Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés actions profitaient de la détente du marché obligataire jeudi au moment où la banque centrale américaine semble prête à relever plus fortement ses taux et à accélérer la réduction de son soutien monétaire pour faire face à l’inflation galopante.

Vers 7h20, heure du Québec, l’indice CAC 40 et Francfort avançaient alors que Londres évoluait à l’équilibre. Plus tôt, les places asiatiques ont fini dans le rouge.

À Wall Street, un petit rebond se profilait avant l’ouverture au lendemain de deux séances de baisse,

 

Les indices boursiers à 7h43

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones avançaient de 2,00 points (+0,01%) à 34 401,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 augmentaient de 7,00 points (+0,16%) à 4 482,75 points. Les contrats à terme du Nasdaq avançaient de 44,25 points (+0,31%) à 14 549,50 points.

En Europe, à Londres, le FTSE 100 affichait un recul de 8,42 points (-0,11%) à 7 579,28 points. À Paris, le CAC 40 haussait de 46,97 points (+0,72%) à 6 545,80 points. À Francfort, le DAX gagnait 73,22 points (+0,52%) à 14 224,91 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a lâché 461,73 points (-1,69%) à 26 888,57 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a diminué de 271,54 points (-1,23%) à 21 808,98 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain affichait une hausse de 2,12 $ US (+2,20%) à 98,35 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord gagnait 1,99 $ US (+1,97%) à 103,06 $ US.

 

Le contexte

«Les investisseurs ont obtenu plus de visibilité grâce à la feuille de route claire de la Réserve fédérale, concernant le nouveau cycle de resserrement monétaire» et son amplitude, estime Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

Le compte-rendu («minutes») de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed, publié mercredi, a montré que la banque centrale américaine souhaitait accélérer son resserrement monétaire en prévoyant d’intensifier les hausses de ses taux directeurs au cours des prochains mois et d’engager dès le mois de mai la réduction de son bilan.

La Fed «a voulu rassurer tout le monde en prenant des mesures pour atténuer les risques inflationnistes avec l’annonce de la réduction de son bilan, qui devrait prendre des années plutôt que des mois (…), limitant ainsi l’impact négatif d’une action plus rapide sur la croissance et l’économie dans son ensemble», ajoute M. Veyret.

Les analystes s’attendent à plusieurs hausses musclées des taux directeurs de la Fed cette année si l’inflation reste élevée. La Fed avait commencé, lors de sa réunion du mois dernier, à relever ses taux, mais avait opté pour une hausse plus modeste, d’un quart de point de pourcentage seulement, un choix motivé par le contexte de la guerre en Ukraine.

Le marché obligataire s’est déjà ajusté ces derniers mois aux anticipations de multiples hausses de taux, comme en témoigne la nette remontée des rendements des emprunts d’État. 

Jeudi, le taux américain à deux ans est repassé sous celui à 10 ans, la courbe reprenant une allure normale puisque les rendements à court terme sont en principe plus bas que ceux d’échéance longue, qui traduisent des degrés de risques plus élevés. 

Ce repli des taux s’explique par le fait que «le marché commence à s’habituer au message de la Fed», mais aussi par des signes de «détente des prix du pétrole et du gaz» sur fond de tassement des indicateurs économiques, indique Alexandre Baradez, analyste chez IG France. 

Les prix du pétrole se reprenaient toutefois jeudi, après leur dégringolade de plus de 5% la veille, tiraillés entre les nouvelles sanctions occidentales contre la Russie et l’utilisation des réserves stratégiques d’or noir des membres de l’AIE.

L’euro était stable face au dollar américain à 1,0899 $ US (+0,04%).

Le bitcoin cédait 0,81% à 43 565 $ US. La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, va insister jeudi sur la nécessité de renforcer et adapter la réglementation face aux cryptomonnaies, son ministère ayant été chargé par Joe Biden d’un rapport sur «le futur de la monnaie».

Le géant pétrolier britannique Shell perdait 1,22% à 2 105,50 pence après avoir prévenu que son retrait d’activités en Russie dans la foulée de l’invasion de l’Ukraine allait entraîner 4 à 5 milliards $ US de dépréciations et charges dans ses résultats du premier trimestre, qui seront publiés le 5 mai.

Le site de jeux en ligne britannique 888 s’envolait de 20,9% à 232,20 pence après avoir annoncé un accord pour réduire d’au moins 150 millions de livres le prix d’acquisition des activités hors États-Unis de William Hill, filiale du groupe américain Caesars Entertainement, fixé à 2,2 milliards de livres lors de l’annonce du rachat en septembre dernier.