Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: 123RF)

Les marchés mondiaux entamaient prudemment la semaine lundi dans un contexte sanitaire encore très fragilisé par la pandémie de COVID-19, surveillant en même temps les répercussions d’une affaire de vente de bloc d’actions massive par un fonds américain.

 

Les indices

À Wall Street, vers 7h15, les contrats à terme du S&P 500 diminuaient de 13 points à 3 951 points, ceux du Dow Jones reculaient de 122 points à 32 830 points, et ceux du Nasdaq perdaient 2 points à 12 964 points.

En Europe, les marchés étaient mitigés à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 naviguait proche de l’équilibre (-0,04%) à 6 737 points. À Paris, le CAC 40 perdait 25 points à 5 972 points et à Francfort, le DAX gagnait 64 points à 14 813 points.

L’Asie a de son côté globalement fini dans le vert à la clôture des échanges, les indices Nikkei et Topix à Tokyo prenant 0,71% et 0,46%, Shanghai avançant de 0,50% et Hong Kong a perdu 0,11%.

 

Le contexte

La société d’investissement Archegos Capital, qui gère la fortune de l’homme d’affaires Bill Hwang, s’est délestée de parts détenues dans des entreprises américaines de médias et des sociétés chinoises cotées à la Bourse de New York, pour des montants de plus de 20 milliards de dollars, a indiqué dimanche l’agence Bloomberg.

Les premières conséquences sur les grands noms de la finance commençaient à s’en ressentir: la banque Credit Suisse, le numéro deux du secteur bancaire helvétique, s’effondrait de 13,5% en Bourse après avoir émis un avertissement sur ses résultats du premier trimestre. La japonaise Nomura, également mêlée à cette affaire selon Bloomberg, a plongé de plus de 16% à Tokyo.

Côté pandémie, entre situation sanitaire toujours très fragile et campagne vaccinale très lente, l’Europe peine à percevoir l’issue de la crise.

Le continent voit «la lumière au bout du tunnel», a pourtant affirmé dimanche le commissaire européen Thierry Breton, vantant l’accélération de la production de vaccins.

En attendant l’épidémie progresse dans l’Union européenne, surtout en France où le monde médical multiplie les signaux d’alarme, tandis que les britanniques engagent lundi la deuxième phase de leur progressif plan de déconfinement (autorisant rencontres et sports en extérieur) et que les États-Unis vaccinent à tour de bras.

 

Du côté du pétrole

Vers 7h30, le baril de WTI américain augmentait de 0,75% à 61,43 $US et le baril de Brent de la mer du Nord gagnait 0,9% à 65,15 $US.