif des conditions de prêt bancaire est probablement inévitable, et il reste à voir comment l’économie réelle s’adaptera à cette situation », prévient l’analyste de SPI AM.

Plus de la moitié d’un panel d’économistes américains anticipe une récession aux États-Unis en 2023, et près des trois quarts d’entre eux voient l’inflation rester supérieure à 4% jusqu’à la fin de l’année, selon une enquête de la fédération d’économistes NABE publiée lundi.

Sur les marchés du pétrole et des devises

Les prix du pétrole rebondissaient lundi. Le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en mai gagnait 0,79% à 75,58 dollars, tandis que le baril de WTI américain à même échéance progressait de 1,13% à 70,04 dollars vers 7 h 35 GMT.

Du côté des devises, l’euro était stable face au dollar (+0,01%) à 1,076 1 dollar pour un euro.