Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales tournaient autour de l’équilibre lundi, une journée avec peu d’actualité contrairement aux prochains jours, tandis que l’euro continuait de se renforcer face au dollar.

 

Les indices boursiers à 08h15

Les contrats à terme du Dow Jones augmentaient de 38,00 points (+0,11%) à 33 512,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 augmentaient de 4,00 points (+0,10%) à 3 992,50 points. Les contrats à terme du Nasdaq montaient de 21,75 points (+0,19%) à 11 698,75 points.

À Londres, le FTSE 100 haussait de 27,67 points (+0,36%) à 7 798,26 points. À Paris, le CAC 40 montait de 13,54 points (+0,19%) à 7 009,53 points. À Francfort, le DAX progressait de 13,79 points (+0,09%) à 15 047,35 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a augmenté de 352,51 points (+1,33%) à 26 906,04 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a augmenté de 393,65 points (+1,82%) à 22 044,65 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain gagnait 0,90 $US (+1,10%) à 82,54 $US. Le baril de Brent de la mer du Nord affichait une hausse de 1,02 $US (+1,16%) à 88,65 $US.

 

Le contexte

En Asie, Tokyo a pris 1,33%, dans le sillage de la très bonne séance de Wall Street vendredi, notamment pour les valeurs technologiques. Les Bourses de Chine continentale seront fermées toute la semaine et Hong Kong jusqu’à mercredi en raison des congés du Nouvel An chinois.

Les investisseurs espèrent «de bons chiffres trimestriels d’entreprises comme Microsoft, Tesla et Boeing cette semaine» qui «pourraient être une lueur d’espoir possible en ces temps de tension économique», estime Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets. 

Mais gare aux déceptions qui «risquent de rapidement miner la confiance des investisseurs, qui s’est entre-temps sensiblement accrue», prévient-il.

L’agenda n’oublie pas le prisme macroéconomique, avec des indicateurs avancés d’activité PMI des deux côtés de l’Atlantique mardi, la croissance et l’inflation (PCE) aux États-Unis en fin de semaine. 

L’euro profitait par ailleurs du ton déterminé de plusieurs membres de la Banque centrale européenne pour atteindre un nouveau sommet depuis avril dernier face au dollar. Le billet vert souffre à l’inverse de l’attente d’un ralentissement de la hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) lors de la prochaine réunion, qui se termine le 1er février.

La présidente de la BCE Christine Lagarde doit s’exprimer lundi après la clôture des marchés européens. 

L’euro est monté jusqu’à 1,0927 $US, son plus haut niveau depuis avril 2022. Vers 13h00 GMT, il était retombé à 1,0875 $US (+0,17%).  

Sur le marché obligataire, les taux souverains restaient stables en Europe et aux États-Unis.

Le fonds d’investissement activiste Elliott Management a fortement augmenté sa participation au capital du groupe informatique Salesforce, confronté à un ralentissement de son activité, a-t-on appris dimanche de source proche, confirmant une information du Wall Street Journal.

Elliot dispose désormais d’une participation de «plusieurs milliards de $US» au capital du groupe informatique, a-t-on précisé de même source, ce qui représenterait un investissement majeur en comparaison de sa participation jusqu’ici. L’action se dirigeait vers une ouverture en hausse de 4,5% selon les échanges d’avant-séances.

Le numéro un mondial des plateformes audio, le groupe suédois Spotify, a annoncé lundi la suppression de 6% de ses effectifs, soit près de 600 postes, après une série de grands licenciements chez les géants du Net. Le titre, coté à Wall Street, prenait près de 4,5% dans les échanges d’avant-séance.

Le fournisseur britannique de services funéraires Dignity s’envolait de 7,95% à la Bourse de Londres après l’annonce d’une offre de reprise par un consortium d’investisseurs qui valorise son capital à 281 millions de livres, et ce malgré la prévision d’un chiffre d’affaires annuel en baisse.

Les prix du pétrole commençaient la semaine en petite hausse, soutenus par l’amélioration des perspectives de la demande en Chine avec les congés du Nouvel An lunaire, mais aussi les inquiétudes persistantes concernant l’offre. Le baril de WTI américain pour mars, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence valait 82,43 $US (+0,64%) et le Brent de mer du Nord à même échéance 88,45 $US (+0,94%). 

Le tarif du gaz naturel européen baissait de 1,80% à 65,70 euros le mégawattheure.