Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

(Photo: Getty Images)

Les marchés mondiaux progressaient nettement jeudi, dans l’attente des conclusions de la Banque centrale européenne en début d’après-midi, après avoir bien réagi aux annonces de la Réserve fédérale américaine. 

Les marchés européens restaient en nette hausse après leur ouverture en fanfare. L’Asie a aussi été à la fête: Tokyo a retrouvé son niveau d’avant le choc causé par la découverte du variant Omicron fin novembre. 

Après la nette progression des trois principaux indices américains mercredi, les échanges électroniques d’avant séance aux États-Unis étaient encore bien alignés.

 

Les indices boursiers à 8h00

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones progressaient de 216,00 points (+0,60%) à 36 142,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 gagnaient 31,25 points (+0,66%) à 4 740,75 points. Les contrats à terme du Nasdaq augmentaient de 104,50 points (+0,64%) à 16 392,50 points.

En Europe, les résultats étaient au vert. À Londres, le FTSE 100 récoltait 70,34 points (+0,98%) à 7 241,09 points. À Paris, le CAC 40 bondissait de 100,84 points (+1,46%) à 7 028,47 points. À Francfort, le DAX avancé de 254,86 points (+1,65%) à 15 731,21 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a grimpé de 606,60 points (+2,13%) à 29 066,32 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a pris 54,74 points (+0,23%) à 23 475,50 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain progressait de 0,27 $ US (+0,38%) à 71,14 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord haussait de 0,36 $ US (+0,49%) à 74,24 $ US.

 

Le contexte

Dans le ballet des banques centrales de fin d’année, c’est au tour de la BCE et de sa présidente, Christine Lagarde, d’entrer en scène, à 8h30, heure du Québec. 

Elle devrait annoncer jeudi l’allègement de son dispositif de soutien à l’économie, malgré la propagation du variant Omicron et se tenir prête à réagir à l’envolée de l’inflation, comme l’a fait la Fed américaine mercredi soir.

Son dispositif d’urgence face à la pandémie («PEPP»), fort d’une enveloppe de 1 850 milliards d’euros, doit s’achever en mars et est l’enjeu d’une transition en douceur pour ne pas sevrer d’un coup les marchés.

Contrairement aux États-Unis, la BCE ne devrait pas laisser miroiter de hausse prochaine des taux d’intérêt, malgré l’inflation (4,9% sur un an en zone euro en novembre) qui déjoue ses attentes.

Mercredi, la Fed a accéléré le ralentissement de ses rachats d’actifs et entrouvert la porte à une hausse de ses taux d’intérêt dans la foulée, principal outil pour juguler à terme l’inflation encore plus forte qu’en zone euro, à 6,8% sur un an en novembre. 

Elle s’appuie pour cela sur sa prévision que le marché du travail retrouvera l’année prochaine son niveau prépandémie, mais son président Jerome Powell a également insisté sur la nécessité de faire preuve d’adaptabilité dans un contexte sanitaire incertain. 

Les marchés poussent «un soupir de soulagement» après la réunion, qui a donné des perspectives claires pour 2022, explique Neil Wilson, analyste de Markets.com.

Sur le marché obligataire, les taux souverains restaient stables. 

La chaîne britannique de vente en ligne de vêtements Boohoo chutait de près de 15% jeudi matin à la Bourse de Londres, après avoir publié des projections de ventes revues à la baisse à cause de facteurs «transitoires» liés à la pandémie.

À Paris, EDF chutait de 12,51% à 10,39 euros, après avoir abaissé ses prévisions à la suite de la fermeture d’une centrale nucléaire pour vérification d’éventuels défauts sur son circuit de refroidissement de secours. 

Des contrôles sur les autres réacteurs nucléaires français «pourraient s’avérer nécessaires», a aussi jugé l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). 

Les cours du pétrole étaient bien orientés, au lendemain de l’annonce de la réduction plus forte qu’attendu des stocks de brut aux États-Unis.

L’euro, qui a progressé mercredi contre le billet vert après la réunion de la Fed, grappillait 0,14% à 1,1294 dollar américain. 

Le bitcoin progressait de 2,30% à 48 701 $US.