Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés boursiers ne montraient pas de tendance claire jeudi, après la publication d’indicateurs décevants et dans un contexte toujours plombé par le risque de récession.

En Europe, les indices ont fortement baissé en début de séance, mais vers 8h00, heure du Québec, les investisseurs semblaient moins inquiets pour la conjoncture économique.

Après une petite baisse mercredi, les contrats à terme de Wall Street laissaient présager une ouverture en hausse.

En Asie, les places de Shanghai et Hong Kong ont été aidées par des déclarations du président Xi Jinping, selon l’analyste d’Oanda Jeffrey Halley.

 

Les indices boursiers à 08h35

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones haussaient de 108,00 points (+0,35%) à 30 579,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 augmentaient de 21,00 points (+0,56%) à 3 783,75 points. Les contrats à terme du Nasdaq progressaient de 86,00 points (+0,74%) à 11 651,75 points.

À Londres, le FTSE 100 retraitait de 3,80 points (-0,05%) à 7 085,42 points. À Paris, le CAC 40 augmentait de 19,06 points (+0,32%) à 5 935,69 points. À Francfort, le DAX cédait 85,61 points (-0,65%) à 13 058,67 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a terminé en hausse de 21,70 points (+0,08%) à 26 171,25 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a progressé de 265,53 points (+1,26%) à 21 273,87 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain affichait un recul de 0,19 $ US (-0,18%) à 106,00 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord diminuait de 0,11 $ US (-0,10%) à 111,63 $ US.

 

Le contexte

Les indices PMI composite de S&P Global ont révélé un fort ralentissement de la croissance de l’activité économique en zone euro en juin, à un plus bas depuis 16 mois.

Idem au Royaume-Uni et en France, où le climat des affaires s’est de plus légèrement dégradé à cause de l’inflation.

Dans le sillage de ces publications, l’euro perdait 0,61% et la livre 0,37% face au dollar, s’échangeant respectivement 1,050 5 dollar américain pour un euro et 1,222 4 $US pour une livre.

Ces statistiques arrivent dans un contexte de craintes croissantes de récession économique mondiale, et au lendemain de déclarations du patron de la Réserve fédérale, Jerome Powell, qui a admis qu’un atterrissage en douceur de l’économie américaine allait être «très difficile» et qu’une récession était «certainement une possibilité».

«Cela confirme les perspectives nuageuses à moyen et long terme pour les actifs plus risqués», a commenté Pierre Veyret, analyste d’ActivTrades.

L’audition de Jerome Powell devant le Congrès américain se poursuit ce jeudi.

D’autres économistes de premier plan tablent sur une récession, dont l’ancien président de la Fed de New York, Bill Dudley, qui a déclaré qu’elle était «inévitable dans les 12 à 18 prochains mois».

«Après Deutsche Bank, Nomura ou encore Goldman Sachs, c’est maintenant au tour de Citigroup de prévoir une récession», avec une probabilité «proche de 50%, alors que les banques centrales resserrent leur politique monétaire et que la demande de biens s’affaiblit», affirme John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

Dernière décision monétaire en date, la Banque de Norvège a relevé jeudi son taux directeur de 0,5 point, à 1,25%, tout en laissant entrevoir une accélération du resserrement monétaire à l’avenir.

Sur le marché obligataire, les taux d’intérêt souverains continuaient de baisser, «un signe que les investisseurs obligataires se cherchent une petite assurance contre la récession», décrypte Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Le cours de référence du gaz naturel en Europe, le TTF néerlandais, bondissait de 6,86% à 136 euros le mégawattheure (MWh) après que l’Allemagne a activé jeudi le «niveau d’alerte» du plan visant à garantir son approvisionnement en gaz qui rapproche le pays de mesures de rationnement, dans le sillage de la baisse de 60% des livraisons de Moscou via le gazoduc Nord Stream.

La banque italienne Monte dei Paschi di Siena (BMPS.MI) a annoncé lancer une augmentation de capital de 2,5 milliards d’euros afin de renforcer ses fonds propres et financer son nouveau plan stratégique 2022-2026 qui vise à augmenter sa rentabilité et réduire ses coûts. L’action cédait 1,02%.

Le bitcoin remontait au-dessus des 20 000 $US (+3,83% à 20 610 $US) vers 7h55, heure du Québec.