Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|30 mai 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

(Photo: 123RF)

REVUES DES MARCHÉS. La dissonance de politique monétaire entre l’Europe et les Etats-Unis se ressent sur les marchés boursiers qui évoluent dans des directions opposées jeudi, en amont de la publication d’indicateurs macroéconomiques importants.

 

 

Les Indices Boursier a 7h45

Londres, Francfort et Paris ajoutaient entre 0,1% et 0,3% en début de séance en Europe.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles s’effondrait de 0,8 % et l’indice élargi S&P 500 glissait de 0,4%.

En Asie, le Nikkei 225 a plongé de 1,3% à Tokyo. La bourse de Shanghai a reculé de 0,6 % et le Hang Seng a fondu de 1,3% à Hong Kong. Sydney a cédé 0,5% et Séoul a culbuté de 1,6%.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole prenait 1 cent US à 79,22 $ US le baril.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’échangeait à 72,99 cents US mercredi, en baisse par rapport à 73,32 cents US mardi.

 

Le contexte

Selon les chiffres publiés jeudi, l’inflation a aussi de nouveau accéléré en Espagne au cours du mois de mai pour atteindre 3,6% sur un an, légèrement moins que ce que prévoyaient les analystes sondés par Factset (3,7%).

Les données d’inflation compilées et harmonisées pour toute la zone euro seront publiées vendredi.

Une baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE) la semaine prochaine est quasiment acquise, «mais une hausse inopportune de l’inflation dans la zone euro fera probablement disparaître l’attente d’une deuxième réduction des taux en juillet», estime Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank, poussant les investisseurs à la prudence avant les chiffres de vendredi.

Quant à la Bourse de New York, les contrats à terme indiquent une ouverture à prévoir en baisse de 0,85% pour le Dow Jones, de 0,37% pour le S&P 500 et de 0,27% pour le Nasdaq.

Mercredi, ils ont terminé nettement dans le rouge, pénalisés par la vive hausse des rendements obligataires après que des émissions de bons du Trésor américain ont reçu un accueil mitigé.

Les investisseurs attendent impatiemment la publication de la première estimation du PIB américain au premier trimestre jeudi et de l’indice d’inflation privilégié par la Réserve fédérale (Fed) américaine, l’indice PCE, vendredi.

«Pour la Réserve fédérale, le chiffre de l’inflation sera plus important», car «les progrès sur le front de l’inflation détermineront si la Fed peut rester sur la voie d’une réduction des taux cette année», explique Ipek Ozkardeskaya.

Suivant la tendance de Wall Street, les Bourses de Tokyo (-1,30%), Hong Kong (-1,34%) et Shanghai (-0,62%) ont reculé jeudi.

Le taux d’intérêt des emprunts des États-Unis à dix ans s’établissait à 4,59%, légèrement en dessous du niveau de clôture de la veille.

Et l’équivalent allemand se situait à 2,69%, comme la veille, proche de son plus haut niveau depuis novembre. Le taux allemand à dix ans n’était qu’à 2,55% lundi matin.

«L’aversion au risque prévaut» sur les marchés en attendant que les données de vendredi fournissent «davantage d’indices sur la direction que prendront les politiques monétaires», note Pierre Veyret, analyste d’ActivTrades.

 

Le secteur des renouvelables tiré par une OPA

Nouveau rachat et OPA en vue dans le secteur des énergies vertes, très secoué par la hausse des taux d’intérêt : le producteur français d’énergies renouvelables Neoen est en passe de se faire racheter par le gestionnaire d’actifs canadien Brookfield, pour une valorisation de presque 27% de plus que sa capitalisation boursière de mercredi.

Le secteur profitait de cette annonce : Orsted grimpait de 4,24% à Copenhague, RWE de 1,23% à Francfort, Voltalia de 13,57% à Paris et EDP de 1,04% à Lisbonne.

 

Le yen se renforce

Les prix du pétrole hésitent et s’affichent plutôt stables. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet, perdait 0,08% à 83,50 $US et son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison le même mois, grappillait 0,09% à 79,30 $US.

Sur le marché des changes, le yen se relevait après avoir atteint des niveaux particulièrement bas. La devise japonaise progressait de 0,50% par rapport au dollar à 156,85 yens pour un dollar.

L’euro gagnait 0,17% à 1,0819 $US pour un euro.

Le bitcoin montait de 0,90%, à 68.013 $US.