Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

LesAffaires.com et AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: Getty Images)

Les marchés mondiaux démarraient à nouveau dans le vert lundi après une très forte progression la semaine dernière, toujours soutenus par l’optimisme autour de la relance américaine au moment où la situation sanitaire offre des motifs d’optimisme.

À Wall Street, vers 7h15, les contrats à terme sur le S&P 500 augmentaient de 12 points, ou de 0,31%, à 3 892 points. Ceux du Dow Jones s’appréciaient de 119 points, ou de 0,38%, à 31 161 points, tandis que ceux du Nasdaq gagnaient 41 points, ou 0,31%, à 13 639 points.

En Europe, les marchés faisaient des gains à mi-séance. À Londres, le FTSE 100 grimpait de 76 points, ou de 1,18%, à 6 556 points. À Paris, le CAC 40 gagnait 50 points, ou 0,9%, à 5 659 points. À Francfort, le DAX augmentait de 45 points, ou 0,32%, à 14 101 points.

En Asie, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a bondi de 2,12% à la clôture, et le Topix de 1,75%. L’indice composite de Shanghai a pris 1,03%, et celui de Hang Seng de Hong Kong, 0,11%.

 

Le contexte

«L’appétit pour le risque monte à nouveau après un mois de janvier turbulent. Malgré les nombreux obstacles, les investisseurs regardent l’avenir avec optimisme», signale Milan Cutkovic, analyste pour Axi.

Parmi leurs principaux espoirs, une relance américaine de l’économie.

Le président américain Joe Biden a promis vendredi d’«agir vite» face aux difficultés économiques des Américains liées à la pandémie. Son plan de sauvetage porte sur 1 900 milliards de dollars, à destination notamment des ménages et des entreprises.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a quant à elle affirmé dimanche qu’elle espérait un retour au plein emploi en 2022 si ce plan de sauvetage était approuvé. 

«Le risque principal d’une stimulation trop forte est une inflation trop élevée», souligne Ipek Ozkardeskaya, analyste senior pour Swissquote.

«Or, Janet Yellen a rassuré les investisseurs sur le fait qu’elle avait les outils pour calmer les pressions inflationnistes menaçantes», ajoute-t-elle.

Sur le plan sanitaire, les nouvelles contaminations au coronavirus ont décéléré dans le monde pour la troisième semaine consécutive, atteignant leur niveau le plus bas depuis fin octobre avec moins de 500 000 cas quotidiens la semaine dernière, selon des données issues d’une base de données de l’AFP. 

«Néanmoins, il est sûrement trop tôt pour parier sur l’ouverture rapide des économies», constate Hervé Goulletquer, stratégiste pour La Banque Postale AM.

Quelques premiers résultats concrets montrent toutefois que l’optimisme est permis.

Israël a commencé dimanche à sortir de son troisième confinement à la faveur d’une accalmie dans les contaminations et après avoir déjà vacciné près de 40% de sa population.

Sur le plan des indicateurs, la production industrielle allemande est restée inchangée en décembre par rapport à novembre et a reculé de 8,5% en 2020.

 

Du côté du pétrole

Vers 7h30, le prix du baril américain de WTI augmentait de 1,14% à 57,55 $US et celui du baril de Brent de la mer du Nord gagnait 1,15%, à 60,02 $US.